info@Bonheur-ou-stress.com

Les deux erreurs que nous commettons presque tous quand il s’agit d’envisager le bonheur

Les deux erreurs que nous commettons presque tous quand il s’agit d’envisager le bonheur

Pour comprendre ces deux erreurs, j’ai préparé et mis il y a un mois sur ma page d’accueil un sondage sur le bonheur qui ne comportait qu’une seule question : Si vous deveniez très pauvre demain, cela changerait il quelque chose à votre bonheur ?

 Nous allons analyser ensemble dans cet article les réponses. Sachez déjà que je pense, tel Rudyard Kipling dans son poème « Tu seras un homme mon fils » que pour être heureux vous devez  être prêt à tout perdre, … sans dire un seul mot, sans un geste et sans un soupir !

 Pour être vivre heureux et serein, préparez-vous à tout perdre

Je ne suis pas négatif et ne souhaite en aucun cas vous stresser. Simplement sachez qu’une personne vivant un bonheur authentique et durable est une personne qui est prête à perdre tout ce qui est de l’ordre de l’avoir (les biens matériels et les signes de reconnaissance sociale), tout en sachant qu’elle ne perdra jamais l’essentiel.

Et même si tout se passe bien et qu’elle ne perd rien, le fait de s’y être préparé mentalement lui fait apprécier d’autant plus chaque richesse de son existence.

Je suis passionné par le bonheur et j’ai créé ce blog pour partager les stratégies du bonheur au maximum de personnes, afin de faire du bien en réduisant la souffrance et le stress autour de moi, du mieux que je peux.

Je pourrai me contenter de rester théorique dans ces notions, ne prenant ainsi pas de risque de me tromper en répétant de belles phrases sur le bonheur mais il me semble bien plus utile, au risque de parfois vous froisser, de confronter ces beaux principes et les stratégies du bonheur à la réalité notamment économique qui est la nôtre.

Un des scénario possibles auquel nous devons nous préparer concernant la crise financière mondiale que nous traversons est que nous perdrons beaucoup, vraiment beaucoup de notre pouvoir d’achat.

C’est une hypothèse tout à fait réaliste que font un grand nombre d’experts et pour s’y préparer vous pouvez bien entendu diversifier vos actifs, vos investissements, préparer des plans de retraite dans des contrées moins touchées par cette crise mais cela ne suffira sans doute pas.

Il vous faut aussi si vous souhaitez vivre sereinement et dans un bonheur authentique vous préparer psychologiquement et sans doute remettre en question certains paradigmes sur le bonheur.

Pour illustrer ces paradigmes inadaptés qu’il faut donc remettre en question selon moi, j’ai créé le mois passé un petit sondage sur le sujet.

Vous avez été plus de 350 personnes à répondre à mon sondage sur le Bonheur présent sur mon site (certains m’ont également répondu sur le même  sondage que j’avais placé sur des plateformes réputées).

Voici les résultats surprenants et riches d’apprentissages de ce sondage :

Mon sondage posait la question suivante :

Si vous deveniez très pauvre demain, cela changerait il quelque chose à votre bonheur ?

 Et voici les réponses des internautes comprenant la vôtre peut-être :

  • Sans doute oui… (41%, 143 Votes)
  • Non pas vraiment (24%, 84 Votes)
  • Je ne sais pas … (17%, 59 Votes)
  • Oui bien sûr ! (14%, 49 Votes)
  • Sans doute non … (8%, 28 Votes)

Pourquoi ce sondage est-il riche d’apprentissages ?

 Tout d’abord parce que le nombre de personnes pensant que la pauvreté changera leur niveau de bonheur est plus grand que le nombre de personnes pensant que cela ne le changera pas.

 Ainsi  les personnes pensant que la pauvreté changerait leur niveau de bonheur sont :

  • Sans doute oui… (41%, 143 Votes) et
  • Oui bien sûr ! (14%, 49 Votes)

Soit 60% des votants

 Et les personnes pensant que la pauvreté ne changerait pas leur niveau de bonheur sont :

  • Non pas vraiment (24%, 84 Votes)
  • Sans doute non … (8%, 28 Votes)

Soit 32% seulement des votants

 Tout d’abord merci à tous les votants d’avoir répondu avec authenticité et transparence.

 C’est également faire preuve d’humilité de reconnaître que le niveau de bonheur changerait si le niveau de richesse diminuait fortement et à fortiori si vous avez lu mes articles ou livres sur le bonheur.

 Ce sondage est riche d’apprentissages car nous comprenons que pour une majorité de personnes (60% minimum) leur niveau de bonheur est conditionné à leur niveau de richesse.

