+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Auto Hypnose 4 : abondance financière et loi d’attraction

Auto Hypnose 4 : abondance financière et loi d’attraction

En quoi l’autohypnose peut-elle nous aider à accéder à plus de sécurité et d’abondance financiere ? 

Pourquoi est-ce qu’on a tendance parfois à se saboter dans nos objectifs et pourquoi parfois ou souvent pour certaines personnes la loi de l’attraction, ce qu’on appelle la loi de l’attraction qui dit qu’on attire ce sur quoi on se concentre, …. et bien, elle ne fonctionne pas ?

C’est ce que nous allons voir ensemble dans ce résumé de vidéo qui est une quatrieme vidéo sur le theme de l’auto-hypnose avec aujourd’hui l’abondance financiere et je vais relier ça avec le concept de la santé donc, ces ateliers d’auto hypnose correspondent donc à des vrais ateliers que j’ai donné à Waterloo en Belgique et le dernier theme c’était donc sur l’abondance financiere et j’ai également parlé de la santé, on va voir que ces deux themes sont en fait liés.

Le premier theme c’était sur la confiance en soi, vous pouvez aller voir la vidéo qui en parle, le deuxieme theme c’était sur la relation et le troisieme theme qui a eu beaucoup de succes c’était sur les traumas et les phobies.

Donc, si vous êtes intéressés par ces sujets, je vous renvoie aux vidéos précédentes.

Et, dans cet atelier qui s’est tenu au mois de décembre, j’avais parlé donc de la santé et de l’abondance financiere, je vais faire le résumé dans cette vidéo-ci,  je ne parlerai  malheureusement pas de la santé parce que ça demanderait une vidéo que là-dessus; l’atelier a duré deux heures, ici, c’est une vidéo de 15 à 20 minutes comme d’habitude, par contre, la bonne nouvelle, c’est que j’ai annoncé aux personnes lors de cet atelier de ce vendredi de décembre, c’est que je vais faire une série de vidéos particulieres sur l’effet placebo, sur la santé et j’ai donc montré un livre dont j’avais déjà parlé dans certaines vidéos il y a quelques mois « L’effet placebo, c’est vous » et j’avais promis de faire un résumé de ce livre car celui-ci est vraiment fantastique et on devrait apprendre à l’école ce savoir, cette connaissance de nous-mêmes, à savoir, que nous avons un pouvoir inouï, extraordinaire entre nos deux oreilles et on va voir aussi que l’effet placebo qui est donc tres utilisé et étudié en médecine mais pas seulement en médecine mais également on retrouve des corrélations avec les recherches en épigénétique, dans les neurosciences et dans la psychoneuro-immunologie ; on va voir que cet effet placebo qui nous amene une meilleure santé est tres relié à l’autohypnose et donc je vais faire une série de vidéos, 3 voir 4 là-dessus pour que vous puissiez vous rendre compte de l’incroyable puissance que nous avons en nous et également j’avais promis aux personnes de l’atelier de faire également quelques audio, quelques vidéos pratiques pour que vous puissiez en écoutant ma voix par exemple vous mettre en autohypnose et donc travailler sur ces différents concepts que ce soit la confiance en soi ou que ce soit les traumas ou que ce soit la santé par exemple.

Donc, je ferai ces vidéos également par la suite donc restez, abonnez-vous à ma chaîne si vous n’êtes pas abonnés et donc je crois que les prochaines vidéos parlerons sur le livre « Le placebo, c’est vous » et j’ai également l’intention de vous partager « La Science de l’intention » qui est un livre aussi magnifique.

Ce sont deux livres scientifiques même dans ce livre là « L’effet placebo, c’est vous »  vous retrouvez des graphiques, par exemple, sur des IRM faites sur des personnes qui sont passées par des séminaires où on pratique l’effet placebo ou on pratique l’auto-hypnose en fait, on va voir le lien entre les deux.

Alors d’apres vous, quel est le lien entre la santé et l’abondance financiere ? 

Parce qu’il y a un lien, bien sûr.

Bien sûr qu’il y a beaucoup de conséquences positives aux deux mais le lien que je voudrais mettre en évidence dans cette vidéo et que j’ai mis en évidence dans l’atelier précédent c’est qu’en fait ce lien, c’est l’énergie; c’est-à-dire l’énergie ça veut dire que si je suis en bonne santé.

j’ai beaucoup d’énergie si je suis malade, je suis en manque d’énergie et le manque d’énergie  amène la maladie également, ma capacité d’adaptation diminue, mon systeme immunitaire est moins fort, j’ai moins d’énergie, je sais moins résister, je suis vite fatigué, mon mental, je n’arrive plus à me concentrer, je dors mal etc, etc…et si je manque d’énergie, si je manque de sommeil, c’est la catastrophe !

Donc, la santé est caractérisée par un bon niveau d’énergie tout comme l’abondance financiere.

L’abondance financiere en fait,  pour moi c’est de l’énergie aussi parce que, et c’est important de le voir comme ça, on va le voir,  parce que l’énergie, c’est un échange, on va voir que le fait d’être dans l’abondance financiere nécessite d’avoir une vision d’échanges, ça c’est vraiment fondamental et on peut dire que l’argent finalement c’est de l’énergie en bouteille, c’est-à-dire que l’argent n’est qu’un moyen pour atteindre des objectifs, je vois parfois des personnes qui me disent : je voudrais être riche, je voudrais gagner autant mais ce n’est pas un objectif en soi parce que ce n’est qu’un moyen pour arriver à quelque chose.

Si on veut cet argent, qu’est-ce qu’on va faire avec ? 

Et, c’est ça qui compte, on veut peut être acheter des maisons ou peut être voyager mais encore une fois on peut se poser la question mais pourquoi ?

Et tout ça nous amene à vivre en fait des états d’être c’est-à-dire qu’en fait en voyageant, en ayant des maisons, en ayant ceci et cela, je me sens dans un état particulier et c’est ça que je recherche et cet état d’être, c’est un état d’abondance en fait, c’est un état de liberté, un état de paix, on peut mettre plusieurs mots, de sérénité et finalement, c’est important vraiment de savoir ce qu’on veut et de voir que l’argent n’est qu’un moyen pour y arriver et peut être même qu’il y a moyen d’obtenir cet état sans avoir de richesse particuliere.

J’en suis personnellement persuadé, j’en suis évidemment persuadé, j’imagine que vous aussi, on n’est pas obligé d’être riche pour accéder au bonheur par exemple.

