+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Dépression, déprimé? Que faire ?

Dépression, déprimé? Que faire ?

Vous êtes déprimé, dépressif… Suite aux frustrations (provenant parfois de notre enfance), aux traumatismes, aux difficultés auxquels nous sommes confrontés, on peut se sentir en détresse, accablés d’une grande souffrance, d’une profonde tristesse, ressentir un mal-être intense. Le premier conseil capital est de ne pas culpabiliser. Au lieu de penser qu’on a tout pour être heureux et que néanmoins on ne l’est pas, reconnaître que le monde dans lequel on vit n’est pas toujours facile, que nous ne sommes pas parfaits. A la culpabilité qui accentue la souffrance, préférer la notion de responsabilité (de notre état) car elle nous reconnecte à notre pouvoir de changer les choses, d’aller mieux. Le repos quant à lui, est nécessaire, afin de se regénérer, de récupérer. Face à la perte d’énergie, à la perte de plaisir, au manque de motivation, au repli sur soi, accepter de s’arrêter pour se reconstruire.  Stop aux pensées négatives ! Elles affluent par milliers et il importe de ne pas les analyser car elles déclenchent notre mal être, nous reliant à nos émotions désagréables et aux états de fait du passé, générant jugement, interprétation, comparaison…) et nourrissent ainsi le cercle vicieux. Telles des mauvaises herbes dans notre jardin intérieur, les couper dès qu’elles se manifestent afin de laisser place à notre potentiel de transformation pour cocréer notre réalité.  Et…Last but not least, être patient. La souffrance s’est incarnée dans notre corps, les tensions émotionnelles, musculaires, les toxines du stress ont envahi notre organisme. La respiration, pratiquée régulièrement, de manière consciente est un excellent moyen d’évacuer tout le négatif en soi. La marche en pleine nature permet...
Le Bonheur est dans le ventre, soigner nos émotions par la physiologie et la chimie ?

Le Bonheur est dans le ventre, soigner nos émotions par la physiologie et la chimie ?

Cet article s’inscrit dans une série de quatre articles que je vais écrire sur le sujet de la santé. Je suis passionné de santé et du lien entre santé et bien-être psychologique depuis 30 ans. Mon métier de formateur en Intelligence émotionnelle et gestion stress ainsi que ma formation académique de psychologue m’ont tout naturellement amené à appréhender la cause des émotions dans la sphère uniquement psychologique.  Plus tard, le bon sens, plusieurs recherches ainsi que des échanges avec des amis thérapeutes dont une très bonne amie en médecine chinoise m’ont amené à réviser mon cadre de perception et à élargir mon paradigme du début. Je compris que les émotions peuvent se manifester également et souvent pour des causes purement physiologiques. Ainsi un foie ou une rate qui ne fonctionne pas correctement conduisent à des manifestations émotionnelles bien connues en MTC (médecine chinoise traditionnelle) et le tout étant intereliés, des émotions récurrentes de colère ou de tristesse peuvent à leur tour affaiblir certains organes bien définis. Le mieux-être psychologique pourra ainsi être largement amélioré grâce à une intervention physiologique ou énergétique sur ces organes, que ce soit par des massages, de l’acupuncture, de la pharmacopée etc. Il n’y aura pas donc pas lieu, le plus souvent, d’intervenir par une psychothérapie classique car le patient lui même parvient assez facilement à gérer ses tensions, soit par une prise de recul, soit par un meilleur positionnement relationnel etc. Il retrouve ainsi son autonomie avec en lui toutes ses ressources de présence et de conscience pour être bien. Exemple : une personne souvent déprimée et pleurant sans raisons apparentes aura plus de ressources après un traitement...
Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Rajeunir de manière simple, efficace et étonnante, ça vous intéresse ? Entendons-nous, il n’est pas question ici de stratégie pour modifier notre alimentation ou notre physiologie. Positionnons-nous en amont de ces considérations, à la source de ce qui distingue les personnes jeunes des personnes âgées. Bien entendu, il existe une pléthore de caractéristiques les différenciant, mais une distinction fondamentale est à épingler. Sans conteste, il s’agit des « premières fois ».. Chaque fois qu’on s’adonne à quelque chose pour la première fois, qu’on teste, qu’on expérimente, qu’on découvre, nous développons un état d’esprit d’ouverture vers l’inconnu, dans lequel les stimulations générées mettent le cerveau en ébullition, créant de nouvelles connexions neurales. Vous avez déjà tous fait ce genre d’expériences ; visiter un endroit pour la première fois, faire un voyage en contrée inconnue, goûter un nouveau plat, tester une nouvelle activité sportive, artistique, culturelle, parler à des personnes qu’on ne connaît pas, et constater, apprécier, l’enrichissement de ces tentatives, ou pas, parfois, ça ne nous convient pas tout en éprouvant la satisfaction d’avoir essayé. Les personnes âgées, ou celles qui ont perdu un certain allant, se coupent de ces nouvelles expériences, de ces découvertes enrichissantes par habitude, par sécurité, confort de vie, la routine installée dans leur quotidien crée alors des automatismes dans lesquels la conscience perd de son éclat. Elles finissent ainsi par passer à côté de leur vie, à rater quantité de belles choses. Alors sans modération, essayez-vous chaque jour à quelque chose de nouveau. Il peut s’agir d’une petite chose comme de changer son itinéraire pour rejoindre son lieu de travail, de tester un plat qu’on ne connaît pas, de...
Voici comment avoir des gènes en bonne santé !

