info@Bonheur-ou-stress.com

« Maîtrisez votre rapport au temps avant de vouloir gagner du temps »

 CB048735Nous souhaitons tous gérer au mieux notre temps, ceci afin de gagner du temps pour mieux profiter de la vie et atteindre plus vite nos objectifs !

Il me semble essentiel avant de « gérer le temps » ou de vouloir « en gagner », de comprendre notre rapport au temps. Celui-ci est tout aussi important si l’on veut avoir une saine et sereine gestion du temps.

Si nous ne comprenons pas clairement notre rapport au temps nous resterons frustrés au plus profond de nous et ce malgré le fait que nous ayons acquis beaucoup de techniques de gain de temps très utiles.

Notre rapport au temps

Le temps est un sujet complexe et difficile à définir. Le temps peut être vu d’un point de vue mécanique mais aussi psychologique. Lorsque nous voulons gérer notre temps, ces deux notions interviennent :

Le  temps présent c’est celui de l’instant, mesuré par l’horloge que l’on peut suivre sur l’aiguille qui avance mécaniquement à un rythme régulier. C’est le maintenant, le moment présent là où seul le bonheur se trouve.

C’est toujours maintenant, quel que soit l’heure  :-)

Cet instant présent est le seul temps où nous pouvons être heureux puisque nous ne pouvons être heureux dans le futur et encore moins dans le passé puisque ceux-ci n’existent plus ou pas en cet instant !

Le temps psychologique, c’est le futur que nous imaginons et le passé dont nous remémorons. C’est un temps que nous créons grâce à notre cerveau. Une sorte de temps virtuel qui déplace notre conscience hors du présent.

Lorsque nous entrons dans le temps psychologique, nous quittons le temps présent.

Le temps psychologique nous permet d’anticiper (le futur) et d’apprendre (du passé). Le temps psychologique altère notre perception du « temps horloge ». Ainsi une activité passionnante peut paraitre très courte sur un plan psychologique mais sur un plan « temps horloge », l’activité a duré un certain nombre de minutes ou d’heures précises.

« Ah oui ? C’est si vite passé ! » dit-on parfois… Or le temps présent n’avance pas plus vite, c’est notre perception influencée par nos pensées (anticipation, remémoration) et nos émotions qui créent ce sentiment.

L’inverse est aussi vrai : une activité courte d’un point de vue « temps mécanique » peut nous sembler très longue tant nous nous ennuyons parfois !

Dans le cadre des techniques pour gagner du temps, nous sommes en plein dans le temps psychologique, mécanique, nous souhaitons maitriser des stratégies nous permettant d’organiser efficacement nos activités, de gérer nos priorités et urgences, d’avoir un processus de traitement de l’information optimal, de bons supports de gestion (agenda, classements, « to do » listes..) et d’intégrer grâce à la discipline de bonnes logiques de travail qui peuvent varier suivant notre niveau d’énergie, le contexte dans lequel nous sommes, nos grandes priorités etc.

Ces techniques, que j’enseigne d’ailleurs dans la cadre de mon travail pour améliorer la productivité dans les entreprises, nous permettent d’éviter les sentiments désagréables d’urgence permanente, d’inachevé, de frustration que nous avons quand il nous semble que nous gérons mal notre temps de vie.

Toutes ces techniques poursuivent ainsi les mêmes buts : nous permettre de libérer du temps et d’éviter le stress. Nous voulons nous libérer du stress pour mieux jouir de la vie, et libérer du temps pour soit mieux jouir de ce qui nous est cher (notre famille, amis, nos passions, …) soit atteindre plus rapidement et efficacement des objectifs qui nous tiennent à cœur. L’atteinte de nos objectifs est directement liée aussi à notre bien-être, bien évidemment.

Ces techniques interviennent au niveau du temps psychologique puisque toute notre attention est tournée vers le futur : nos objectifs, le planning de notre semaine, comment nous allons organiser la journée qui commence, etc.