Alors, voyons en fait l’idée, c’est qu’en fait en considérant l’argent comme de l’énergie en bouteille, on a cette idée d’énergie et donc d’échange et beaucoup de personnes qui souhaitent s’enrichir ont cette idée, quelque part inconsciente qu’il faut avoir, il faut prendre, il faut courir apres quelque chose et il faut le garder.

C’est-à-dire, qu’en fait on est dans le prendre et non pas le donner donc on n’est pas dans un échange en fait et l’énergie c’est un échange, c’est quelque chose qui circule et si je conçois l’argent comme une énergie c’est-à-dire que je vais également vouloir, pas seulement prendre mais également donner et c’est une des clés et j’ai lu pas mal de livres sur le sujet, sur le sujet de la réussite, sur le sujet des gens qui font ce qu’ils aiment et qui réussissent tres bien, c’est vraiment des personnes qui apportent de la valeur ajoutée, c’est vraiment des personnes qui sont d’abord préoccupées par le fait de donner plutôt que de recevoir et quand on est préoccupé par le fait de donner plutôt que de recevoir et si ce qu’on donne est de la qualité, on va recevoir.

Et donc, en fait, c’est vraiment un échange, c’est-à-dire que c’est prendre le problème à l’envers que de dire d’abord il faut que j’aie de l’argent, il faut que j’aie de l’argent c’est-à-dire qu’il faut que je prenne alors qu’en fait c’est toujours mieux et c’est ce que je conseille, je conseille toujours aux personnes qui me parlent de cette problématique, c’est d’abord de dire « mais qu’est-ce que je peux donner ? »

« qu’est-ce que je peux apporter ? » comme valeur ajoutée autour de moi et c’est souvent ensuite que nous pouvons nous sentir beaucoup plus en adéquation et beaucoup plus en confiance car nous sentons que nous méritons, nous méritons en fait cette abondance donc cet argent et ce que nous pouvons nous offrir.

On va voir qu’en fait, qu’une des croyances fondamentales qui nous empêche souvent d’accéder à l’abondance financiere, c’est par exemple que je ne le mérite pas ou que je ne suis pas capable et ces croyances sont reliées à des peurs, la peur est une des raisons fondamentales pour laquelle ce qu’on appelle la loi de l’attraction ne fonctionne pas parce que la loi de l’attraction ne se concentre sur la pensée c’est-à-dire qu’en fait beaucoup de gens comprennent la loi de l’attraction ainsi c’est-à-dire que si je me concentre sur mon désir, sur ce que je veux, je me concentre tres, tres fort à un moment donné, je vais l’obtenir.

Alors, ce n’est qu’une partie de la stratégie en fait, la stratégie on pourrait appeler ça comme ça c’est-à-dire que ce n’est qu’une façon de procéder mais qui n’est pas complete c’est-à-dire qu’en fait ce n’est pas seulement important de se concentrer sur ce qu’on veut mais c’est surtout important de ressentir cet échange d’énergie et de ressentir que nous sommes dans le don et que nous sommes en train de vibrer en fait, de jouir de ce sur quoi nous nous concentrons et on va parler d’un concept que j’aime beaucoup qui est appelé la signature électromagnétique c’est-à-dire qu’en fait je suis tout le temps en train de vibrer, mes cellules vibrent, quand j’ai des émotions ça vibre et on parlait de ça dans les autres vidéos c’est-à-dire qu’en fait je peux voir quelque chose de tres joli mais si dans mon intérieur, je suis dans des mauvaises expériences passées, je suis prisonnier par des vieux schémas, je ne peux pas profiter de ça c’est-à-dire qu’en fait ma réalité intérieure m’empêche de profiter de ma réalité extérieure et finalement la seule chose que je vois c’est que je ne suis pas bien parce qu’à l’intérieur de moi il y a beaucoup de tristesse, il y a beaucoup de colere, il y a une blessure d’abandon ou ce genre de choses.

J’avais parlé de ce concept des deux réalités,  c’est-à-dire que si quelqu’un me fait une remarque même positive si au fond de moi j’ai toujours eu des échecs et j’ai toujours eu des blessures et bien, j’ai peur que ça recommence; quand quelqu’un me fait un compliment, je vais me méfier et donc, ce qui influence mon état de tension et de méfiance ou je vais même penser qu’il se moque de moi par exemple, ce qui influence mon état, ce n’est pas trop ce qui se passe, c’est surtout tout ce que j’ai vécu, tout ce passé qui est mémorisé, qui est inscrit en moi dans ce qu’on appelle l’inconscient et qui est plein d’expériences douloureuses, d’expériences positives aussi et donc tout ça crée un filtre qui passe devant mes yeux quelque part pour faire simple, une sorte de filtre qui m’empêche de voir la réalité telle qu’elle est.

C’est-à-dire que ce compliment, je ne le vois pas comme un compliment mais je le vois comme; ou quelqu’un qui me dirait « je t’aime » j’avais pris cet exemple dans la vidéo passée, quelqu’un qui me dit « je t’aime » alors que dans mon passé, j’ai souvent été trahi, ou trompé ou abandonné et bien je vais lui dire « non, ce n’est pas possible » « tu ne m’aimes pas, ce n’est pas possible » et   il y a des personnes comme ça qui vont même aller jusqu’à agresser la personne qui les aime pour vraiment être sûre qu’elle les aime et on voit comme ça des comportements assez bizarres parfois ou on va quitter la personne avant qu’elle ne quitte, alors que la personne ne veut pas forcément nous quitter mais on va la quitter parce que, on se dit et bien voilà je vais le quitter et en fait toute notre réalité intérieure, tout notre passé nous empêche finalement de profiter de la réalité extérieure telle qu’elle est et ça rejoint la loi de l’attraction parce que finalement ce que je suis à l’intérieur de moi attire, crée un reflet dans le monde extérieur, crée une impulsion dans le monde extérieur c’est-à-dire que ma réalité extérieure est le reflet de ce que je ressens.

Si je pense que je vais être abandonnée ou que je vais toujours rater, c’est souvent ce qui arrive et donc la réalité extérieure est le reflet de ma réalité intérieure.