Voici comment avoir des gènes en bonne santé !

Je voudrai vous faire découvrir une découverte étonnante sur le lien entre la bonne santé de nos gènes et non pas simplement le bonheur mais …l’altruisme.  Il existe pas mal d’articles sur internet sur l’importance de l’altruisme et le lien de cette qualité avec le bonheur. J’ai déjà écrit à ce sujet « Le Bonheur protège du cancer, c’est prouvé ! » et « Pour rester en bonne santé soyez optimiste !« .  Cependant je suis heureux de vous présenter ici une autre recherche originale et très récente (2013) qui va plus loin et montre l’impact de l’altruisme sur … nos gènes et donc notre santé. (Futura-Sciences, Agnès Roux, 01/08/2013) En analysant l’effet des émotions sur l’expression des gènes, des chercheurs américains ont fait une découverte étonnante : la démarche suivie pour atteindre le bonheur influence notre génome. Les sentiments altruistes encouragent l’expression de gènes favorables à la santé, alors que les émotions égoïstes font l’inverse. Deux voies principales permettraient de développer le bien-être. La première, l’hédonisme, consiste à cultiver les émotions et les attitudes positives afin de se sentir bien dans sa peau. La seconde, l’eudémonisme, est pour sa part plutôt fondée sur la recherche du bonheur chez l’autre, comme c’est le cas pour les personnes qui effectuent du bénévolat ou des missions humanitaires. Dans les deux situations, les individus développent un sentiment de satisfaction qui participe à leur épanouissement personnel. Au XVIIIe siècle, Voltaire avait affirmé qu’être heureux était bon pour la santé. Plusieurs études ont depuis montré qu’il avait vu juste, et que le bonheur influence différents paramètres physiologiques comme l’activité cardiaque, la durée de la vie et la défense face...
Le Bonheur protège du cancer, c’est prouvé !

Le Bonheur protège du cancer, c’est prouvé !

Je vois autour de moi un grand nombre de personnes qui ont le cancer et ce fléau entraîne bien évidemment un nombre important de stress.  Dans cet article je voudrai vous partager l’information suivante : Le bonheur protège du cancer et c’est prouvé scientifiquement. Plusieurs livres ont déjà révélé ce fait. dans cet article je voudrai résumer une idée clé et souligner le fait que selon les chercheurs, l’optimisme et les émotions positives protégeraient la santé cardiovasculaire (et attention, pas simplement l’absence d’émotions négatives).  Le Dr Christian Boukaram Radio-oncologue et chef du service de radiochirurgie à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal est un expert du système nerveux.  Sur le chemin du neuropsychiatre français David Servan-Schreiber, il a publié Le pouvoir anticancer des émotions édité aux Éditions de l’Homme et vite devenu un best-seller.  Selon lui, les preuves scientifiques se sont multipliées pour montrer le lien entre bonheur ou stress et propagation ou non du cancer :  D’abord, on a découvert que les cel­­lules cancéreuses étaient pourvues de récepteurs d’adrénaline. Et que cette hormone, sécrétée par le corps en période de stress, accélérait leur propagation.  Plusieurs études relient également les deuils mal résolus à l’apparition du cancer. « Les cellules anormales se multiplieraient trois fois plus vite lorsque nous éprouvons un sentiment de désespoir. » explique-t-il dans ses interviews.  « L’angoisse, le stress chronique, la dépression ou l’isolement social constituent des facteurs de risque supplémentaires. En plus d’affaiblir les défenses naturelles du corps, la souffrance psychologique nous incite à adopter de mau­vaises habitudes de vie, qui seraient pro-cancer. Si vous êtes inquiet ou stressé, vous risquez plus de fumer, de mal manger ou d’abuser de l’alcool ».  A la...