 Pour ces personnes dont peut être vous, il y a comme un paradigme qui énonce que « devenir pauvre est synonyme de malheur », en tout cas de diminution de leur niveau de bonheur (je ne connais pas dans le détail les explications des uns et des autres mais j’en ai une idée générale après plus de 100 conférences interactives sur le sujet ces dernières années :-).

 La première erreur que nous commettons presque tous quand il s’agit d’envisager le bonheur est que nous ne remettons pas en question ce paradigme.

Voici pourquoi en 3 points il s’agit selon moi d’une erreur :

 1)       il est aisé de constater que beaucoup de personnes pauvres sur terre sont réellement heureuses. L’émission « En terre inconnue » l’avait bien démontré et plusieurs d’entre nous avons eu la chance de voyager dans des pays lointains pour constater que des êtres humains savent vivre heureux et avec peu. Les enfants en sont une belle démonstration, qu’ils soient éduquées en milieu pauvre ou riche, s’ils reçoivent des marques s’amour et de tendresse stables, ceux-ci sont heureux.

 2)      Si le bonheur était corrélé au niveau de richesse, sans doute très peu de gens sur terre seraient heureux, or nous l’avons vu beaucoup de personnes pauvres sur terre sont réellement heureuses.

 3)      Si le bonheur était corrélé au niveau de richesse les gens riches devraient être très heureux, or nous savons que ce n’est pas du tout le cas et les nombreux suicides ou dépressions chez les gens fortunés nous indiquent qu’il y a d’autres paramètres plus pertinents pour le bonheur.

 Les votants qui sont dans ces 60% imaginent souvent qu’ils perdront l’essentiel, par exemple ils peuvent penser :

Si je devenais très pauvre, ce serait très désagréable, je ne pourrais plus voyager, m’amuser comme avant,  …… acheter ce que j’aime, aller au cinéma, au restaurant, faire du shopping,…….  je serai moins libre, je devrai arrêter mes cours de chant je devrai vivre dans un deux pièces,……………..  je devrais travailler dur dans quelque chose que je n’aime pas, ………… ou pire je devrai me contenter de l’aumône si je ne trouve pas de travail et donc je ne serai pas très heureux.

 Voici la deuxième erreur que nous commettons presque tousc’est celui de confondre plaisirs et bonheur, joie et bonheur, épanouissement et bonheur. La joie, les émotions positives, l’épanouissement dépendent tous de l‘extérieur.

 Le bonheur lui vient de l’intérieur uniquement.

 En d’autres termes, si tout ce que je viens de décrire en haut arrivait cela ne changerait pas votre niveau de bonheur, mais cela changerait par contre certainement votre niveau de plaisir et d’épanouissement…

Ce serait bien évidemment très désagréable convenons-en. Mais ces désagréments ne modifieraient en rien votre bonheur, tant que vous n’en faites pas une condition pour être heureux.

 Tout cela créera des émotions négatives, une chute de plaisirs, de moyens de vous épanouir, mais cela ne pourra pas modifier votre niveau de bonheur.

 Seulement, penser le contraire vous rendra certainement malheureux et même si cela n’arrive pas, stressé et anxieux que cela puisse arriver avec la crise par exemple. Il vous faut donc absolument remettre en question ce paradigme.

 Je vous invite à y réfléchir :

 Tous ces avantages menacés par une chute possible de votre niveau de vie sont-ils essentiels pour votre bonheur ? Si oui pourquoi ?

Ne sont-ils pas des moyens d’obtenir quelque de chose de plus fondamental qui peut être obtenu simplement autrement, même en étant pauvre ?

Au fond où est l’essentiel ?

 Dans le prochain article je répondrai à ces questions et vous parlerai de la définition du bonheur, de ce qu’il est réellement et de la possibilité d’AVOIR peu tout en ETANT très .. heureux !

 Bien entendu que cela ne nous empêche pas de vouloir nous épanouir, d’avoir et de jouir des plaisirs de la vie et de l’argent mais le tout sans en être esclaves. On peut être riche et heureux, bien entendu et c’est bien plus agréable.

 Mais encore une fois pour pouvoir jouir sereinement de notre richesse il importe de pouvoir tout perdre, sans que cela puisse changer un iota de notre bonheur intérieur.

 En attendant la suite avec un deuxième article qui explicitera ce bonheur intérieur, faites-moi part de vos commentaires, j’en serai très heureux !

 Si vous deveniez très pauvre, qu’est-ce qui vous manquerait le plus ? 