Par rapport à cette notion de signature électromagnétique quand je vais pratiquer l’auto hypnose, elle est tres importante, c’est de pouvoir vibrer donc au niveau électrique, au niveau magnétique avec un signal tres fort, tres cohérent; c’est-à-dire qu’en fait si je suis concentré sur un objectif qui est un objectif de santé ou un objectif d’abondance financiere et bien il est important que je sois dans une signature électromagnétique qui est tres cohérente ça veut dire quoi et bien ça veut dire électrique – électromagnétique donc électrique; électrique c’est la pensée, la pensée a une composante électrique mais il y a aussi tout le côté magnétique qui est

plus de l’ordre de l’émotionnel c’est-à-dire que si je pense que je vais réussir pour le 31 décembre à rencontrer quelqu’un ou je vais faire pour l’année prochaine telle somme d’argent, je peux le visualiser, je peux développer des pensées par rapport à ça mais au fond de moi je peux avoir des peurs; je peux avoir des peurs car il y a une partie de moi qui n’y croit pas et donc ma signature électromagnétique ne va pas être cohérente ça veut dire que j’émets ceci et en même temps d’un point de vue magnétique et bien, j’émets une peur donc en  fait ce signal finalement c’est plus la peur qui va influencer ma situation que ma pensée positive et donc, on va se saboter sans le vouloir parce que si on ne va pas voir à l’intérieur,  si on ne va pas voir  cette peur, si on n’en est pas conscient alors à un moment donné on en est toujours quelque part conscient car on sent bien que quand on se concentre sur quelque chose parfois on dit oui je vais y arriver parfois il y a une petit voix en nous qui dit « non, non, tu ne vas pas y arriver » ou c’est trop dur ou tu es naïf ou ce genre de choses, donc il est super important si on veut réussir à utiliser cette fameuse loi de l’attraction et à travailler sur sa santé ou à travailler sur l’abondance financiere; c’est vraiment important si on a ces objectifs là d’avoir une signature électromagnétique qui est cohérente c’est-à-dire un message qui est clair « je souhaite quelque chose et je ressens quelque chose qui est en adéquation avec cette volonté ».

Donc, magnétique, c’est plus les émotions c’est-à-dire que si je me concentre sur la santé ou une situation financiere untel, je vais non seulement le voir, me créer des images par rapport à ça mais je vais ressentir toute l’ émotion positive que ça amene et ça, c’est super important.

Alors ce qui nous empêche bien sûr de pouvoir vibrer de maniere cohérente au niveau émotionnel et au niveau mental, c’est nos peurs et nos peurs concernant l’argent puisqu’on parle de ça aujourd’hui, elles sont multiples, on a beaucoup de peurs.

On a par exemple des peurs du style : je ne suis pas capable ou je ne mérite pas, je ne mérite pas, elle est quand même tres répandue cette peur-là ou ce n’est pas bien d’être riche parce que l’argent ce n’est pas bien dans la culture Judéo-chrétienne, c’est plutôt il y a des gens pauvres et puis, moi je suis riche, ce n’est pas normal ou voilà, je mérite moins que les autres et ce genre de choses donc il est important d’aller identifier toutes ces peurs et de se rendre compte que en fait on pourrait faire un travail dessus et de se rendre compte qu’elles nous empêchent un peu comme un élastique qui nous empêche d’atteindre un objectif, on va les identifier avant de faire quoique ce soit comme travail d’autohypnose ou d’essayer d’utiliser la loi de l’attraction; ça ne marchera pas si on n’identifie pas d’abord nos peurs et nos peurs sont là, il faut les voir parce que si on essaye d’être dans le déni, de dire non ça va, je suis positif, je vais y arriver, si elles sont là et bien, elles vont quand même à un moment donné nous saboter.

Quand on est fatigué, ça va revenir, on commence à douter un petit peu parce que on ne voit pas le résultat dans le monde concret, le monde réel et notre réalité intérieure est quand même chargée de doutes et de peurs et se rappelle plein d’échecs ou on va toujours trouver des situations de gens qui n’ont pas réussi ou des gens qui ont essayé et qui se sont plantés et tout ça va amener en nous le doute donc il est vraiment fondamental d’être hyper bien ciblé et en cohérence.

Alors, ces peurs identifions-les et ensuite, qu’est-ce qu’on fait avec ?

Et bien, on va passer à travers un processus à la fois conscient et inconscient, ce que je propose c’est de travailler en deux temps. 

Le premier temps c’est de travailler sur un mode conscient c’est-à-dire que je vais me questionner sur ces croyances.  Une fois que je les ai identifiées, je vais me questionner dessus par exemple, je vais demander, il y a trois questions.

La premiere question, ça va être, est-ce que je suis sûr à 100 %, à 100 % que cette croyance est vraie, est-ce que j’en suis sûr à 100 % ? 

Parce qu’on est souvent hypnotisé par notre mental, j’en ai souvent parlé et c’est important de se rendre compte qu’en fait c’est une façon de voir les choses, c’est tres subjectif cette croyance

et si  je suis vraiment sincere et si j’ouvre et je regarde de maniere factuelle le monde tel qu’il est, je ne peux pas dire que j’en suis sûr à 100 %, ce n’est pas possible; il y a toujours des exemples de gens qui arrivent à ce genre de résultats que ce soit des guérisons par rapport à des problemes de santé ou que ce soit justement concernant l’abondance fianciere donc le fait que je ne mérite pas ou le fait que je ne suis pas capable, est-ce que j’en suis sûr à 100 % ? Et bien non ! Et bien, en général, non, si vous en êtes sûr à 100 %, vous n’allez même pas essayer d’ailleurs de faire cet exercice d’autohypnose ou pratiquer la loi de l’attraction parce que vous n’y croyez pas du tout.

Donc, si vous le faites c’est parce qu’il y a une partie de vous qui y croit, donc je n’en suis pas sûr à 100 %.

La deuxieme question, c’est qu’est-ce que ça m’apporte comme résultat d’avoir cette croyance en moi ? Evidemment, vous vous rendez compte que ça vous apporte du stress, ça vous apporte de l’anxiété et qu’est-ce que ça vous apporte dans votre comportement, et bien, quand on est stressé et anxieux, on a tendance à avoir une communication plus dure, on a tendance à ne pas voir les opportunités car on a une vision en tunnel, on a tendance finalement à créer ce que nous ne voulons pas c’est-à-dire qu’en fait en étant stressé et anxieux, je crée autour de moi, je génere du stress ou je ne vois pas les opportunités et donc tout ce que je voulais n’arrive pas de par ma réalité intérieure justement.

Et la troisieme chose qu’on va faire une fois que je me suis rendu compte que cette croyance ne m’apporte que désolation et finalement tout l’inverse de ce que je veux et c’est assez logique, c’est du bon sens ce que je dis pour l’instant.