Or ces techniques ne pourront pas complètement éliminer les sentiments désagréables d’urgence permanente, d’inachevé, de frustration que nous avons quand il nous semble que nous gérons mal notre temps ou que nous en perdons.

 

Nous sommes trop focalisés sur le temps psychologique et pas assez sur le temps présent

Ces sentiments surviennent paradoxalement quand nous sommes trop focalisés sur le temps psychologique et pas assez sur le temps présent.

Ainsi je connais beaucoup de personnes devenues maîtres dans l’art de maitriser ces techniques qui sont de leurs propres aveux toujours aux prises avec ses sentiments d’urgence permanente et de frustration.

Si ces techniques sont indispensables au jour d’aujourd’hui, si elles sont très utiles dans le monde dans lequel nous sommes où nous devons traiter de plus en plus d’informations, où tout devient urgent et où tout semble s’accélérer, elles sont aussi insuffisantes pour atteindre notre objectif ultime qui est de jouir de la vie, d’être heureux, ce qui relève lui de notre rapport au temps présent.

Si vous voulez, la gestion du temps psychologique c’est un peu « le comment », (comment on arrive à l’objectif, comment on gagne du temps grâce à des méthodes de productivité), ce sont les techniques et notre rapport au temps présent c’est « le pourquoi » (être heureux, jouir de la vie dans l’instant présent), c’est le but ultime.

Si nous voulons vivre une vie sereine sans sentiments désagréables d’urgence permanente, d’inachevé, de frustration, de peur de perdre du temps, nous devons bien entendu acquérir des outils performants de gestion du temps (la façon dont organisons notre mental, nos pensées, nos habitudes, notre rangement) mais également changer notre rapport au temps.

Nous devons intervenir sur ces deux niveaux conjointement.

L’astuce est la suivante :

La meilleure façon d’éliminer à la racine ces sentiments de frustrations est de se déplacer régulièrement du temps psychologique au temps présent

Si nous ne sommes pas assez dans le présent de manière régulière dans notre journée, la frustration naît immanquablement.  Le bonheur ne se vit que dans le présent. Nous ne pouvons le ressentir que dans l’instant et si nous nous nous coupons de cet instant en nous projetant trop longtemps dans des temps virtuels, nous nous coupons de la vie, de la réalité, nous devenons « aliénés » (étymologiquement « coupé de »..), nous perdons le lien avec la réalité et les autres.

Ainsi la meilleure façon de gagner du temps est d’abord paradoxalement de ne pas chercher constamment à en gagner plus mais bien plutôt de se tourner vers le temps présent qui ne manque jamais !

Il est toujours là et il sera toujours là à chaque instant de votre vie, jusqu’à votre mort.

Comment se déplacer régulièrement du temps psychologique au temps présent ?

Il suffit de faire des « stops » régulièrement, c’est-à-dire de s’arrêter régulièrement dans votre journée pour minimum une minute à chaque fois et gouter au temps présent de toute la force vos sens, de le ressentir en vous concentrant sur toutes les sensations autour de vous qui changent chaque seconde. Soyez comme dans ce film, les ailes du désir ou son remake  la cité des anges, un ange qui descend sur terre, qui s’incarne en humain et qui découvre pour la première fois la sensation physique d’être vivant. Observez toutes les sensations avec la curiosité d’un enfant. La curiosité vous permettra de rester dans cet état de pleine conscience de l’instant présent.

Faites-le au minimum trois fois par jour, et avec la pratique, ces moments de pleine conscience vous permettront de stopper le stress et la frustration, de les réduire, de gagner en sérénité et d’améliorer votre concentration, d’affuter vos pensées, ce qui vous permettra lorsque vous re-fonctionnerez dans le temps psychologique de gagner du temps grâce à une énergie mentale disponible !

Bonne pratique ! 

Eric

(photo de l’article par Ian Foss)

Et vous

  • Faites-vous déjà ces « stops » ?
  • Allez-vous décider de les faire au minimum trois fois par jour ?
  • Qu’est ce qui vous en empêche ?