Notez vos réponses dans les commentaires en bas :-)

A lire aussi sur ce thème:

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Enter the title for your Facebook comments section

9 Comments

  1. mon cher Eric ,depuis que j’ai suivi la formation contre le stress je vis vraiment et t’en remercie !
    Toutes tes paroles sont comme le dalaï lama , rayonnantes, sans but commerciales et positives, de ce fait, je te remercie d’avoir changé ma vie et oui je confirme à tous, si demain je n’avais plus que mon physique et mon mental et rien d’autre je ne serais pas malheureux..
    Seul le corps en bonne santé et l’esprit de même sont les ferments du bonheur
    Seuls ceux qui se forgent au bonheur y accèdent, un milliardaire stérile qui veut être père aura plus de mal qu’un simple quidam entouré de robots électroménagers sans emploi..
    oui Eric avec un grand E parce que son enseignement est incontournable et essentiel..
    youhou, vive nous!!!!!!

    Reply
  2. Agée de 60 ans, j’ai toujours été convaincue que je ne serais jamais
    une personne matériellement « riche ». Au fur et à mesure des années j’ai constaté que l’on pouvait faire beaucoup de choses sans dépenser, s’instruire, se cultiver, apprendre la musique sans dépenser. Depuis des années nous avons des facilités (Internet, SEL, co-voiturage, etc) nous permettent d’expériences formidables, enrichissantes. Des dépôts vente sont à ma disposition pour m’habiller correctement … etc …
    On me dit tout le temps « une personne souriante, épanouie » ; ma richesse est bien réelle : je m’occupe auprès d’une association de personnes démunies ! Quels moments merveilleux, de belles rencontres !

    La vie est belle ; être heureux avec le nécessaire et laisser de côté les bonheurs artifiels, l’envie, la convoitise qui provoquent soucis, stress …

    Eh bien voilà ci-dessus l’existence épanouie d’une personne ayant vécue une vie de maman, une vie professionnelle intense … et en plus
    je suis une personne …. HANDICAPEE !!!!
    Fabienne

    Reply
    • Merci Fabienne de ce magnifique témoignage très inspirant ! Bravo à toi .. :-)

      Reply
  3. Si je deviens pauvre qu’est ce qui me manquerait le plus? En me demandant de faire la difference entre le plaisir, la joie , l’epanouissement et le bonheur qui est un etat interieur, j’avoue que les gadgets de plaisir, joie , sont des chapes pour mon bonheur et je dois me debarrasser de ces gadgets. Je ne sais pas ce qui me manquerait le plus.

    Reply
  4. Coucou Éric,
    Je suis en train de faire l’expérience en « direct live » !
    Me mettre volontairement en expérience de pauvreté (revenus actuels inférieurs à mes besoins financiers) tout en développant mes projets qui contribuent à faire croire ma richesse intérieure.
    Mon objectif : vérifier par l’expérience cette affirmation du modèle Transurfing : « Ce n’est pas moi qui ai besoin d’argent, c’est l’argent qui a besoin de moi ».
    A priori, au vu de toutes les synchronicités qui arrivent dans ma vie aujourd’hui, tant que je reste bien aligné sur mes projets et ma ligne de vie, je devrais finir l’année 2013 en étant plus riche (en avoirs financiers).
    En tout cas, c’est très jouissif comme expérience !
    Je ne me sens pas en manque mais connecté intérieurement à la source, à l’abondance au quotidien.
    Je suis curieux de voir commun cette attitude intérieure va se refléter dans la matière, dans le monde extérieur et sous quel délai.

    Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    Reply
    • wow génial Maxime, tiens moi au courant, ça m’intéresse fortement ! Bravo de t’amuser en le faisant :-) !

      Reply
    • désapprendre et régénération du corps et de l’esprit pour se reconnecter à son âme
      vous empreinter la Voie rapide .. se sentir vivant et renaître Bravo!

      Reply
  5. Bonjour et merci pour les réflexions que vos articles suscitent: ce qui me manquerait le plus si je devenais pauvre, c’est pouvoir répondre à certaines attentes de mes enfants. Ils n’ont pas été en voyage scolaire avec leurs copains mais les priver d’un cinéma, d’un gâteau ou d’un vêtement, ce serait le plus difficile pour moi.

    Reply
    • Oui moi aussi ce serait sans doute le plus dur.
      Ce sera sans doute une opportunité pour eux et nous de grandir en distinguant le but (s’amuser, se faire plaisir) et les moyens, et en explorer d’autres tout en gérant notre juge intérieur qui aime se comparer aux autres 😉

      Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le bonheur est accessible à tous, voici pourquoi ! - Le Bonheur ou le Stress la décision instantanée | Le Bonheur ou le Stress la décision instantanée - [...] en avons vu deux dans le premier article et en voici un autre qui dit que le bonheur est un…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.