La troisieme chose qui va être tres importante, c’est d’imaginer qui nous serions, qui je serai si je n’avais pas cette croyance en moi ? Comment est-ce que je serai si je n’avais pas cette croyance  qui est par exemple que je ne mérite pas ou que je ne suis pas capable ?

Comment est-ce que j’agirai ? Comment est-ce que je vais respirer ? Comment est-ce que je vais penser ? Comment est-ce que j’agirai dans le monde ?

Et c’est important alors de fermer les yeux, de voir ce que ça va donner et qu’est-ce que je vais ressentir ? Et bien je vais me sentir, on avait fait un petit peu l’expérience dans l’atelier du vendredi, je ferai des vidéos là dessus d’une maniere pratique bien sûr, mais déjà on peut remarquer que d’une maniere logique si je n’avais pas cette croyance négative ou limitante en moi, j’aurais l’impression que tout est possible, j’aurais l’impression que voilà j’aurais plus de confiance, j’aurais plus d’enthousiasme et en le disant déjà je le suis plus et ça c’est important.

Donc, ça va être important de refaire ce travail, de se rendre compte en fait que le film que je me fais n’est pas vrai, c’est important de se rendre compte de ça car on a tendance à être hypnotisé comme par un film.  Si vous regardez un film d’horreur ou un film triste, votre corps il croit que c’est vrai c’est-à-dire votre coeur il bat, vous avez peut être des larmes, vous avez des tensions musculaires parce qu’il se passe quelque chose dans le film et vous le faites c’est-à-dire que naturellement vous vous dites holà mais ce n’est qu’un film.

D’ailleurs, c’est important de le savoir que ce n’est qu’un film parce que sinon on devient  borderline ou on n’arrive plus à savoir quelle est la frontiere entre la réalité et la fiction, ce qui n’est pas notre cas donc on va toujours se dire naturellement bon, ok, je me calme ce n’est qu’un film.

C’est ce qu’on va faire ici aussi, ça va être important de faire ça.

Et ensuite le deuxieme travail qui est tres important au niveau plus inconscient, c’est d’aller dans l’inconscient, c’est d’aller dans notre réalité intérieure qui est faite de passé, de souvenirs, d’expériences qu’on a vécues qui ont été enregistrées par l’émotion, qui on été mémorisées grâce à l’émotion; qu’est-ce qu’on va faire, c’est qu’on va changer le message et expliquer à notre inconscient, à notre systeme reptilien, à notre systeme nerveux autonome que la croyance, le lien qui est de dire, c’est dangereux de faire ça parce que je risque de perdre quelque chose parce qu’une des grandes croyances finalement, une des grandes peurs finalement c’est de ne pas y arriver et je suis tellement stressé parce que je veux y arriver, parce que je me dis c’est tellement important pour moi et je risque de ne pas y arriver et en fait quel est le danger à travers ça c’est finalement de se retrouver sans rien, de se retrouver isolé et finalement de se retrouver completement abandonné, perdu, c’est un cycle égo fonction c’est-à-dire que je vais me dire, c’est tres important que je réussisse à avoir ça sinon je vais me retrouver tout seul, je n’aurais plus rien et donc il est tres important de pouvoir affronter cette peur, de pouvoir se rendre compte qu’elle est completement, comme le film, elle est completement illusoire, elle est completement folle et comment va-t-on faire ça, c’est qu’on va fermer les yeux, on va se mettre dans un état de relaxation, ça va être important de se mettre dans un état où on est vraiment bien en faisant appel à des beaux souvenirs par exemple et ce qu’on va faire ensuite c’est qu’on va visualiser le fait qu’en fait on est effectivement seul, on est seul dans la rue par exemple et qu’on a tout perdu et ça c’est important, on a tout perdu, on n’a plus rien et c’est notre peur la plus fondamentale quelque part parce que ça signifie pour une partie de nous que c’est la mort.  En réalité, on sait que c’est infime parce qu’actuellement si vous êtes dans des pays (je pense que si vous regardez la vidéo, vous n’êtes pas des pays où il y a la guerre et où il y a de la souffrance et si vous êtes tout seul vous pouvez vous retrouver dans le désert et mourir); dans nos sociétés, nous avons quand même une série de sécurité qui fait que, on ne laisse pas quelqu’un mourir dehors dans la rue et puis vous avez votre intelligence et vous avez vos compétences, ce qui fait que si vous êtes dans un état de bien-être, un état où vous rayonnez, vous êtes serein et bien vous allez forcément si vous êtes dans le don, dans cette énergie d’échanges, vous allez forcément avoir des aides et avoir des personnes avec qui vous allez pouvoir échanger et pouvoir reconstruire quelque chose.

Donc, ça va être important de se visualiser dans un état où on est bien et voir qu’on est seul, qu’on n’a rien, on n’a plus rien, on n’a pas une maison, on n’a rien, en fait, on a une puissance en nous, on a cette énergie qui circule en nous qui fait qu’à tout moment on peut tout reconstruire et ce qui fait que j’ai une valeur en fait, j’apporte une valeur dans le monde et donc je ne suis pas vraiment en danger finalement, même si je n’ai pas de matériel et même si je suis seul pour l’instant dans cette situation que j’invente en méditation ou en autohypnose et bien. tout va bien.

Et, c’est une façon d’expliquer à notre inconscient, que le pire qu’on vous a appris et le pire qu’il redoute en fait n’est pas si dangereux que ça, ça c’est super important et une fois que j’arrive à comprendre et à m’imaginer et à ressentir une émotion où je suis finalement tres serein alors que je n’ai rien, alors que je suis seul, parce que j’ai confiance que finalement  tout ira bien vu mes compétences vu l’énergie dans laquelle je suis, je ne peux pas rester comme ça longtemps parce que je vais créer des liens et parce qu’il y aura des opportunités et parce que si je suis serein et dans l’harmonie, je vais comme un soleil attirer un tas de   personnes.

Et ça, ça va être tres important de faire, une fois qu’on a fait ce travail sur les peurs à la fois conscient et inconscient, c’est alors qu’on peut commencer à faire ce qu’on propose dans beaucoup d’ouvrages et dans beaucoup de séminaires de développement personnel qui utilisent la loi de l’attraction ou l’autohypnose, ça va être de se visualiser dans des situations de richesse et d’abondance.