Laissez-moi votre commentaire ci-dessous !

Ca m’intéresse beaucoup. 

A lire aussi sur ce thème:

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Enter the title for your Facebook comments section

5 Comments

  1. Bonjour Eric et mille mercis pour cet article qui aborde le temps d’une manière inhabituelle et trop méconnue.
    Vous lire m’a permis de me « souvenir » de cette notion de temps psychologique ainsi que la nécessité de revenir régulièrement dans le temps présent.
    Tout comme Maxime, j’aime utiliser mes sensations corporelles qui m’indiquent lorsque je suis repartie dans l’état de stress généra par le temps psychologique…
    Et ma piste à moi est d’utiliser alors la respiration (et principalement l’expiration prolongée) pour faire baisser l’adrénaline et retrouver ma conscience du moment présent…
    Merci encore donc, pour cette petite piqûre de rappel et merci pour votre site particulièrement intéressant !
    Belle journée à vous,

    Véronique

    Reply
    • Chère Véronique,
      merci de ton feed-back !
      J’utilise aussi beaucoup la respiration pour me recentrer dans l’instant et je m’amuse d’ailleurs parfois à entraîner mon rythme respiratoire avec un logiciel de cohérence cardiaque que j’utilise pour mes formations de gestion du stress.
      je pense aussi que c’est une des clés essentielles :-)

      Reply
      • Bonjour Eric et merci de ta réponse…
        Les logiciels de cohérence cardiaque sont effectivement bien démonstratifs de l’effet de la respiration… cela permet de convaincre ceux pour lesquels le ressenti du mieux-être aime bien être confirmé par un appareil de mesure.
        J’aime bien aussi utiliser l’EMWAVE qui est pratique à transporter…
        Et ce que je trouve particulièrement intéressant dans cette technologie moderne, c’est qu’elle permet de confirmer ce que les courants orientaux disent depuis très longtemps sur les effets bénéfiques de la respiration.
        Au plaisir de te re-croiser un jour, sur le web ou dans la vie « réelle » :-)
        Bien amicalement,

        Véronique

        Reply
  2. Bonjour Éric,
    Superbe article, très bien documenté.
    La notion de temps psychologique me renvoie aux enseignements d’Eckhart Tolle sur le pouvoir du moment présent.
    Le « Pourquoi » et le « Comment » me rappellent quant à eux les enseignements de mon mentor Kevin Trudeau et la balance de l’équilibre du travail : 99,9% de pensée et 0.01% d’action.
    Dans ma relation au temps, j’apprends de Kevin justement de lâcher prise sur la notion de gestion du temps et de me concentrer plutôt sur la gestion de mes priorités en me concentrant sur l’instant présent, donc, sans me donner d’échéances de temps, échéances qui vont me faire plonger dans le temps psychologique et me générer du stress.
    Ma phrase n’est pas trop longue ? Tu as réussi à me suivre ?
    Donc, oui, je fais ces « stops ».
    Aujourd’hui, si je les oublie, mes sensations corporelles et de pression intérieure sont là comme indicateur pour me rappeler de les faire.
    Qu’est ce qui peut me les faire oublier ?
    Me laisser prendre par mes anciens schémas de pensée qui me coupaient de l’instant présent.
    Avoir toujours en tête mon but principal, bien définir ma priorité du moment, me focaliser sur mes sensations et sur l’instant présent afin de me sentir bien autant que possible est mon travail, non, mon plaisir du jour !
    Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    Reply
    • Cher Maxime, oui oui j’ai réussi à te suivre ;-))

      Merci de ton riche commentaire ! Je vois que nous avons les mêmes intérêts littéraires !

      Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Votre meilleure astuce pour gagner du temps – le récap - [...] numéro 27 : Maîtrisez votre rapport au temps avant de vouloir gagner du temps, par Eric du blog Bonheur…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.