+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Je vis en ce moment une grande tristesse, que faire ?

Je vis en ce moment une grande tristesse, que faire ?

Je réalise cette nouvelle vidéo pour vous parler aujourd’hui de la tristesse; alors cette vidéo sur la tristesse avec ce titre « je suis triste et qu’est-ce que je fais de ma tristesse ? ». C’est une vidéo avec un titre qui n’est pas qu’un titre pour accrocher mais c’est également en fait un reflet de ce que je suis en train de vivre pour l’instant puisque je suis moi-même en train de vivre de la tristesse pour l’instant dans ma vie privée et je trouvais ça intéressant même si c’est un peu difficile pour moi d’en parler, de pouvoir vous partager « qu’est-ce que je fais quand je suis triste ? » Et je trouve que c’est important d’être transparent et de dire qu’en fait on est tous ensemble sur le chemin pour s’améliorer et pour réagir à des obstacles à notre bien-être qui peuvent être, voilà des émotions destructrices comme la tristesse ou la colere ou la peur, parfois je parle de la peur. Alors la tristesse, pour l’instant c’est ce que je ressens et donc je vais vous partager qu’est-ce que je fais avec ça et dans un premier temps ce que je voudrais dire c’est que ce n’est pas facile, c’est vraiment, je le ressens tres fort aussi, c’est quand on est submergé par la tristesse, c’est vraiment quelque chose qui est comme la peur d’ailleurs très, très difficile à vivre et donc, je ne me place pas comme certaines personnes peuvent peut être et penser qu’il y a des gens qui sont parfaits et qui ne ressentent plus d’émotions et qui n’ont plus jamais...
Dépression, déprimé? Que faire ?

Dépression, déprimé? Que faire ?

Vous êtes déprimé, dépressif… Suite aux frustrations (provenant parfois de notre enfance), aux traumatismes, aux difficultés auxquels nous sommes confrontés, on peut se sentir en détresse, accablés d’une grande souffrance, d’une profonde tristesse, ressentir un mal-être intense. Le premier conseil capital est de ne pas culpabiliser. Au lieu de penser qu’on a tout pour être heureux et que néanmoins on ne l’est pas, reconnaître que le monde dans lequel on vit n’est pas toujours facile, que nous ne sommes pas parfaits. A la culpabilité qui accentue la souffrance, préférer la notion de responsabilité (de notre état) car elle nous reconnecte à notre pouvoir de changer les choses, d’aller mieux. Le repos quant à lui, est nécessaire, afin de se regénérer, de récupérer. Face à la perte d’énergie, à la perte de plaisir, au manque de motivation, au repli sur soi, accepter de s’arrêter pour se reconstruire.  Stop aux pensées négatives ! Elles affluent par milliers et il importe de ne pas les analyser car elles déclenchent notre mal être, nous reliant à nos émotions désagréables et aux états de fait du passé, générant jugement, interprétation, comparaison…) et nourrissent ainsi le cercle vicieux. Telles des mauvaises herbes dans notre jardin intérieur, les couper dès qu’elles se manifestent afin de laisser place à notre potentiel de transformation pour cocréer notre réalité.  Et…Last but not least, être patient. La souffrance s’est incarnée dans notre corps, les tensions émotionnelles, musculaires, les toxines du stress ont envahi notre organisme. La respiration, pratiquée régulièrement, de manière consciente est un excellent moyen d’évacuer tout le négatif en soi. La marche en pleine nature permet...
Quelle attitude adopter quand tout va mal ?

Quelle attitude adopter quand tout va mal ?

Que faire quand rien ne va plus et que tout ce que l’on connait ne fonctionne plus ? Quand ni la pensée positive ni la gestion de nos émotions fonctionnent.. Que pouvons-nous faire alors ? Que font les grands maîtres spirituels dans ce cas ?   Il arrive parfois, malgré les outils que nous avons acquis pour gérer nos émotions, malgré notre pratique de la méditation, ou des pensées positives, que nous nous sentions dépassés par nos problèmes, que nous n’arrivions plus à faire face, car ça nous semble trop difficile. Quand rien ne va plus, une technique efficace, enseignée par les grands maîtres spirituels est de faire du surf… Surfer sur les vagues de l’existence, parfois très mouvementées, sans lutter contre elles. Au contraire, en conscience, dans le mouvement descendant de la vague, reconnaître qu’on se sent en manque d’énergie, qu’on se sent triste par exemple, que les évènements ne nous sont pas favorables, et accepter sachant que ça passera. Etre conscient aussi dans le mouvement ascendant que l’énergie revient, la vie nous réussit à nouveau et s’en réjouir. Surfer en suivant le mouvement de la vie, avec l’acceptation de la nature des choses, sans ruminer, juger, lutter, qui nourrissent et entretiennent le malheur. Lâcher le concept que le bonheur est un état dans lequel tout est parfait, lisse, sans problèmes. Le bonheur est une attitude intérieure d’acceptation face aux évènements tant agréables que désagréables de la vie. Et le bonheur est imparfait car la perfection n’existe pas. N.B : A lire à ce propos « Après l’extase, la lessive » de Jack...
L’attitude anticonformiste qui pourrait bien changer votre vie !

L’attitude anticonformiste qui pourrait bien changer votre vie !

  Note : Cet article est le premier de la catégorie « Je vous lance un défi ». Vous en recevrez un toutes les 3, 4 semaines pour vous inciter à passer à l’action et vivre quelque chose de différent. Vous ne trouvez pas que l’on se prend un peu trop au sérieux ? Moi si ! Ça vous est déjà arrivé d’être surpris en photo ou par une amie en rue que vous n’aviez pas vu et qui vous dit « wow tu étais sérieux ! ». Si on est pris en photo sans qu’on le sache notre visage a l’air parfois grave … moi ça m’est souvent arrivé ! Et puis, si on regarde les personnes autour de nous vaquer à leur occupations, n’ont-ils pas l’air sérieux, et même plus arborant une mine grave et triste ? C’est sans doute aussi l’image que l’on renvoie aux autres ! Je nomme cela « le dictat du morne ». Il existe un point commun désastreux à quasi toutes les cultures humaines : celui qui consiste à valoriser une attitude de sérieux excessif, une attitude rigide et pessimiste, voire même méfiante et fermée. Ce dictat se retrouve quasiment dans toutes les cultures et nous en avons tous été imprégnés jusqu’à la moelle de nos os. Des extraterrestres observant l’espèce humaine observeraient souvent des visages aux traits tirés, des faciès fermés et peu accueillants, des postures rigides, en bref des êtres aux aguets en permanence, stressés. Normal leur vision du monde est le plus souvent empreinte de méfiance, de peur, de désespoir parfois et de désillusion souvent. Cette perception extraterrestre doit être un peu près...