Alors, une fois qu’on a fait ce travail on peut commencer à faire ça, c’est-à-dire visualiser que vous êtes dans un décor magnifique, un décor de rêve alors restons réalistes quand même parce que sinon il y a une partie de nous qui n’y croit pas, restons réalistes, mais beaucoup de gens et je peux aussi témoigner là-dessus, ont utilisé la loi de l’attraction avec beaucoup de succes, ce qui m’est arrivé il n’y a pas longtemps encore et donc il faut rester raisonnable parce que si c’est vraiment trop fou, si je me dis je voudrais bien être sur la lune pour l’année prochaine, évidemment c’est sûr qu’il y a une partie de moi qui ne va pas y croire ou j’aimerai bien être milliardaire, je ne pense pas que c’est impossible dans l’absolu mais comme je n’y crois pas vraiment et bien, c’est sûr que ça ne va pas arriver car il y a une partie de moi qui ne va pas vibrer avec ça..

Donc, ça va être important quand vous allez visualiser l’espace dans lequel vous voulez vous trouver, l’état de santé dans lequel vous voulez être, ça va être super important de ressentir l’émotion que ça apporte.

Donc, non seulement vous le visualisez, comme dit ci-dessus donc une signature électromagnétique qui est cohérente c’est-à-dire que je vois, je ressens, je peux voir la lumiere, ressentir les parfums, voir le paysage.

Si, par exemple, vous visualisez une maison, une belle maison, moi c’est que j’avais fait il n’y a pas longtemps et vous voyez le paysage, vous ressentez l’ambiance et vous sentez surtout les émotions que ça vous apportent et ça, c’est super important : quelles sont les émotions que ça vous apportent ?

Et là, votre signature électromagnétique, elle est cohérente, elle est forte et si on en croit les développements plus spirituels ou psychologiques concernant la physique antique et bien, effectivement, je lance une intention dans les champs des possibles et je crée une réalité, je suis cocréateur de ma réalité.

Alors, c’est ce que je vous invite à faire, à passer par le processus que je décris avant de visualiser quelque chose de positif, travaillez bien sur vos peurs, c’est super important et puis je me permettrai alors par la suite, pour ceux que ça intéressent, de proposer des vidéos plus pratiques en fait sur les séances d’autohypnose

Et, ce que je ferai donc la prochaine vidéo, je vais vous présenter ce livre « L’effet placebo, c’est vous », je vais en faire une série et je vous proposerais alors, pour ceux que ça intéressent de passer à la pratique.

Mais déjà, je vous invite à passer à la pratique avec ce que je viens de dire, je pense que vous avez déjà tout un plan, un protocole que vous pouvez utiliser.

J’espere que cette vidéo vous inspirera et au plaisir de vous retrouver !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Auto Hypnose 3 : comment se libérer des traumas et phobies

Auto Hypnose 3 : comment se libérer des traumas et phobies

Je vais vous résumer dans ce texte la vidéo relative aux traumatismes et aux phobies, deux phénomenes qui nous empêchent d’être totalement nous-mêmes et de profiter, de jouir du présent.

Tout d’abord, je tiens à remercier les personnes qui m’ont encouragé, qui m’ont soutenu, qui m’ont envoyé des petits messages de sympathie par rapport à ma derniere vidéo sur la tristesse et donc effectivement, ça m’a fait du bien et puis je vais beaucoup mieux, je continue à traverser des périodes de turbulences, de la tristesse à la colere, ce genre de choses, je pense que je passe un processus de deuil et c’est tres accéléré car je vais de mieux en mieux, je pratique beaucoup ce retour au présent dont je parle beaucoup dans les vidéos; le fait de revenir au présent, car dans le présent, il n’y a pas de souci, il y a des soucis seulement parce que je pense à ce que je perds ou à ce que je vais perdre ou à ma façon de juger les autres ou  me juger moi, mais si je reviens au présent, tout va bien.

Ceci dit, je dois le faire régulierement parce qu’il y a quand même parfois, c’est tres fort et donc, c’est intéressant pour moi, je suis content de vivre ça dans le sens où je n’ai pas envie d’être déconnecté des personnes qui vivent des grandes souffrances, qui vivent des grandes tristesses ou des grandes coleres et donc le fait de le vivre, même si j’ai les outils où je peux directement gérer, ça me permet de rester connecté à ce que vivent les personnes et de mieux les comprendre et donc voilà, autant le voir de maniere positive aussi.

Alors, nous allons parler des traumatismes et des phobies,  et je pose la question dans un premier temps : pourquoi relier ces deux phénomenes parce qu’elles ont un point commun, elles ont plusieurs points communs mais il y en a un ou elles sont toutes les deux dans le passé, c’est-à-dire qu’en fait, on a vécu quelque chose dans le passé qui fait qu’on a aujourd’hui des phobies ou qu’on est toujours aujourd’hui avec des trucs du passé qui restent en nous; ça peut être des accidents de voiture, dans le cas des traumatismes ça peut être : on peut avoir une phobie des voitures apres aussi mais ça peut être des accidents de voiture, ça peut être de la violence, voilà ça peut être des situations de guerre ou des menaces de mort, ce genre de choses.

Alors, quel est le point commun entre les traumatismes dont je viens de parler donc des menaces de mort, des situations de guerre, les attouchements, la pédophilie, même ce genre de choses, qui ont traumatisé des millions de personnes sur terre, des situations tres désagréables et les phobies qui font qu’on a peur d’une maniere un peu irrationnelle sur une araignée, une petite araignée ou des insectes ou l’avion ou les hôpitaux ?

Quel est le point commun avec les traumatismes et les phobies, à votre avis ? 

Je pense que vous vous en doutez le point commun, c’est en fait la perception à un moment   donné dans notre vie d’un danger immédiat, d’un danger tres, tres grand où on a l’impression qu’on va mourir donc qu’il y a une menace de mort, il y a une perception de la mort ou une perception d’un grand danger physique; on croit vraiment à un moment donné, notre organisme, on va dire en fait notre inconscient, notre cerveau reptilien, celui là même qui nous protege dont on va reparler, lui de maniere tres réflexe sent qu’il y a un grand danger et pour lui c’est un danger de mort ou un danger de grande blessure physique, on va toucher à notre intégrité physique et donc, c’est le point commun entre les traumatismes et les phobies, c’est vraiment cette perception d’un grand danger et puis ensuite, on a réagi comme on a pu, souvent on a été victime de la situation, on n’a rien su faire, on va revenir à cette notion d’impuissance car elle est tres importante et puis on se dit : et bien, on va passer à autre chose.

Alors, effectivement beaucoup de personnes arrivent à passer à autre chose et ont vécu des trucs tres difficiles jusqu’à des viols ou des agressions physiques, des accidents et puis maintenant c’est fini, c’est du passé et c’est complétement oublié et c’est completement intégré dans le sens que quand ils y repensent il n’y a plus l’émotion.

