+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net

Le Placebo, c’est vous ! 4/4

Le Placebo, c’est vous ! 4/4

 Transcription de la quatrieme vidéo sur l’effet placebo, toujours le résumé de ce livre magnifique « le PLACEBO, c’est VOUS ! » de Joe DISPENZA, il est énorme et j’ai choisi un chapitre aujourd’hui pour aller plus loin encore, vous allez voir c’est fascinant pour montrer à quel point le placebo, l’effet placebo, le pouvoir en fait de nos croyances, de nos pensées va littéralement configurer nos vies, transformer nos vies; ça peut nous construire ou nous détruire. 

Ce qu’on a vu jusque maintenant, c’est que l’effet placebo est mesuré et permet de comprendre, il est démontré que le fait de prendre une pilule placebo donc une pilule de sucre

ou de liquide physiologique va permettre malgré tout de faire en sorte que des gens guérissent de douleurs chroniques, dorment mieux vraiment que leurs corps se transforment, en fait on remarque que nous avons en nous une pharmacie extraordinaire, une pharmacie avec des milliers de substances chimiques, des hormones, des neurotransmetteurs et cette pharmacie va s’aligner sur nos pensées.

Cette pharmacie va littéralement s’aligner sur nos pensées, ça nous aide donc à mieux dormir, ça nous aide à guérir, ça va également activer ou désactiver certains gênes, par exemple désactiver certains gênes qui peuvent être porteurs de maladie, on va encore en parler un peu plus tard, ça va permettre de gérer la douleur, ça va vraiment permettre même de développer certaines substances chimiques qu’on appelle les hormones.

On va parler vraiment, vous allez voir apres, de l’hormones de croissance qui permet de rajeunir, ça c’est vraiment intéressant aussi.

Alors, je vais rentrer dans le sujet avec cette expérience, cette expérience qui a démontré, en fait que, pour aller un peu plus loin aujourd’hui, que même quand les gens sont informés qu’ils prennent un placebo et bien même quand ils le savent, le placebo fonctionne toujours et ça, c’est assez incroyable, ça veut dire en fait que les gens sont informés qu’ils ont un placebo, ils le prennent et ils diminuent leurs symptômes de mal-être et ils augmentent leurs systemes immunitaires par exemple.

On a pu démontrer ça dans différentes études et en fait, à chaque fois ça a bien fonctionné quand à chaque fois on a informé les personnes qui prenaient un placebo mais en leur donnant des informations, un peu comme je fais avec vous, c’est-à-dire en leur expliquant toutes les études avec des chiffres à l’appui, des guérissons qui sont dues aux effets placebo, que le placebo est efficace à autant de pourcentage par rapport à d’autres médicaments donc les personnes sont, en fait, au courant, ont l’information, ont la connaissance que cet effet placebo est tres puissant et c’est pour ça en fait qu’ils vont mieux et qu’ils guérissent et que c’est même plus puissant que des médicaments parce qu’on remarque que même quand les gens savent qu’ils prennent un placebo et bien les pourcentages des personnes qui vont mieux est plus puissant que le pourcentage des gens qui prennent un médicament donc vous voyez que l’effet placebo dans ce cas-ci est encore plus puissant même quand les gens le savent donc ça c’est incroyable.

Et ça veut dire quoi tout ça : ça veut dire qu’en fait, c’est le pouvoir de la suggestion, j’en parlais dans la troixieme vidéo et finalement la suggestion, c’est quoi ? C’est un point de vue, c’est-à-dire que c’est un point de vue sur les choses et quand on change un point de vue sur nous ou sur les autres et bien ça donne des résultats jusqu’à des résultats biochimiques dans notre corps.

Je vais vous parler d’une expérience fascinante justement sur ce changement de point de vue qui va montrer que même quand on ne change pratiquement rien dans son environnement, on peut par exemple perdre du poids.

