+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Le Bonheur est dans le ventre, soigner nos émotions par la physiologie et la chimie ?

Le Bonheur est dans le ventre, soigner nos émotions par la physiologie et la chimie ?

Cet article s’inscrit dans une série de quatre articles que je vais écrire sur le sujet de la santé.

Je suis passionné de santé et du lien entre santé et bien-être psychologique depuis 30 ans.

Mon métier de formateur en Intelligence émotionnelle et gestion stress ainsi que ma formation académique de psychologue m’ont tout naturellement amené à appréhender la cause des émotions dans la sphère uniquement psychologique. 

Plus tard, le bon sens, plusieurs recherches ainsi que des échanges avec des amis thérapeutes dont une très bonne amie en médecine chinoise m’ont amené à réviser mon cadre de perception et à élargir mon paradigme du début. Je compris que les émotions peuvent se manifester également et souvent pour des causes purement physiologiques. Ainsi un foie ou une rate qui ne fonctionne pas correctement conduisent à des manifestations émotionnelles bien connues en MTC (médecine chinoise traditionnelle) et le tout étant intereliés, des émotions récurrentes de colère ou de tristesse peuvent à leur tour affaiblir certains organes bien définis.

Le mieux-être psychologique pourra ainsi être largement amélioré grâce à une intervention physiologique ou énergétique sur ces organes, que ce soit par des massages, de l’acupuncture, de la pharmacopée etc. Il n’y aura pas donc pas lieu, le plus souvent, d’intervenir par une psychothérapie classique car le patient lui même parvient assez facilement à gérer ses tensions, soit par une prise de recul, soit par un meilleur positionnement relationnel etc. Il retrouve ainsi son autonomie avec en lui toutes ses ressources de présence et de conscience pour être bien.

Exemple : une personne souvent déprimée et pleurant sans raisons apparentes aura plus de ressources après un traitement en MTC pour retrouver naturellement une pensée naturellement positive, retisser des liens avec ses amis ou la nature, comprendre le besoin profond insatisfait sur lequel elle doit travailler, toutes directions qu’elle n’arrivait pas à prendre auparavant.

Evidemment tout cela est largement ignoré en psychologie traditionnelle.

De même, dans ma formation en hypnose et plus spécifiquement en Psychothérapie des Traumas Réassociative (PTR), on comprend que certaines émotions dans le cadre de traumas viennent d’une situation pénible mémorisée que le cerveau ne parvient pas à « oublier » ou à classer normalement. Ainsi dans ce cas les émotions quotidiennes du patient, souvent exacerbées, trouvent leurs causes non dans l’environnement immédiat, ou dans un cadre relationnel, ni dans un problème organique mais bien dans un phénomène cérébral encore assez méconnu lié au fonctionnement du système nerveux autonome.

Dans ce cas « faire parler » la personne pour qu’elle aille mieux, et utiliser des outils d’interventions psychologiques classiques tel exemple le recadrage, ne fera qu’augmenter le mal-être de la personne.

Parallèlement à toutes ces réflexions, je constatais également une autre évidence : les émotions désagréables et destructrices peuvent également venir parce que nous manquons de certaines substances dans l’organisme. Il suffit de penser aux oméga 3, substance équilibrant l’humeur, ou encore au magnésium ou à la vitamine D, B ou C pour ne citer qu’eux bien connus, pour savoir qu’un manque de ces substances peuvent créent de fortes dépressions chez l’individu. Tout comme un manque de sommeil et l’usage d’excitants va jouer d’une façon certaine sur notre humeur quotidienne. On dira que je prêche contre ma chapelle, mais là encore chercher un traitement dans la sphère uniquement psychologique est une aberration..

Ainsi à ce jour dans mes cours, je classifie les émotions ainsi :

1. Les émotions primaires : elles surviennent quand notre survie est menacée, elles sont universelles et innées.

2. Les émotions secondaires : elles sont apprises et régies par nos croyances et surviennent quand nos besoins psychologiques et notre santé optimale ne sont pas satisfaits.  (Pour découvrir  les huit besoins humains fondamentaux, lisez mon article sur le sujet).

3. Les émotions d’origine physiologique : elles surviennent quand notre corps ne fonctionne pas de manière optimale.

4. Les émotions « élastiques » (désolé je n’ai pas trouvé de meilleur mot à ce jour 😉 ) : elles surviennent quand une émotion passée n’a pas été gérée correctement; ce sont principalement les traumas et les phobies (et dans une certaine mesure les allergies).

Lorsqu’un client se présente à moi pour des problèmes émotionnels, je sonde toujours l’hygiène de vie et le passé de la personne avant de foncer dans des recherches psychologiques inutiles.