 

Malheureusement, pour certaines personnes, pour plein de raisons (on a pas le temps de développer ici) mais pour plein de raisons, elles vont garder ça en elles, elles ne vont pas pouvoir s’en débarrasser et même avec la meilleure volonté du monde et ça, c’est important, même avec la meilleure volonté du monde, on arrive pas car on ne sait pas comment faire, on n’a pas appris comment piloter son cerveau.

Et en fait, c’est important de comprendre et cette vidéo est là pour ça, pour expliquer qu’il y a moyen, il y a un espoir et je fais également cette vidéo pour résumer un atelier que j’ai fait il y a une dizaine de jours sur justement l’auto hypnose pour soigner les phobies et les traumas mais je fais surtout aussi cette vidéo pour toutes les personnes qui vivent des phobies mais pire que ça encore si on peut dire ce sont les traumatismes c’est-à-dire les gens qui ont été victimes d’agressions, d’attouchements dans leur passé ou qui ont eu des accidents ou qui ont eu des menaces de mort enfin ce genre de choses, de la violence et qui vivent aujourd’hui avec ça et le point commun entre les gens qui ont vécu les traumas et les phobies, c’est qu’en fait on se sent tres seul, parce qu’on se sent incompris, on a l’impression qu’on vit des choses tres, tres fortes, des peurs incroyables, des peurs irraisonnées et parfois on est tres, tres mal, on peut même, dans le cas de traumatismes ça va plus loin, on peut tomber en dépression, on peut devenir tres agressif, on peut avoir une rage à l’intérieur mais on ne sait pas quoi faire avec ça et on se sent tres seul et on peut se sentir tres honteux aussi, ridicule même de réagir de telle façon surtout dans le cas des phobies, on peut se sentir tres ridicule et l’idée c’est de vous dire, si c’est votre cas et si vous connaissez des gens qui sont victimes de traumatismes ou qui ont été victimes de traumatismes ou qui ont des phobies aujourd’hui, n’hésitez pas à leur partager cette vidéo parce que le message est le suivant : c’est qu’en fait,  il y a moyen de rapidement, assez rapidement en quelques séances de pouvoir se débarrasser de toute cette charge émotionnelle qui nous empêche de vivre pleinement le présent.

Alors, ce n’est pas se débarrasser de l’événement parce qu’on ne va pas devenir amnésique, on va s’en souvenir sauf que la différence va être que,  quand je vais m’en souvenir de cet événement, si je m’en souviens, parce que parfois on ne s’en souvient pas de ce qui s’est passé mais si je m’en souviens, je veux m’en rappeler, je vais le regarder et je vais être completement détaché par rapport à ça, je ne vais plus avoir l’émotion qui monte.

Par exemple, quelqu’un qui a une phobie et bien il peut voir l’araignée et ça va, il peut voir un hôpital ou un avion ou une piqûre et ça va, c’est désagréable mais ça va.

Quelqu’un qui se souvient de son passé, de son enfance, qui a été par exemple battu par son pere ou ce genre de choses, il va s’en souvenir mais ça va, il n’y a plus l’émotion qui monte alors il y a certains cas de traumatisés, de gens qui se disent : «mais, ça va, moi j’ai oublié » mais en fait qu’est-ce qu’on voit, et ça je voudrais par commencer à parler de ça, c’est qu’en fait ça laisse des symptômes c’est-à-dire que quand on a vécu des situations aussi difficiles, aussi douloureuses, on a des symptômes.

Je dis beaucoup de gens se sont débarrassés completement, ne vivent plus avec des traumatismes mais pour ceux qui restent encore affectés par ce qui s’est passé, ils vont développer tout un tas de symptômes, en fait, il y a une myriade de symptômes, notamment c’est par exemple, on va faire des associations, on va associer tout à un danger.

Par exemple, j’ai eu un traumatisme dans un hôpital et puis maintenant des que je vois quelqu’un en blouse blanche, je me sens mal; des que je vois la pharmacie ça me fait penser à ça, donc je viens associer un tas de situations qui n’étaient pas là au début à cette peur irraisonnée et irraisonable, tres forte.

On va avoir des reviviscences, par exemple on va faire des cauchemars régulierement, on va souvent faire les mêmes cauchemars, des cauchemars un peu similaires par rapport à cette situation par exemple d’enfermement ou d’injustice, on va faire des cauchemars qui vont se généraliser, on va également avoir des altérations cognitives c’est-à-dire qu’on va commencer à penser que c’est nous le problème, on va commencer à penser que tout le monde est dangereux, on va commencer à se juger, à juger les autres, on peut tomber en dépression, par exemple, on peut devenir hyper agressif et parfois on peut devenir inquiet constamment.

On va donc avoir un systeme nerveux qui va être hyper vigilant, on va constamment être aux aguets, par exemple; ça peut être un autre syndrome, cette personne qui n’arrive pas à bien dormir, qui n’arrive pas à se concentrer.

En fait les symptômes, il y en a vraiment une myriade et je vous renvoie si ça vous intéresse au DMS-4 qui est la bible des psychiatres et des psychothérapeutes, vous voyez tous les symptômes, bon, il y en a vraiment beaucoup, ce n’est pas le plus intéressant.

Le plus intéressant, c’est se rendre que parfois si vous avez une façon de réagir qui est un peu bizarre, vous êtes parfois vite touché par quelque chose ou il y a des choses que vous ne supportez pas, vous êtes en dépression, vous êtes en colere pour rien ou que parfois vous avez une peur exagérée sur quelque chose et bien, c’est qu’il y a sans doute quelque chose qui a été vécu dans votre passé, soit vous vous en souvenez, soit vous ne vous en souvenez pas mais c’est là, c’est en vous et ça vous empêche d’être pleinement vous-même aujourd’hui.

Alors pourquoi je vais parler de çà avec vous aujourd’hui ?

Parce que ça fait maintenant plusieurs années, de longues années,  que je suis spécialisé dans les traumatismes en hypnothérapie donc je fais de l’hypnose et avec l’hypnose, on a vraiment un outil tres puissant, j’utilise notamment ce qu’on appelle la PTR, c’est la psychothérapie    des traumas ré associative qui a été inventée par Gérald BRASSINE, qui a plus de 30, 40 ans d’expérience en hypnose et spécialisé notamment sur les traumatismes avec des cas tres, tres graves, des cas tres lourds et j’en ai aussi, des gens qui ont été victimes d’une maniere réguliere de violence, de violence sexuelle, d’attouchements, de menaces de mort, ce genre de choses et donc c’est important que ça puisse fonctionner rapidement pour aider ces personnes à quitter la souffrance, à ne pas rester avec ça toute leur vie, et l’espoir, c’est que c’est possible.

