+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Choisir sa vie (1/7 développement spirituel )

Choisir sa vie (1/7 développement spirituel )

  En séminaire pour l’instant de développement personnel et spirituel et donc beaucoup de d’enseignement et de méditation. Et je vais donc si certaines choses m’inspirent partager avec vous. J’avais aussi proposé quatre livres dont deux ont été publicités, le premier étant « Le Placebo, c’est vous », le deuxieme « La science de l’intention » que je résumerai prochainement. Je vous propose donc ici de réfléchir sur le choix de votre vie. AVONS-NOUS CHOISI NOTRE VIE OU LA SUBISSONS-NOUS ? Au fond, si on réfléchit, on ne choisit pas grand chose dans notre vie, déjà on ne choisit pas de naître, je pense que vous êtes d’accord avec moi ! On ne choisit pas de naître dans tel endroit car quand on vient au monde, on arrive comme dans une scene, une piece de théâtre; il y a des acteurs qui sont déjà là, il y a des décors, on est dans un pays qui est en guerre ou dans un pays qui n’est pas en guerre, une famille avec des conflits, un oncle désagréable, des parents comme ça. Il y a en a qui vont naître dans des familles ou il y a des parents très aimants et d’autres des parents violents, vraiment malsains et donc, en fait, on ne choisit pas tout ça; malheureusement on ne choisit pas ! Ensuite, on ne choisit pas notre culture, dans quel continent on naît, avec quelle croyance religieuse, quelle culture, quelle histoire, quel passé; les personnes qui ont vécu la guerre transmettent du stress à leurs enfants parce qu’il y a une tension, une attention permanente au danger et...
Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Rajeunir de manière simple, efficace et étonnante, ça vous intéresse ? Je suis heureux de vous partager une stratégie étonnante pour rajeunir et ce n’est pas ce que vous croyez 😉 Une attitude toute simple qui peut fortement changer votre vie ! Entendons-nous, il n’est pas question ici de stratégie pour modifier notre alimentation ou notre physiologie. Positionnons-nous en amont de ces considérations, à la source de ce qui distingue les personnes jeunes des personnes âgées. Bien entendu, il existe une pléthore de caractéristiques les différenciant, mais une distinction fondamentale est à épingler. Sans conteste, il s’agit des « premières fois ».. Chaque fois qu’on s’adonne à quelque chose pour la première fois, qu’on teste, qu’on expérimente, qu’on découvre, nous développons un état d’esprit d’ouverture vers l’inconnu, dans lequel les stimulations générées mettent le cerveau en ébullition, créant de nouvelles connexions neuronales. Vous avez déjà tous fait ce genre d’expériences ; visiter un endroit pour la première fois, faire un voyage en contrée inconnue, goûter un nouveau plat, tester une nouvelle activité sportive, artistique, culturelle, parler à des personnes qu’on ne connaît pas, et constater, apprécier, l’enrichissement de ces tentatives, ou pas, parfois, ça ne nous convient pas tout en éprouvant la satisfaction d’avoir essayé. Les personnes âgées, ou celles qui ont perdu un certain allant, se coupent de ces nouvelles expériences, de ces découvertes enrichissantes par habitude, par sécurité, confort de vie, la routine installée dans leur quotidien crée alors des automatismes dans lesquels la conscience perd de son éclat. Elles finissent ainsi par passer à côté de leur vie, à rater quantité de belles choses. Alors sans modération, essayez-vous chaque jour à...
L’attitude anticonformiste qui pourrait bien changer votre vie !

L’attitude anticonformiste qui pourrait bien changer votre vie !

  Note : Cet article est le premier de la catégorie « Je vous lance un défi ». Vous en recevrez un toutes les 3, 4 semaines pour vous inciter à passer à l’action et vivre quelque chose de différent. Vous ne trouvez pas que l’on se prend un peu trop au sérieux ? Moi si ! Ça vous est déjà arrivé d’être surpris en photo ou par une amie en rue que vous n’aviez pas vu et qui vous dit « wow tu étais sérieux ! ». Si on est pris en photo sans qu’on le sache notre visage a l’air parfois grave … moi ça m’est souvent arrivé ! Et puis, si on regarde les personnes autour de nous vaquer à leur occupations, n’ont-ils pas l’air sérieux, et même plus arborant une mine grave et triste ? C’est sans doute aussi l’image que l’on renvoie aux autres ! Je nomme cela « le dictat du morne ». Il existe un point commun désastreux à quasi toutes les cultures humaines : celui qui consiste à valoriser une attitude de sérieux excessif, une attitude rigide et pessimiste, voire même méfiante et fermée. Ce dictat se retrouve quasiment dans toutes les cultures et nous en avons tous été imprégnés jusqu’à la moelle de nos os. Des extraterrestres observant l’espèce humaine observeraient souvent des visages aux traits tirés, des faciès fermés et peu accueillants, des postures rigides, en bref des êtres aux aguets en permanence, stressés. Normal leur vision du monde est le plus souvent empreinte de méfiance, de peur, de désespoir parfois et de désillusion souvent. Cette perception extraterrestre doit être un peu près...
Pour être heureux, soyez comme un enfant et pensez peu !

Pour être heureux, soyez comme un enfant et pensez peu !

Les jeunes enfants sont souvent inspirants : ils sont totalement dans l’instant présent, là ou seul le Bonheur se trouve !  Comment font ils ? Ils ressentent le Bonheur, ils ne le pensent pas, ils pensent peu d’ailleurs. Tout comme  les personnes vivant un Bonheur authentique, ils pensent peu, ils ressentent beaucoup. On ne pense pas le Bonheur, on le ressent. Comment y arriver ? .. En ralentissant l’excès de pensées pour retrouver notre capacité naturelle à jouir de la vie. Examinons cette compétence. Où est le bonheur ? Pourriez vous être plus heureux ailleurs et plus tard que là ou vous êtes en ce moment précis ? Si vous répondez oui cela veut dire que vous pensez que le bonheur est ailleurs et plus tard et donc vous ne le vivez pas. Or il ne peut exister que dans le présent, ici et maintenant pendant que vous lisez ces lignes. « Ah qu’est ce que je serais heureux quand je serais heureux.. » ironisait Woody Allen. Un bonheur imaginé, rêvé, nos pensées projetées dans le futur nous font rater l’instant présent là ou seul le bonheur peut être ressenti. Êtes vous réellement là ? Lorsque nous ne sommes pas dans l’instant présent nous sommes dans une dimension parallèle, composée de mondes mentaux. Nous sommes ainsi a-liénés car coupés de la réalité du présent. Ces principaux mondes mentaux se nomment jugements, suppositions, désirs, comparaisons et autres jugements. Ils nous coupent du présent et pire encore déclenchent souvent en nous des émotions d’anxiété, de tristesse et de colère mais aussi heureusement parfois de joies. Exemples : Devant le retard de votre compagnon vous supposez celui blessé ou avec une autre, vous voilà anxieuse....