Tout logiquement, rien n’est purement un aspect et tout étant lié il est toujours plus indiqué d’intervenir à différents niveaux.

le cadre étant posé revenons au sujet de cet article : Comment soigner les émotions d’origine physiologique avec la nouvelle piste de la chimie cérébrale et du deuxième cerveau qu’est notre ventre?

J’ai essayé plusieurs école d’hygiène de vie, plusieurs façons de manger, ou « régimes », plusieurs types de système de santé, que ce soient des objets (réveil sans sons, appareil de fitness, sandales « grounded », c’est à,dire avec prise de terre pour éliminer le stress électromagnétique, etc..), des aliments particuliers, des compléments alimentaires, des rituels spécifiques (comme les douches froides, l’eau chaude au citron le matin -ou le vinaigre-, l’hydrothérapie, le jeûne, la prise de chlorure de magnésium encore d’eau de Quinton etc..), et ai lu plusieurs dizaines d’ouvrages et vu des centaines de vidéos sur le sujet, des plus bizarres au plus scientifiques.

Dans ces 4 articles j’ai décidé de vous partager ce que je trouve le plus pertinent selon ma compréhension actuelle du bien-être optimal de l’être humain.

Le premier article, celui-ci parlera donc la piste de la chimie cérébrale.

Le deuxième article parlera du jeûne, approche révolutionnaire et millénaire pour retrouver le bien-être rapidement. Voici déjà une vidéo que j’ai faite sur le sujet.

Le troisième article parlera de l’hygiénisme et du deuxième cerveau, « émotionnel ».

Le quatrième article parlera des logiques et paradoxes empêchant la perte de poids et comment quitter les addictions liées à la nourriture grâce à des stratégies paradoxales. Là on reviendra dans la psychologie 🙂

Je serai très heureux de lire vos commentaires, questions ou partages d’autres approches ou outils.

le Bonheur est dans le ventre ou comment soigner les émotions d’origine physiologique, la nouvelle piste de la chimie cérébrale ?

Une piste de la chimie cérébrale, ça veut dire quoi ?

Cette piste est en fait basée sur des découvertes récentes et encore peu connues faites dans des cliniques novatrices aidant les alcooliques et les toxicomanes à sortir de l’enfer de leurs dépendances.

Ces recherches ont permis de mettre en évidence des substances extraordinairement puissantes pour guérir non seulement les alcooliques et les toxicomanes, mais aussi les boulimiques, les anorexiques, les dépressifs, les épuisés chroniques mais aussi les dépendants à la malbouffe ( dont les 3 poisons : sucres, lait, féculents, on en reparlera dans un autre article) qui nous enlèvent notre énergie et nous détruisent.

Plusieurs de ces cliniques se trouvent sur la côte ouest des USA dont par exemple Nutritional Therapy Institute Clinic. Des chercheurs comme le très connu neurobiologiste  Eric Braverman travaille sur cette piste de la chimie du cerveau (voir lectures conseillées) et sa fondation PATH (place for achieving total health).

Exemple de dépendance : selon les résultats d’une étude de 2007 conduite à l’université de Bordeaux, le sucre est quatre fois plus addictif que la cocaïne. La dépendance au sucre et aux glucides raffinés est en réalité causée par un problème biochimique majeur : une incapacité de l’organisme à produire en quantité suffisante les substances chimiques qui sont responsables de la régulation de l’appétit et de l’humeur.

Plusieurs expériences ont montré que lorsque l’on fournit à l’organisme ces substances chimiques, les dépendances et les mauvaises humeurs stoppent.

Bonne nouvelle, ces substances sont naturelles, ce sont les acides aminés, constituants élémentaires de la vie (les protéines) et ingrédients à partir duquel le cerveau fabrique ses propres substances chimiques ultra-puissantes, ses philtres de bonne humeur :

  1. – La sérotonine, antidépresseur naturel
  2. – Les catécholamines, caféine et booster naturel (adrénaline, noradrénaline, dopamine)
  3. – Les endorphines, plus puissantes que l’héroïne et 100% naturelles, utiles pour soulager les douleurs émotionnelles et physiques
  4. – Le GABA, naturellement plus relaxant et anxiolytique que le valium

 Ces neurotransmetteurs sont des milliers de fois plus puissantes que les drogues les plus dures. Quand le cerveau a assez de chacune de ces substances, nous sommes sereins énergétiques et naturellement mesurés pour faire face avec créativité aux défis de la vie.

Dans le cas contraire nous développons des troubles émotionnels. Les déséquilibres émotionnels ne viennent donc pas que d’un problème psychologique mais aussi physiologique.