Donc, je travaille avec ces outils et je voudrais en parler avec vous et pour ça je vais d’abord résumer tres rapidement comme j’avais fait dans les autres vidéos sur l’auto hypnose, auto hypnose des traumas aujourd’hui, c’est quoi donc l’auto hypnose ? Il y a quelques principes qu’on a vus qui sont importants.

Le premier principe, je vous renvoie aux autres vidéos pour aller plus loin sur l’auto hypnose, mais tres rapidement, l’auto hypnose, c’est le principe que je choisis de vous expliquer, c‘est qu’en fait on a deux réalités : on a la réalité extérieure donc la réalité autour de nous avec les personnes qui se comportent d’une certaine façon et puis il y a notre réalité intérieure et je prends toujours cet exemple tres simple, ma réalité intérieure, elle est composée de quoi : de tout mon passé, de tout ce que j’ai emmagasiné comme souvenirs et si par exemple, dans mon passé, je n’ai jamais été valorisé, on m’a toujours rabaissé et puis je me suis senti souvent seul et puis imaginons que dans ma réalité extérieure quelqu’un qui tombe amoureux de moi, quelqu’un qui veut vivre avec moi, il y a quelqu’un qui dit que je suis tres intelligent et que j’ai beaucoup de valeur et bien dans un premier temps avec ce que j’ai vécu avec ma réalité intérieure, j’ai l’impression que ce n’est pas vrai, qu’il en fait trop, que la personne se fout de moi ou qu’il y a une manipulation derriere.

Donc, qu’est-ce qui va plus influencer ma vie d’aujourd’hui, mes réactions émotionnelles et ma façon de percevoir le monde, c’est tout mon passé, c’est toute cette réalité intérieure.

Et cette réalité intérieure, elle est composée de quoi ? Elle est composée de souvenirs, de souvenirs qui sont gravés par des émotions, les émotions c’est un peu le ciment qui grave les souvenirs en nous, positifs ou négatifs et je suis completement hypnotisé par ces souvenirs;

ça veut dire qu’en fait, je suis complétement sous l’emprise de ces souvenirs et c’est ça la vraie hypnose en fait, c’est l’hypnose que nous avons nous-mêmes avec notre passé.

 

Le passé nous hypnose en permanence et nous empêche de voir le monde tel qu’il est parfois et  nous empêche de faire une projection sans jugement du futur.

Souvent, le futur nous fait peur parce que le futur est associé à quelque chose qu’on a connu du passé et on a l’impression que ça va être la même chose et on est hypnotisé par ce passé et on ne veut pas que ça recommence, donc on va avoir peur de l’inconnu, on va avoir peur du futur.

On est sous hypnose et tous ces souvenirs sont ancrés en nous sous forme de composantes sensorielles, ça veut dire qu’en fait un mauvais souvenir que ce soit un accident de voiture ou n’importe quoi, une agression physique, on va s’en rappeler, il y aura des images, on va se souvenir des sons, on va se souvenir des sensations physiques peut être même des odeurs et des goûts et ce genre de choses et donc on a vraiment les cinq sens plus d’autres sens comme le sens de l’équilibre, la température et ce genre de choses; tout ça a été extrêmement ancré en nous et donc qu’est-ce qu’on va faire en auto hypnose, c’est qu’on va aller revisiter tres, tres doucement, avec beaucoup de douceur et beaucoup de diplomatie, ces souvenirs qui sont enregistrés dans notre mémoire qui font qu’aujourd’hui on a des réactions qui sont disproportionnées dans notre présent et on va aller les modifier.

Parce que, comme ce ne sont que des images, ce ne sont que des choses qui n’existent plus, ce sont des représentations comme un film, c’est une représentation mais on peut modifier le film c’est possible, on ne peut pas aller dans le passé mais on peut modifier l’enregistrement du passé.

C’est un peu comme si je regarde un film d’horreur, je prends souvent cette analogie, le film d’horreur ou le film triste qui me fait réagir et bien, je sais bien qu’il n’est pas vrai, j’ai beau le savoir mais mon corps lui, il réagit comme si c’était vrai et apres j’éteins la télévision et je repense à ce film d’horreur où il y avait des esprits dans la maison ou je repense à cette scene tres triste et j’ai beau être dans mon présent, c’est ma réalité intérieure qui me fait réagir parce que je pense à ce film malgré moi, quelque part malgré moi, ça tourne tout seul, ça c’est important cette notion, je suis prisonnier de mon passé qui tourne tout seul et bien, je suis mal, je suis mal dans le présent.

Mon corps réagit avec des crispations physiques avec l’adrénaline ou le cortisol qui est sécrété et donc, je n’arrive pas à profiter du présent parce que je suis prisonnier de cette réalité intérieure.  Je suis sous hypnose de mon passé.

Alors qu’est ce qu’on va faire dans le cas des traumatismes et des phobies, pour se sortir de ça, et bien, il faut d’abord comprendre encore une chose, c’est qu’en fait quand nous sommes face à une situation qui est extrêmement grave, extrêmement dangereuse où il y a eu une menace réelle ou perçue de mort, le cerveau reptilien, notre cerveau primitif, qui gere 90 % de notre vie dans nos réactions, il gere également tout notre corps, toutes les réactions de notre corps, ce cerveau reptilien, il n’a que trois façons de nous protéger enfin trois façons de réagir et la premiere chose qu’il veut faire, quand nous sommes agressés la premiere chose que nous voulons faire comme les animaux d’ailleurs, c’est quoi,  c’est fuir, on veut fuir mais parfois on ne peut pas fuir, par exemple vous êtes enfant et vous êtes frappé par un de vos parents ou vous êtes dans un accident ou il y a une agression et vous ne pouvez pas fuir; dans certains cas, on ne peut pas fuir alors qu’est-ce qu’on fait, surtout quand on est enfant, on se sent   impuissant, on ne peut pas fuir, on est bloqué.

Parfois, on ne peut pas fuir parce qu’on a tellement peur qu’on est paralysé par la peur.

Ensuite, si on ne peut pas fuir, qu’est-ce que le reptilien a comme autre solution car il n’y en avait que trois en fait, la deuxieme solution c’est d’attaquer donc, je vais attaquer le prédateur si c’est un animal ou l’agresseur, je vais repousser ce qui est dangereux pour moi.

