info@Bonheur-ou-stress.com

Pour être heureux, soyez comme un enfant et pensez peu !

Pour être heureux, soyez comme un enfant et pensez peu !

Les jeunes enfants sont souvent inspirants : ils sont totalement dans l’instant présent, là ou seul le Bonheur se trouve ! 

Comment font ils ?

Ils ressentent le Bonheur, ils ne le pensent pas, ils pensent peu d’ailleurs.

Tout comme  les personnes vivant un Bonheur authentique, ils pensent peu, ils ressentent beaucoup.

On ne pense pas le Bonheur, on le ressent.

Comment y arriver ?

.. En ralentissant l’excès de pensées pour retrouver notre capacité naturelle à jouir de la vie.

Examinons cette compétence.

Où est le bonheur ?

Pourriez vous être plus heureux ailleurs et plus tard que là ou vous êtes en ce moment précis ?

Si vous répondez oui cela veut dire que vous pensez que le bonheur est ailleurs et plus tard et donc vous ne le vivez pas.

Or il ne peut exister que dans le présent, ici et maintenant pendant que vous lisez ces lignes.

« Ah qu’est ce que je serais heureux quand je serais heureux.. » ironisait Woody Allen.

Un bonheur imaginé, rêvé, nos pensées projetées dans le futur nous font rater l’instant présent là ou seul le bonheur peut être ressenti.

Êtes vous réellement là ?

Lorsque nous ne sommes pas dans l’instant présent nous sommes dans une dimension parallèle, composée de mondes mentaux.

Nous sommes ainsi a-liénés car coupés de la réalité du présent.

Ces principaux mondes mentaux se nomment jugements, suppositions, désirs, comparaisons et autres jugements. Ils nous coupent du présent et pire encore déclenchent souvent en nous des émotions d’anxiété, de tristesse et de colère mais aussi heureusement parfois de joies.

Exemples :

  • Devant le retard de votre compagnon vous supposez celui blessé ou avec une autre, vous voilà anxieuse.
  • Vous jugez le retard de votre collègue comme irrespectueux, vous voilà déçu(e) ou énervé(e) etc.
  • Vous imaginez vos prochaine vacances, vous voilà joyeux.

Je pense donc je ne suis pas !

Lorsque nous pensons, nous ne sommes plus dans le présent car si nous sommes totalement dans le présent, notre attention est portée non pas sur des pensées mais sur notre ressenti d’être vivant et connecté.

Être c’est donc avant tout ressentir et non penser.

Pourtant la pensée peut être utile pour résoudre des problèmes et peut être aussi source de joies.

Elle n’est donc pas mauvaise tant que nous sommes capables grâce à notre conscience de la maîtriser en la stoppant ou en la dirigeant vers ce qui est constructif.

De nombreuses recherches en psychologie positive font état que les personnes ayant une pensée constructive bénéficient d’une vie plus longue, d’une meilleure santé, de relations plus harmonieuses que la moyenne (voir autres articles sur le site à ce sujet).

De plus la capacité de ne pas penser commence à être étudiée aussi et est corrélée avec une plus grande résistance au stress et un grand plaisir de vivre.

Méditons en conclusion cette constatation :

Si nous ne nous occupons pas de nos pensées, nos pensées s’occupent de nous pour notre plus grand malheur..

Bonne Méditation 🙂

Eric

A lire aussi sur ce thème:

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Enter the title for your Facebook comments section

7 Comments

  1. Un enfant penses, simplement il lui manque les informations lui permettant d’affiner sa réflexion, et du peu qu’il sait, cela lui permet juste de « vivre » sans pouvoir faire autre chose.

    Avez-vous été enfant ? Si vous ne « pensiez » pas, c’est problématique…

    Reply
  2. je t’aime beaucoup

    Reply
  3. Bonjour Eric,

    J’ai moi aussi parcouru quelques pages de ton blog et suis restée pratiquement scotchée par la lecture de tes articles qui sont très clairs, invitants en plus à la réflexion.

    Dommage que je n’ai pas trouvé comment m’inscrire à la newsletter.

    Si tu le souhaite, je te propose d’écrire un article « invité » qui sera publié sur mon blog. N’hésite pas à me contacter si cette offre t’intéresses.

    A très bientôt,
    Amicalement,
    Nicole

    Reply
    • Chère Nicole, merci de ton feed back qui me fait chaud au coeur !
      Je suis ok pour écrire un article invité avec plaisir ! c’est chouette comme idée .. tu souhaites un thème en particulier ?
      Pour la newsletter je vais sans doute devoir rendre cela encore plus clair ! merci de me le dire ..

      Reply
      • Bonsoir Eric,

        Merci aussi 😉

        Pour l’article je te laisse carte blanche, nos thématiques sont très proches et un peu de fraîcheur avec une autre plume ne peut que faire du bien à mes lecteurs.

        Je suis certaine qu’ils apprécieront autant que moi ton style de rédaction.
        Alors à très bientôt … à Booster-Gala et au plaisir de te lire très bientôt,

        Amicalement,
        Nicole

        Reply
  4. Bonjour Eric,
    Est-ce que le bonheur existe si on n’en a pas conscience ?
    C’est la question que m’inspire ton introduction sur les enfants gais, souriants et joyeux.
    Je suis resté sur ma faim par rapport aux 3 causes du malheur, dont tu parlais dans ton commentaire sur mon blog…

    Reply
    • cher jean, j’adore ta question ! je vais y réfléchir, cela demande un article 🙂
      A mon avis oui et non, tout dépend de la définition du bonheur.. Pour ma part il rime avec conscience, car si on en a pas conscience, on est un peu comme des automates programmés qui faisons les choses sans conscience, par pure programmation de notre code génétique ou d’habitudes conditionnées. je dirai alors que la personne peut dans ce cas être joyeuse, avoir du plaisir, mais pas être heureuse. C’est une question de définition de terme, vois à ce propos mon article sur la joie
      ce n’est que mon avis, à développer bien sur.. discussion passionnante !

      Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.