Alors, c’est une expérience qui a été faite dans les années 2000 sur 84 personnes qui sont préposées aux tâches ménageres dans des hôtels; ce sont des personnes qui ont été choisies parce que ce sont des personnes qui ne font pas beaucoup de sport, qui ont un mode de vie pas tres sain, il y a 60/10 % d’entre-elles qui font du sport d’une maniere extrêmement rare et faible et plus de 35 % d’entre-elles, 30 % qui elles n’en font pas du tout et ces personnes ne savent pas du tout que leur boulot donc leur activité professionnelle, le fait de faire des tâches ménageres dans des hôtels, ne répond pas aux criteres de santé publique c’est-à-dire qu’en fait un des criteres de la santé publique du mode de vie sain, c’est de faire un minimum 30 minutes d’exercices physiques par jour, le boulot qu’ils font ne répond pas à ce critere, ne permet pas de faire 30 minute d’exercices physiques par jour.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? On prend ce groupe de personnes, on fait deux groupes et on fait donc un groupe témoin, il n’y a rien de particulier mais par contre on mesure plein de criteres

et par contre le premier groupe, qu’est-ce qu’on fait : on les informe simplement, on les informe, on ne leur donne même pas de pilule, on ne fait rien du tout; on les informe que leur travail permet de perdre du poids, leur travail est bon pour leur santé, le travail leur permet de vivre mieux, d’avoir un plus grand bien-être psychologique et physiologique et ça va jusqu’à leur permettre de perdre du poids.

Elles sont informées de ça, avec des tas de chiffres, ce sont des médecins donc ça fait tres sérieux, elles le croient et on revient un mois plus tard et qu’est-ce qu’on constate ?

Et bien, on constate en fait que le groupe témoin, il n’y a rien qui a changé bien sûr, c’est toujours pareil et le groupe qui a reçu l’information et bien, ils ont perdu 910 grammes sur un mois en ne changeant absolument rien et non seulement ils ont perdu 910 grammes et en plus ils ont diminué leur taux de masse grasse et ils ont diminué également leur tension artérielle donc ça, ça a été mesuré et c’est incroyable, ça veut dire que simplement en changeant son point du vue sur les choses, sur nous-mêmes ou sur quelque chose que quelqu’un m’apporte ou sur une situation et bien je vais avoir des changements biochimiques dans mon corps et ça vous voyez que ça peut aller tres, tres loin, justement on va aller un peu plus loin.

On a également pu le démontrer que ça fonctionnait également quand on fait quelque chose donc si en plus vous y croyez mais si en plus vous faites un exercice pour perdre du poids par exemple et bien vous avez tendance à ce que ça fonctionne encore plus.

On a fait la même chose avec des personnes qui vont faire de l’aérobic, donc elles n’ont pas encore fait d’aérobic, on prend deux groupes et on informe aux deux groupes, on donne la même information que cet aérobic va leur permettre de développer leur capacité respiratoire, etc.. etc… mais dans le premier groupe, on leur donne une information en plus du deuxieme groupe, on leur dit que ça va améliorer leur bien-être psychologique cette fois-ci en fait ils vont avoir plus de confiance en soi par exemple.

Qu’est-ce qu’on constate 3 semaines plus tard, c’est qu’en fait et bien les deux groupes ont amélioré leur capacité aérobic et  par contre seul le premier groupe et pas le deuxieme groupe, seul le premier groupe quand on mesure ça par des tests, c’est tres scientifique et bien seul le premier groupe a amélioré son bien-être psychologique, ils témoignent d’une plus grande estime de soi donc ça c’est quand même fascinant aussi et on se rend compte en fait que le message qu’on se donne à soi-même, les informations qu’on fait rentrer dans notre esprit, si on les accepte, si elles sont positives ou si elles sont négatives et qu’on les accepte aussi, ça a un impact énorme sur notre vie et donc on voit l’importance de faire attention à ce que nous mangeons pas avec la nourriture oui aussi ça mais ce que nous mangeons également avec notre cerveau, avec nos pensées; qu’est-ce que nous laissons rentrer en nous comme informations.

