+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Prenez soin de vous comme vous le feriez pour un prince et une princesse !

Prenez soin de vous comme vous le feriez pour un prince et une princesse !

Résumé d’une vidéo effectuée apres ma journée de travail, en train de me promener dans la nature et de contempler un paysage magnifique ainsi que les couleurs particulieres d’un coucher de soleil, une lumiere un peu dorée que j’adore. D’ailleurs, je vous invite si vous travaillez beaucoup intellectuellement, beaucoup avec votre mental, surtout si vous le pouvez, c’est de passer du temps pour équilibrer et passer du temps à avoir des moments ou on ne pense pas, ou on ne fait rien, on est dans un état de non-pensée, par exemple, une activité physique, une activité qui voilà va vous permettre d’être dehors, de respirer et de simplement apprécier le présent. Et on devrait idéalement d’ailleurs je pense, si on travaille quatre heures intenses au niveau intellectuel, c’est passer ensuite quatre heures pour simplement être dans un état de non pensée et simplement d’apprécier la vie et de la ressentir physiquement. On est dans la tête et on passe dans le corps, c’est avoir un équilibre en fait entre les deux. Le but de cette vidéo, c’était surtout de voir si vous avez déjà eu cette réflexion qui est de vous traiter comme un prince et comme une princesse. Est-ce que vous vous traitez comme un prince et comme une princesse ? C’est intéressant de se poser la question parce que je remarque que beaucoup de personnes, pas tout le monde, et sans doute, vous n’êtes pas de ceux-là mais beaucoup de personnes ont tendance à se traiter avec beaucoup de dureté, beaucoup même de sévérité, à se juger, à se dévaloriser et à ne pas faire trop attention...
Comment se libérer de la dépendance affective ?

Comment se libérer de la dépendance affective ?

    La dépendance affective est un problème qui génère de la souffrance, aussi peut-on se dire que la personne dont on dépend n’est pas idéale pour soi. Cette personne nous apporte quelque chose (un sentiment de sécurité, de réconfort, d’amour, de confiance, …) qui correspond à un état que l’on recherche. Il importe dans un premier temps de prendre conscience que la personne (qui correspond au moyen) est à dissocier de l’état (le résultat recherché) ; il est essentiel de réaliser que le moyen importe moins que l’état d’être que l’on recherche (amour, sécurité, joie, confiance…).. D’autant que l’état recherché est déjà accessible en nous de manière naturelle, chose dont nous n’avons pas conscience, quand on est en dépendance affective car notre cerveau est en mode stress, nous empêchant de ressentir l’harmonie, la créativité, les multiples ressources et possibilités qui s’offrent à nous. L’ego se manifeste en nous en voulant obtenir, posséder, contrôler quelque chose qui nous procure du bien-être, tout en nous faisant ressentir la peur de manquer, ou la tristesse de perdre nous laissant supposer que la personne dont on est dépendante est la seule possibilité quiexiste. Ce mode survie dans lequel on se trouve crée une vision de rareté, qui augment notre stress et qui entretient notre dépendance. Pour en sortir et s’ouvrir à l’abondance tout autour de nous, la première chose à faire est de dire STOP aux pensées, aux croyances qui alimentent notre distorsion de la réalité. Et la deuxième étape consiste à changer sa réalité intérieure afin de transformer notre vision de rareté et nous relier à l’abondance, aux infinies possibilités. Comme lors...
Lors d’une situation de stress, qu’est ce qui est essentiel ?

Lors d’une situation de stress, qu’est ce qui est essentiel ?

Lors d’une situation de stress, quelle qu’elle soit, utilisez le pouvoir de l’attention juste sur l’essentiel pour retrouver la sérénité.   Qu’est donc l’essentiel ? L’essentiel est notre bonheur et notre harmonie. Or que se passe-t-il quand nous nous stressons ? Généralement notre mental nous projette dans un autre monde que le monde réel. Cela peut être le monde des suppositions, des regrets, des désirs ou des comparaisons, brefs toutes ces pensées créant soit de l’anxiété ou de la colère (pensées dirigées vers le futur), soit de la tristesse ou encore de la colère (pensées dirigées vers le passé). Lorsque nous nous stressons, notre mental est donc très envahissant et nous projette dans un monde temporel qui est tout sauf le présent. Or l’essentiel c’est le présent. Seul le présent qui est la vie qui passe ici et maintenant est essentiel car c’est le seul moment où l’on peut être heureux. Pourtant lorsque nous sommes dans le stress, nous ne sommes jamais dans le présent.. Nous perdons l’essentiel de vue. Nous nous énervons, nous tracassons pour des situations à venir ou passées. L’idée principale développée dans Bonheur ou Stress est que nous avons toujours le choix, le choix de décider ou porter notre attention, soit sur ces pensées de souffrances, soit sur l’essentiel, à savoir le moment présent. Lorsque nous prenons conscience de ce mécanisme et que nous voulons changer apparaît souvent un conflit en nous entre deux objectifs : avoir raison, obtenir réparation, être compris (l’objectif du mental) ou accepter la situation, être présent et garder son harmonie (l’objectif de l’être). Ce petit schéma peut illustrer ce conflit dans notre esprit et la...
Et si vous décidiez d’être heureux ?

Et si vous décidiez d’être heureux ?

Ce début d’année  est classiquement la période des grandes résolutions et des nouveaux projets. Mais quels sont ceux et celles d’entre nous qui pensent avant tout à leur bonheur intérieur ? En cette période de renouveau, pourquoi ne décideriez-vous pas d’être heureux pour toujours ? Pourquoi ne décideriez-vous pas d’être heureux pour le restant de vos jours, de façon permanente  ? C’est possible. Ceux qui connaissent bien Bonheur ou Stress savent que notre décision du Bonheur doit être solennelle et empreinte de la compréhension suivante : le bonheur est inconditionnel et il est sans raison. Il est inconditionnel car le bonheur ne dépend d’aucune condition extérieure (sauf les besoins physiologiques de base qui doivent être remplis bien entendu) et il est sans raison car, dès que vous mettez une raison à votre bonheur, ce n’est plus du bonheur mais de la joie.  Joie ou bonheur ? Dès que vous vous dites je suis heureux parce que j’ai ceci ou cela ou que vous formiez un nouveau projet… votre bonheur est bien fragile car, sans le « ceci ou cela » ou le projet, vous voilà bien malheureux… « Enfin il fait beau, je suis heureux… », « Ah je suis en vacances, je suis heureuse ». Ah bon ? Et quand il fait mauvais, vous êtes malheureux alors ? Et quand vous n’êtes pas en vacances, est-il vraiment impossible d’être heureux ? Nous le constatons aisément, le bonheur ne dépend pas d’un quelconque évènement extérieur mais d’abord d’une décision. Où que nous soyons (outre les cas extrêmes), nous pouvons être heureux si nous savons être présents.  Or qu’est-ce qu’être présent ? C’est avant tout ne...