Ces substances chimiques sont produites naturellement et principalement dans la paroi intestinale, dans le système nerveux entérique. C’est notre deuxième cerveau, en fait le premier dans notre développement de fœtus. C’est lui le cerveau émotionnel.

Cependant un rythme de vie inadapté empêche cette fabrication. Dès lors, un approvisionnement extérieur momentané apparaît comme une bonne solution si un nettoyage et une remise à niveau de l’organisme se fait parallèlement.

Ces acides aminés sont en vente libre en parapharmacie et magasin diététique/bio, sont sans aucun risque et tout à fait naturel. Cette hypothèse a été validée par plusieurs soins et expériences cliniques portant sur des dizaines milliers de patients. Il peut vous aider à atteindre l’équilibre physique et émotionnel.

Des milliers de personnes ont ainsi réussi à retrouver leur équilibre émotionnel et se sevrer de leurs dépendances à la malbouffe et au sucre grâce à ces prises. Attention si vous ne lisez pas les livres des ces chercheurs que je vous recommande en fin d’article, sachez que des bactéries intestinales présentes dans un organisme congestionné où le système intestinal est perturbé par la malbouffe peuvent empêcher malgré tout le sevrage grâce à ces acides aminés et nous voler toute notre énergie. Je ferais un autre article sur le sujet.

Normalement, ces acides aminés se trouvent en quantité suffisante et idéale dans les fruits et légumes. Cependant un état de grand manque et de grand déséquilibre peut selon moi justifier que l’on prenne ces compléments pendant un temps donné, disons 3 mois. Ensuite l’apport naturel via les fruits et légumes suffit si ceux-ci sont pris en quantité suffisante (nous en parlerons dans mon 3° article).

Au travers de mes lectures j’ai synthétisé pour mes patients les prises les plus courantes. J’en ai fait un tableau synthétique que voici :

Tableau des compléments alimentaires pour être plein de vitalité physiquement et mentalement et proposition de posologie

tableau compléments alimentaires

 

Commencez par la dose minimum et si pas d’effets dans les deux jours, augmentez la dose tel qu’indiqué.

A ce tableau de prise d’acides aminés, je vous conseille également de prendre un bon multivitaminé pendant ces 3 mois.

Un supplément regroupant plus d’une vingtaine de nutriments, au moins aux doses journalières recommandées, est un acte nutritionnel important en matière de prévention santé. Selon une étude réalisée aux Etats-Unis 81 % des professionnels de la santé prennent un complément de multivitaminés et minéraux.

Il semble que le mode de vie moderne, le stress, la pollution, l’âge (qui réduit l’absorption des nutriments) font que même l’alimentation la plus saine et la plus variée ne garantit pas un apport optimal de toutes les vitamines, minéraux, acides aminés et acides gras essentiels (les sols sont souvent appauvris et la pollution et le transport abîment nos aliments).

Nous consommons en outre beaucoup d’aliments et de composés inhibiteurs comme le café, le thé, les boissons gazeuses, le soja non fermenté et l’alcool, qui diminuent l’absorption de certains nutriments. Les premières victimes de cette hécatombe sont le fer, le zinc, le calcium et l’acide folique.

De plus, la fumée du tabac peut aussi détruire les vitamines. La revue « Breast cancer research and treatment » vient de publier un article qui a enregistré une diminution du risque de mortalité par cancer du sein invasif chez les patientes ayant utilisé des suppléments de multivitaminés et minéraux.  Une autre recherche a montré que les hommes ayant pris quotidiennement un complexe multivitaminé ont eu une réduction statistiquement significative (environ 8%) de l’incidence de l’ensemble des cancers par rapport à ceux ayant pris le placebo.

La qualité des ces compléments et de ces acides aminés est fondamentale. Choisissez les meilleures marques. Personnellement je conseille la marque BIO LIFE et la marque SOLGAR.

Il existe aussi la marque Purasana qui sont des poudres de supers aliments contenant beaucoup d’acides aminés. Je prends régulièrement ces poudres que je rajoute à mes jus de légumes.

Combien de temps faut-il prendre ces compléments ?

Je conseille donc 3 mois le temps à notre organisme de retrouver un mode de vie et surtout une alimentation saine, c’est-à-dire contenant peu de poisons (café, sucre, lait, féculents, sel de table, glutamate, aspartame, boissons gazeuses,etc), une majorité de fruits et légumes crus et bio (80%), des bonnes graisses en suffisance (huile d’olives de première pression à froid bio, avocats, beurre naturel etc), poissons et viandes saines si envies et de l’eau peu minéralisé en abondance.