Rappelez-vous, je vous avais parlé de la grippe, les informations sur la grippe qui peuvent faire qu’on a peur, notre systeme immunitaire diminue et on attrape justement la grippe, tout ça est important et on a pu démontrer que l’effet placebo a comme ça plein de variations assez étonnantes par exemple si on propose aux personnes de prendre, on a vu ça avec des étudiants dans les années 2001, on leur propose de prendre deux types de pilules, ils ne savent pas que c’est du placebo, on leur dit voilà vous avez des pilules roses, ce sont des excitants et vous avez des pilules bleues, ce sont des calmants.

On a remarqué quoi, c’est que chaque fois qu’ils prennent ces pilules, ça a un effet alors qu’en fait il n’y a rien chimiquement, c’est neutre; ce qui fonctionne mieux c’est quand ils en prennent deux fois plus au lieu d’une ça a un petit effet mais quand ils en prennent deux, ça fonctionne plus, ça fonctionne mieux, c’est incroyable parce qu’en fait il n’y a rien de plus et ça fonctionne mieux avec les pilules bleues, pourquoi ? Parce que le bleu, pour les patients enfin pour les étudiants qui ont pris ça, est considéré comme quelque chose qui à priori est dans leur croyance, dans leur culture, dans leur représentation interne, fonctionne mieux en terme de calmant.

Donc, on voit l’importance des petits détails, de la façon dont c’est présenté, la façon dont on le perçoit, tout ça est important.

Egalement, on peut comprendre grâce à ça les stéréotypes que les personnes vont manquer de confiance en elles simplement à cause de croyances et pas du tout à cause de leur capacité.

On a fait notamment une expérience pour démontrer les stéréotypes entre les hommes et les femmes, c’est une expérience qui a été faite assez récemment, on a fait des tests mathématiques et, entre les hommes et les femmes, il n’y a pas de différence au niveau de leurs aptitudes mathématiques, on s’est assuré que les gens avaient des résultats aux tests assez équivalents et puis ensuite on les a fait venir dans un endroit pour faire des tests mais on les a informé, on a travaillé sur les femmes dans ce cas-ci, on a informé les femmes que les hommes ont des avantages ou des meilleures aptitudes mathématiques, de meilleures compétences au niveau des mathématiques alors on a séparé deux groupes, dans le premier groupe, on leur a dit que cet avantage est dû à la génétique et dans le deuxieme groupe, on leur a dit que cet avantage est dû aux stéréotypes de l’éducation depuis l’enfance dans l’école.

Qu’est-ce qu’on constate : c’est que les femmes qui avaient été dans le premier groupe, on les a informé que l’avantage est dû à un avantage génétique, un petit avantage génétique et bien ces femmes-là ont de moins bons résultats aux tests mathématiques.

Donc, vous voyez que si vous acceptez une information, vous ne la vérifiez pas, vous y croyez et bien, ça a un impact jusqu’à vos résultats par rapport à vos compétences, par rapport à votre intelligence. 

On peut comprendre comme ça et ça a été une hypothese qui a été longtemps proposée et encore aujourd’hui et  qui est même démontrée maintenant aujourd’hui notamment la différence entre les noirs et les blancs en matiere  par exemple de compétence aux résultats de certains tests, on sait que dans certains cas les étudiants noirs vont être moins performants que les étudiants blancs dans certains cas et l’hypothese qui est avancée, c’est que c’est dû aux stéréotypes et d’ailleurs ça a été démontré puisqu’on a pu démontrer l’effet inverse; on a pu démontrer que les étudiants noirs pouvaient même être plus forts que les étudiants blancs suite à la suggestion, suite aux informations qu’ils recevaient sur leur intelligence et sur leur compétence.

Alors justement, par rapport à ça, en fait on a réuni des personnes, des étudiants noirs et des étudiants blancs pour leur faire passer des tests d’aptitude verbale et d’aptitude cognitive et on a informé, comme ça de maniere un peu distraite, on a quand même fait passer cette information qu’en général et ce n’est vraiment pas grave du tout mais qu’en général les noirs obtiennent de moins bons résultats que les blancs à ces tests et les mesures, les résultats ont montré que les étudiants noirs qui avaient entendus cette information avaient de moins bons résultats.

