+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net

Les personnes déprimées et stressées vieillissent plus vite !

La dépression et le stress sont liés à un biomarqueur du vieillissement,  selon une étude publiée dans dans la revue Biological Psychiatry. Ils sont liés à un raccourcissement des télomères qui sont des capuchons de protection sur les extrémités des chromosomes (lesquels sont constitués des gènes). Les télomères sont considérés comme des biomarqueurs du vieillissement car ils raccourcissent avec le temps. La réponse au stress est régulée par l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (AHHS), composé de deux glandes endocrines du cerveau, l’hypothalamus et l’hypophyse, et de glandes situées au-dessus des reins, les glandes surrénales. Cet axe, qui contrôle les niveaux de cortisol, la principale hormone du stress, ne fonctionne généralement pas normalement chez les personnes souffrant de dépression et de maladies liées au stress. Mikael Wikgren  et ses collègues ont mesuré la longueur des télomères chez des personnes atteintes de dépression majeure et des personnes en santé. Il ont aussi évalué le niveau de stress en mesurant les niveaux de cortisol et le stress perçu au moyen d’un test psychologique. Les télomères étaient plus courts chez les personnes en dépression, ce qui confirmait les résultats d’études antérieures. Mais surtout, des télomères plus courts étaient liés à de faibles niveaux de cortisol chez les personnes en dépression et chez celles en santé. Ces résultats suggèrent que le stress joue un rôle important dans la dépression, car la longueur des télomères était particulièrement réduite chez les personnes présentant un axe AHHS très sensible (comme indiqué par les faibles niveaux de cortisol), expliquent les chercheurs. La recherche a lié cette réponse de l’axe AHHS au stress chronique et à une faible capacité de faire face...

Saviez-vous que, même atteintes de maladies chroniques, les personnes heureuses vivent plus longtemps ?

Une étude britannique publiée il y a deux semaines dans la version internet de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences va dans le sens d’autres recherches précédentes qui avaient déjà établi un lien entre le fait d’être heureux et une espérance de vie plus longue. Une étude menée sur 5000 étudiants d’université suivis pendant plus de 40 ans avait montré aussi que les plus pessimistes pendant leurs années universitaires mourraient plus jeunes que les plus optimistes ! L’optimisme ou le pessimisme sont des traits de caractères issus du tissage entre notre capital génétique et la façon dont nos expériences ont été enregistrées dans nos mémoires. Ce sont aussi des traits de caractères que nous pouvons développer par l’entrainement et c’est le but de ce site ! Eric Les seniors qui se disent heureux ont un risque de mourir dans les 5 prochaines années 35% plus bas que leurs pairs mécontents. C’est ce que démontre une étude britannique publiée lundi dans la version internet de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Les chercheurs de l’University College de Londres ont mesuré le degré de «Bonheur» de plus de 3800 personnes âgées de 52 à 79 ans en les interrogeant sur leur état émotionnel quatre fois par jour. Contrairement à d’autres études sur le bonheur qui se basent sur le souvenir d’émotions ressenties par les participants, les chercheurs britanniques ont recouru à une technique appelée Ecological Momentary Assessment, qui produit un instantané des sentiments de la personne. Les scientifiques ont suivi ces personnes pendant cinq ans, notant le nombre de décès pendant cette période. Les chercheurs...