info@Bonheur-ou-stress.com
L’inconscient nous sabote t’il ?

L’inconscient nous sabote t’il ?

Avez-vous parfois cette sensation que votre inconscient vous sabote dans vos désirs d’avancer ou de réussite? .. ou encore que des peurs inconscientes vous empêchent de profiter sereinement de la vie ? Avez-vous des amis qui ont des phobies dont ils n’arrivent pas à se débarrasser ou qui se plaignent que « c’est plus fort qu’eux » mais qu’ils ne peuvent agir autrement dans telle ou telle circonstances ? Découvrez dans cette interview avec mon collègue Zenrilla « Qui au final sabote qui « ? .. et surtout comprenez de manière simple et rapide le but fondamental de l’inconscient. Ressources mentionnées dans la vidéo : - le site de Zenrilla - la formation sur le Faster Eft - les vidéos de Zenrilla : http://www.zenrilla.be/explications-e...  - la vidéo de Robert Smith avec la femme ayant une addiction avec la boisson Docteur Pepper  - une vidéo de Robert Smith en français ...
Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Une stratégie étonnante pour rajeunir !

Rajeunir de manière simple, efficace et étonnante, ça vous intéresse ? Je suis heureux de vous partager une stratégie étonnante pour rajeunir et ce n’est pas ce que vous croyez 😉 Une attitude toute simple qui peut fortement changer votre vie ! Entendons-nous, il n’est pas question ici de stratégie pour modifier notre alimentation ou notre physiologie. Positionnons-nous en amont de ces considérations, à la source de ce qui distingue les personnes jeunes des personnes âgées. Bien entendu, il existe une pléthore de caractéristiques les différenciant, mais une distinction fondamentale est à épingler. Sans conteste, il s’agit des « premières fois ».. Chaque fois qu’on s’adonne à quelque chose pour la première fois, qu’on teste, qu’on expérimente, qu’on découvre, nous développons un état d’esprit d’ouverture vers l’inconnu, dans lequel les stimulations générées mettent le cerveau en ébullition, créant de nouvelles connexions neuronales. Vous avez déjà tous fait ce genre d’expériences ; visiter un endroit pour la première fois, faire un voyage en contrée inconnue, goûter un nouveau plat, tester une nouvelle activité sportive, artistique, culturelle, parler à des personnes qu’on ne connaît pas, et constater, apprécier, l’enrichissement de ces tentatives, ou pas, parfois, ça ne nous convient pas tout en éprouvant la satisfaction d’avoir essayé. Les personnes âgées, ou celles qui ont perdu un certain allant, se coupent de ces nouvelles expériences, de ces découvertes enrichissantes par habitude, par sécurité, confort de vie, la routine installée dans leur quotidien crée alors des automatismes dans lesquels la conscience perd de son éclat. Elles finissent ainsi par passer à côté de leur vie, à rater quantité de belles choses. Alors sans modération, essayez-vous chaque jour à...
Nous pensons trop : hyperconnectivité du cerveau et dépression

Nous pensons trop : hyperconnectivité du cerveau et dépression

Suite à cet article, Note de Bonheur ou Stress : Etre trop dans le mental nous empêche d’être heureux. ce concept connu des sages et de beaucoup de spiritualités trouvent ici dans cette étude une confirmation scientifique. Le mental peut nous empêcher d’être heureux. L’analyse constante, les regrets, les projections, les comparaisons, les jugements, toutes ces ruminations mentales nous éloignent du bonheur authentique. Ramener notre conscience sur nos sens et dans l’instant présent est la solution pour être heureux. Eric Des scientifiques de l’Université de Californie (Los Angeles) expliquent que les multiples symptômes de la dépression peuvent être liés à un dysfonctionnement du cerveau impliquant des connexions qui relient différentes régions du cerveau, alors que, traditionnellement, les scientifiques ont lié ces symptômes à des zones spécifiques du cerveau.   Ils démontrent que les personnes atteintes de dépression ont augmenté ces connexions entre les différentes régions du cerveau.   Leurs cerveaux sont hyperconnectés.   « Le cerveau doit être en mesure de réguler ses connexions pour fonctionner correctement», explique l’auteur principal de l’étude, le Dr Andrew Leuchter, professeur de psychiatrie à l’UCLA.   « Le cerveau doit d’abord être en mesure de synchroniser puis de désynchroniser les différents zones cérébrales pour réagir, contrôler l’humeur, apprendre ou résoudre des problèmes ». Le cerveau déprimé maintient sa capacité à former des connexions fonctionnelles, mais perd sa capacité de désactiver ces connexions.   Cette incapacité à contrôler la façon dont les zones du cerveau collaborent ensemble explique certains des symptômes de la dépression.   Dans cette large étude, les chercheurs ont étudié les liens fonctionnels du cerveau sur 121 patients atteints de trouble dépressif majeur, ont vérifié la...
Saviez-vous que l’effet Placebo fonctionne aussi à l’envers ?

Saviez-vous que l’effet Placebo fonctionne aussi à l’envers ?

C’est ce que révèle une étude récente, rapportée par la BBC, qui montre que le fait de croire qu’un médicament ne va pas marcher peut se transformer en prophétie auto-réalisatrice.. Cela démontre encore une fois la puissance de la pensée sur notre état émotionnel et physiologique et le fait que l’habitude n°2 du Bonheur, la pensée constructive, est tellement importante… Des chercheurs viennent ainsi de montrer que les effets d’un anti-douleur peuvent être boostés ou au contraire complètement annihilés par les attentes des patients. On a chauffé les jambes de 22 personnes qui ont dû noter le niveau de douleur ressenti sur une échelle de 1 à 100. Après l’avoir évaluée à 66, les patients ont reçu un important anti-douleur par intraveineuse (sans le savoir), et le score est tombé à 55. On leur a ensuite dit qu’on leur donnait un médicament, et le score est passé à 39. Puis, sans changer la dose d’anti-douleur, on leur a fait savoir que le médicament n’était plus administré et qu’ils allaient de nouveau souffrir, et le score est remonté à 64. Autrement dit, alors qu’ils étaient sous anti-douleur, ils disaient ressentir le même niveau de douleur qu’au début de l’expérience, quand ils n’avaient aucun médicament! Comme l’explique la professeure en charge de l’expérience à la BBC: «C’est phénoménal, c’est vraiment cool. C’est l’un des meilleurs analgésiques que nous avons, et l’influence du cerveau peut grandement augmenter son effet, ou l’annuler entièrement.» Même si l’étude a été faite sur des gens en bonne santé sujets à une douleur temporaire, Irene Tracey estime que ses résultats peuvent être utilisés pour les patients aux maladies...