Apres, on a fait le contraire, on a pu juste démontrer que en donnant l’information que les noirs avaient exactement les mêmes aptitudes et bien les étudiants noirs dans ce cas-là avaient les mêmes types de résultats, les mêmes bons scores à ces tests, donc c’est assez incroyable et ensuite on a fait la même chose avec les blancs et les asiatiques donc on a informé des étudiants blancs et des étudiants asiatiques; on a informé les étudiants blancs que les étudiants asiatiques avaient un petit avantage génétique au niveau de leur compétence mathématique et sachant cela les blancs ont eu de moins bons résultats que les étudiants asiatiques.

Alors, je suis sûr qu’on pourrait faire entre les noirs et les asiatiques et faire croire aux noirs qu’ils sont avantagés et certainement qu’ils auraient aussi de meilleurs résultats.

Ce qui est incroyable aussi, c’est qu’on se rend compte en fait que notre réussite, la réussite de notre vie, les choix qu’on va faire dans notre vie, tout dépend en fait de nos croyances, des pensées qu’on entretient sur nous-mêmes mais on le voit que ces pensées peuvent détruire notre vie, entre guillemets détruire, ou au contraire nous construire et faire en sorte que nous ayons une vie qui vaut la peine d’être vécue et qu’est ce qu’on remarque : c’est qu’en fait la clé, c’est l’attitude, c’est ce qu’on fait rentrer dans notre esprit et puis c’est l’attitude.

Je vous avais parlé dans la deuxieme vidéo des expériences qui sont faites sur les pessimistes et les optimistes.  Les optimistes vivent plus longtemps, guérissent plus vite et en général ont de meilleurs résultats dans différents tests et bien on se rend compte en fait quand on fait des placebos, on a étudié le type de personnes qui prennent le placebo donc les gens prennent du placebo, il y aura un certain résultat mais quand on étudie, on essaye de discriminer pour voir si ce sont des personnes qui sont plutôt optimistes ou pessimistes, on se rend compte que le placebo fonctionne mieux chez les optimistes et que le nocebo fonctionne mieux chez les pessimistes.

Le nocebo, rappelez-vous, c’est l’effet négatif c’est-à-dire que si je crois qu’un médicament va me créer des effets secondaires et bien je vais les attraper, si je crois qu’un médicament ne fonctionne pas ou que je vais tomber malade et bien je vais tomber malade, ça c’est l’effet nocebo, une croyance négative va faire en sorte que je vais avoir un résultat négatif, un peu comme dans l’expérience des mathématiques où je crois que je suis désavantagé.

Et bien, les personnes qui sont pessimistes vont beaucoup plus prendre cette suggestion négative que les personnes optimistes.

Les personnes optimistes à qui on donne du nocebo ont une certaine influence mais beaucoup moins que les personnes pessimistes et donc ça, ça montre l’importance de notre attitude et c’est pour ça d’ailleurs que je travaille  beaucoup là-dessus, j’avais fait une formation le mois passé sur la psychologie positive et sur l’attitude avec un entraînement de 15 minutes par jour, donc ça je vous renvoie sur mon site pour ceux que ça intéresse.

Alors, on s’est posé la question enfin plusieurs médecins se sont posés la question : mais finalement, la guérison qu’on obtient dans certains cas est-ce que ce n’est pas dû finalement en grande partie par nos croyances plutôt que par les pilules qu’on donne aux personnes.

J’avais déjà parlé de ça dans la vidéo précédente et on a avancé des chiffres, alors c’est difficile à dire officiellement parce qu’on ne sait pas mais certains médecins vont dire que ça va jusqu’à 70 %.

On sait que nos pensées par exemple chez beaucoup de personnes vont être tournées vers le négatif dans 70 % du volume de nos pensées, il y en a plus ou moins 60 à 80.000 par jour, 70 % d’entre-elles vont être négatives donc vous vous imaginez les impacts que ça a sur notre vie, sur notre joie de vivre, sur notre bien-être et sur les résultats qu’on produit dans notre vie et je vais terminer par une étude incroyable qui va vous montrer en fait que le placebo va même jusqu’à pouvoir influencer notre longévité, notre jeunesse en fait, on peut même rajeunir grâce au placebo.