Une fois cette alimentation variée retrouvée, les acides aminés et les vitamines présents dans une alimentation saine seront suffisants pour notre organisme.

Une source constante et naturelle d’acides aminés (que je prends personnellement) est l’eau de coco.

Pour en savoir plus je vous conseille :

– Cet article : http://www.lanutrition.fr/la-biologie-du-caractere.html

– Puis ensuite cet article « Julia Ross : « Contre les fringales, la volonté seule ne suffit pas !« : http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-poids/les-regimes-a-la-loupe/julia-ross-contre-les-fringales-la-volonte-seule-ne-suffit-pas.html

– Puis ce livre :


– Et aussi ce livre :


Au-delà de cette approche qui n’est pas une panacée ni une baguette magique pour ne plus jamais avoir de soucis et être heureux constamment, il est à noter qu’il en existe d’autres approches que je conseille également car totalement complémentaires : la détoxification de l’organisme grâce à des méthodes ancestrales (saunas, lavements du colon, etc..), l’alimentation vivante, la médecine chinoise et les thérapies énergétiques, le respect des rythmes biologiques, la gestion intelligente du mental, une pratique méditative etc.

Tout cela fera l’objet de prochaines articles.

Prenez soin de votre corps .. car le bonheur passe par le corps !

Eric

Si vous avez aimé mon article et pensez qu’il peut aider certaines personnes à y voir plus clair, partagez le, c’est fait pour  !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
La déprime ou le Bonheur dans votre assiette ?

La déprime ou le Bonheur dans votre assiette ?

Suite à cet article , Note de Bonheur ou Stress :

Ainsi vivre heureux est un art. le Bonheur est naturel comme j’aime à le répéter sur ce site, il ne s’apprend pas, mais par contre le malheur lui peut s’apprendre et/ou se développer par une mauvaise hygiène de vie, ce qui sous entend une mauvaise hygiène mentale mais aussi une mauvaise hygiène alimentaire. Un régime riche en gras et en sucre peut vous rendre dépressif et vous éloigner du Bonheur. Vivre le bonheur est un véritable art à notre époque ! Eric

Dans une étude publiée le 17 avril 2012 dans l’International Journal of Obesity, l’équipe de Stéphanie Fulton du Centre de recherche du CHUM (CRCHUM) a démontré que l’obésité causée par un régime alimentaire riche en gras et en sucre modifie la dopamine, une molécule du cerveau, et induit la dépression.

Lors d’expériences menées avec des souris de laboratoire, l’équipe a pu noter qu’un groupe de souris alimentées avec un régime riche en gras saturés sont devenues non seulement obèses, mais déprimées, en plus de démontrer des signes évidents de stress lors de différentes épreuves.

C’est la dopamine, et en particulier certaines cellules de cerveau qui reçoivent la dopamine et d’autres signaux qui expliquent cette dépression. L’équipe de recherche a constaté des changements dans le système limbique qui est la région du cerveau qui contrôle les émotions dont le plaisir immédiat associé à la consommation de nourriture riche en gras et en sucre. Plus précisément, l’équipe a noté que l’expression de certaines protéines jouant un rôle important dans le « câblage » du cerveau a été altérée.

« Ce sont ces mêmes altérations que l’on retrouve dans le cerveau humain des toxicomanes et des dépressifs. De fait, la prise de nourriture riche en gras et en sucre provoque immédiatement la sécrétion de dopamine ce qui envoie au cerveau un signal de récompense, mais cette sensation disparaît rapidement, ce qui induit les comportements dépressifs« , note la chercheure.

Lorsqu’immobilisées, les souris obèses nourries d’un régime riche en gras et en sucre sécrètent un niveau de corticostérone, l’hormone du stress, beaucoup plus élevé que chez les souris normales, indiquant ainsi leur faible résistance aux situations anxiogènes. « Interprétés par le cerveau comme une source de plaisir, à long terme, les aliments gras et sucrés peuvent entraîner un déplaisir chronique et des émotions négatives« , explique la Dre Fulton, qui est aussi professeure à l’Université de Montréal.

D’ailleurs, d’autres chercheurs ont noté que le niveau de stress est aussi élevé chez les humains obèses. Les travaux de la Dre Fulton viennent d’identifier les mécanismes potentiels qui expliquent ce stress et les comportements dépressifs qui en découlent.

Source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69963.htm   BE Canada 404  >>  11/05/2012

Et vous ? Mangez-vous trop d’aliments gras et sucrés ?

Vous rendez-vous compte de l’impact de votre alimentation sur vos humeurs ? 

Quelle est votre plus grande difficulté à ce sujet ? 

laissez moi vos commentaires ici en bas !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail