+41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Saviez-vous que généralement, les gens se sentent mieux lorsqu’ils se comparent avec les plus mal lotis ?

Saviez-vous que généralement, les gens se sentent mieux lorsqu’ils se comparent avec les plus mal lotis ?

À l’inverse, lorsqu’ils se comparent avec les mieux lotis, ils peuvent se sentir plus mal… Cette constatation logique a été la conclusion d’une recherche du Centre des sciences de la santé à Sunnybrook au Canada portant sur les regrets, source de stress. Selon les conclusions de cette étude, si les gens ne peuvent se défaire de leurs regrets, le fait de se comparer avec les plus défavorisés peut avoir un effet positif marqué sur leur santé physique. Eric Édith Piaf avait beau chanter fièrement « Non, je ne regrette rien« , nombreux sont ceux dont la vie recèle une part de regrets. Or, pour surmonter ceux-ci, il suffirait de se comparer avec les plus défavorisés plutôt que d’envier les mieux lotis, selon une nouvelle étude de l’Université Concordia. Publiée dans le Personality and Social Psychology Bulletin, cette recherche présente des répercussions pour les jeunes et moins jeunes. « Notre étude a examiné comment les jeunes adultes et leurs aînés réagissent aux regrets de leur vie » explique Isabelle Bauer, auteure principale de l’étude menée au Département de psychologie de Concordia et au Centre de recherche en développement humain. Un mécanisme d’adaptation commun est celui de la comparaison sociale, qui peut avoir des effets positifs ou négatifs, selon que les gens pensent pouvoir se défaire de leurs regrets ou non. » « Généralement, les gens se sentent mieux lorsqu’ils se comparent avec les plus mal lotis, poursuit Mme Bauer, à présent attachée de recherche au Centre des sciences de la santé Sunnybrook et psychologue clinicienne pour Cognitive Behavioural Therapy Associates à Toronto. À l’inverse, lorsqu’ils se comparent avec les mieux lotis, ils peuvent se sentir plus mal. »...