Donc, en fait je vous avais dit que j’allais parler de l’hormone de croissance mais je n’en ai pas encore parlé, en fait une expérience, ça c’est intéressant, sur le côlon irritable, des gens qui souffrent de côlon irritable.

On donne du placebo à des personnes, des patients qui souffrent du côlon irritable et on ne leur dit pas que c’est du placebo donc on leur dit que ça va leur faire du bien et effectivement ils ont une amélioration de leurs symptômes et en fait, ce côlon irritable s’améliore grâce de nouveau au pouvoir de l’effet placebo donc on voit que ça va jusqu’à modifier notre chimie interne, c’est assez incroyable à tous les niveaux en fait.

Et, une autre expérience a été faite dans d’autres situations, pour voir en fait que le placebo pouvait jusqu’à influencer la sécrétion de l’hormone de croissance.

Je voulais terminer cette expérience qui justement va parler de cette hormone de croissance de toute façon, qui a été faite dans les années 1980, je me souviens quand je l’avais appris il y a longtemps, ça m’avait fasciné aussi et je me suis dit c’est incroyable que c’est possible ce genre de choses.

On a pris, c’est aux Etats-Unis, on a pris des personnes qui sont retraitées, qui ont entre 70 ans et 80 ans, on mesure tous des parametres physiologiques sur leur corps et on les amene en

retraite dans une ferme qui a été aménagée, donc ils sont en retraite, ils sont un peu coupés du monde et on fait deux groupes et dans cette ferme, qu’est qu’on fait : on modifie toute la configuration pour que ça ressemble à l’époque où ils avaient 23 ans de moins donc c’est plus ou moins les années 1960 et en fait, il y a des meubles des années 1960, c’est les tourne-disques, c’est la musique des années 1960, c’est la télévision des années 1960 avec les documentaires des années 1960, c’est les habits des années 1960, c’est tout concernant les années 1960, donc en fait, ils font un retour en arriere un peu comme un voyage dans le temps et le deuxieme groupe on ne leur demande rien de spécial, on leur demande simplement en fait, oui, on leur demande quand même quelque chose, de se souvenir quand ils avaient 23 ans et deux mois, ils devaient s’en rappeler pendant cinq jours.

Le premier groupe par contre, on leur demande de faire semblant d’être plus jeune de 23 ans et qu’est-ce qu’on constate : et bien, on constate apres cinq jours seulement que les gens du premier groupe qui ont fait semblant d’être plus jeunes non seulement se sentaient plus jeunes mais en plus physiquement étaient plus jeunes et ça c’est incroyable.

Le deuxieme groupe, ils étaient un peu plus jeunes aussi parce que tout ça a été mesuré mais c’était beaucoup moins fort donc c’est le fait de faire semblant, de le croire vraiment, de le jouer, de l’acter et ça, on va voir pourquoi c’est important car si on veut vraiment utiliser l’effet placebo, il faut le vivre de l’intérieur et ça a changé quoi ? En cinq jours, les gens étaient physiquement plus jeunes donc il y avait des mesures, la taille était différente, la posture était différente, la respiration était différente, le poids était différent; il y  avait des changements de poids, des changements de force également de préhension, des changements au niveau de l’acuité visuelle, au niveau de l’acuité cognitive, la mémoire, une diminution des douleurs arthrite donc c’était vraiment bluffant pour les chercheurs, en seulement cinq jours, on a en fait remarquer qu’il y avait une sécrétion de l’hormone de croissance, que le corps des gens devenaient physiquement plus jeunes donc ce n’est pas juste qu’ils se sentaient plus jeunes, c’est qu’ils devenaient physiquement plus jeunes et l’expérience qui me revient maintenant en mémoire par rapport à l’hormone de croissance, c’est qu’on donne un médicament aux personnes en leur disant que c’est l’hormone de croissance et c’est vraiment l’hormone de croissance, un médicament puissant et qui diminue l’hormone qu’il appelle le cortisol, l’hormone du stress, donc les personnes prennent ça et ont un effet donc effectivement elles vont être moins stressées et ça a un effet booster sur leur hormone de croissance et ensuite, on continue à leur donner ce médicament mais sans les prévenir on change de médicament, c’est un effet placebo et qu’est-ce qui se passe : c’est que le corps continue à sécréter l’hormone de croissance et le cortisol continue à rester tres, tres basse alors tout ça est incroyable et nous montre à quel point nous avons ce pouvoir de nous transformer littéralement et je vous invite donc à faire attention à ce que vous mettez dans votre tête en terme de croyances.

Alors, pour ceux qui veulent aller plus loin, qui souhaitent car il y a d’autres chapitres du livre où le Docteur Joe Dispenza explique sa méthode et le script de ses méditations et donc explique pourquoi ça fonctionne et comment l’utiliser et bien j’ai fait  un cours en fait, un cours qui comprend 8 vidéos + 2 audios, pour ceux qui veulent aller plus loin, vous pouvez suivre ce cours qui permet vraiment d’appliquer l’effet placebo parce qu’en fait ce n’est pas si facile que ça dans le sens qu’il faut vraiment être persuadé que ça fonctionne et comprendre comment ça fonctionne.

Je pense qu’avec ces quatre vidéos déjà, vous avez déjà pas mal d’informations et je pense que ça va apporter du changement, je l’espere en tout cas, mais pour ceux d’entre-vous qui sont plutôt négatifs, qui sont pessimistes, qui doutent encore, qui ont des maladies par exemple, qui ont des problemes de croyances négatives ou des symptômes physiques, des maladies; vous voulez changer quelque chose dans votre vie, vous voulez changer ça et bien vous pouvez suivre ce cours si vous voulez où je vous accompagne avec ces huit vidéos donc je continue pour ceux que ça intéresse, je continue le déroulé de ce livre mais je rajoute aussi des exercices pour amplifier l’effet et donc il y a aussi les méditations de Joe Dispenza que je vais faire avec des audios et tout ça va vous aider vraiment à vous transformer en fait parce que c’est sûr que si on comprend comment ça fonctionne et si on comprend pourquoi ça ne fonctionne pas aussi, ça nous aide encore à avoir des résultats encore plus précis notamment on comprendra pour ceux que ça intéresse pourquoi parfois la loi de l’attraction dont on parle beaucoup de cette fameuse loi de l’attraction ne fonctionne pas dans pas mal de cas parce que ce n’est pas juste de le vouloir, il y a vraiment des choses à faire, il y a vraiment une méthodologie précise à mettre en place pour que ça fonctionne.

Alors, on peut travailler sur l’estime de soi, on peut travailler sur des maladies physiques, on peut travailler sur certaines compétences que nous n’avons pas encore, oser, travailler donc sur la confiance en soi, travailler aussi sur certaines douleurs que nous avons, travailler sur certains objectifs de vie.

Donc, pour ceux que ça intéresse, j’ai mis le lien en-dessous de la vidéo et d’une maniere générale pour tout le monde si vous n’allez pas plus loin que ça, rendez-vous compte de ce pouvoir, avec ces quatre vidéos, je pense que c’est bien démontré, faites tres attention à ce que vous mettez dans votre cerveau, ne vous laissez pas influencer par des personnes négatives, moi je n’écoute pas des discours négatifs ça ne m’intéresse pas, je ne regarde pas ce genre d’informations même à la télévision de toute façon  on le sait quand même mais je ne veux pas rentrer dans des névroses négatives, je fais tres attention aux informations qui me viennent pour qu’elles soient positives, qu’elles soient constructives, c’est vraiment important, être entouré aussi de personnes constructives et de se rendre compte du pouvoir que nous avons en fait nous créons littéralement notre vie avec nos pensées et notre attitude. 

La formation est disponible ici !

A lire aussi sur ce thème:

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Enter the title for your Facebook comments section

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.