Mais si je ne peux pas repousser parce que je suis trop faible, je suis trop petit ou je me sens impuissant face à la masse de choses qui se trouvent autour de moi par exemple ça peut être une agression par plusieurs personnes; je ne peux pas attaquer, je ne peux pas fuir, alors quelle est la troisieme réaction du systeme nerveux autonome que le cerveau reptilien nous propose, il n’y en a que trois et la derniere,  c’est la pire en fait c’est de rester impuissant, c’est de ne rien faire, de rester sans bouger qui est quand même tres utile parce que si je fais le mort, si je suis en inhibition d’action, je ne bouge plus et bien c’est tres utile parce que si on prend le cas de la souris par exemple, le chat joue avec la souris, la souris est en train de mourir, elle a tres peur, elle est en alerte, il y a menace de mort; la souris se rend compte qu’elle ne peut pas fuir, qu’elle ne peut pas attaquer le chat alors elle fait la morte, c’est la troisieme solution.  Elle fait la morte, elle est paralysée, elle est figée et le chat s’en désintéresse un petit peu, pendant quelques secondes, il suffit de quelques secondes et même d’une seconde d’inattention du chat qui va regarder ailleurs et la souris, paf, elle détale.

Ca veut dire quoi ? Ça veut dire que dans l’organisme de la souris, l’énergie qui était là pour fuir elle était toujours présente mais elle attendait et donc cet état de l’inhibition de l’action en fait, elle est caractérisée également par une puissance énergétique à l’intérieur de nous, une charge énergétique qui est toujours prête à être évacuée pour avoir l’énergie dans les jambes pour fuir ou pour contre attaquer, quand c’est possible.

Et vous voyez qu’en fait dans les traumas, qu’est-ce qui est caractéristique et dans les phobies, c’est pareil ? C’est qu’on a un sentiment d’impuissance, ça veut dire qu’on a vécu quelque chose et peut être qu’on ne s’en souvient plus et si on ne s’en souvient plus, on va quand même pouvoir s’en débarrasser, ne vous inquiétez pas, on va quand même pouvoir s’en libérer, on va travailler avec de la symbolique puisqu’en fait on a quand même une impression par exemple  d’être agressé ou d’être bloqué ou d’être étouffé donc on est impuissant mais en fait à l’intérieur de nous, il y a une charge énergétique qui est tres puissante, qui est là pour contre attaquer ou pour fuir mais pour l’instant, cette charge elle n’est pas utilisée, c’est un peu comme si je fais chauffer une voiture, ma voiture ne bouge pas, elle est contre un mur, contre la porte du garage, je n’ai pas ouvert la porte du garage et puis je fais chauffer le moteur, j’accélere, j’accélere, j’accélere donc le moteur il commence à chauffer et il faudrait idéalement que la voiture puisse sortir mais si la voiture ne sort pas, que se passe t’il ? Et bien, le moteur commence à s’abîmer.

C’est la même chose avec nous, c’est une bête analogie mais c’est ce que j’ai trouvé pour expliquer qu’en fait tous les symptômes qui j’ai décrit tout à l’heure, il y a des gens qui vont avoir la fibromyalgie aussi, il y a des gens qui vont avoir des problemes de peau, il va y avoir du vitiligo, il y aura plein de choses mais en fait tous ces symptômes physiques et psychologiques sont dus en fait à cette énergie qui reste bloquée en nous, on appelle ça la charge émotionnelle résiduelle, cette énergie, elle fait des dégâts à l’intérieur comme le moteur qui chauffe en permanence pendant plusieurs minutes, pendant plusieurs heures, pendant plusieurs jours, pendant plusieurs mois; on voit ça chez les animaux qui sont, comme cette souris, qui sont bloqués, qui ne bougent plus, qui sont apathiques, les animaux qui sont capturés par exemple par l’être humain; l’animal, il ne peut pas fuir, il ne peut pas lutter, il ne bouge plus mais en fait, il ne peut toujours pas s’échapper et ça peut durer longtemps et à un moment donné il va tomber en dépression, il va devenir apathique.

Et vous avez parfois des personnes et vous êtes peut-être de celles-là qui ont déjà eu cette sensation de vivre à côté d’elles-mêmes, de ne plus être elles-mêmes, d’être completement dissociées, de ne plus ressentir les choses et bien ce sont des symptômes de traumatismes   vécus, parfois on ne s’en souvient plus c’est avant l’âge de six ans, mais ce sont des protections hypnotiques pour ne plus sentir sauf que comme la charge résiduelle n’a pas été mise en place pour pouvoir avoir un comportement adaptatif qui est de s’échapper ou de contre attaquer et bien, l’état d’impuissance, l’état de figement, de paralysie reste là et ça c’est un vrai problème.

Donc, qu’est-ce qu’on fait en hypnose ou en auto hypnose, qu’est-ce qu’on peut faire ? 

Et bien, on va y aller tres doucement, on va d’abord créer un endroit de sécurité, un endroit où on est bien et avec notre imagination parce que l’imagination, vous avez vu, c’est la clé de l’hypnose.

L’imagination qui fait que, j’imagine qu’une piece est brûlante, elle est tres, tres chaude et je la mets sur ma main et je vais avoir une cloque, si  j’y crois vraiment ou j’imagine que mes mains vont se rapprocher quand j’ai fait ça dans les ateliers, on jouait avec ça avec des participants et une grande partie ça fonctionnait, si j’imagine vraiment bien que mes mains vont se rapprocher, que ma main va se lever ou qu’elle est tres lourde et bien, mon corps réagit.

Si j’imagine que je suis sous le soleil, sur une plage, on a pu prouver avec les IRM, que le cortex visuel va s’allumer, il va y avoir une sécrétion de la sérotonine, une réaction du corps car le corps il y croit, comme le corps il croit à ce film d’horreur; on appelle ça le feldman idéomoteur.

On va utiliser ça mais pour le bien et donc, ce qu’on va faire c’est qu’on va  aller se mettre dans un endroit où on est vraiment bien, on est détendu et puis, tout doucement, avec beaucoup de précautions, avec beaucoup de diplomatie, on va aller chercher quelques éléments de la situation qui crée une peur, qui a donné lieu ensuite aujourd’hui à une phobie ou à des réactions de symptômes de stress post traumatiques, on va aller doucement retrouver cette situation, on va quelque part en étant sécurisé, avoir un regard différent sur la situation du passé, un regard qui est plus haut, qui est plus grand, qui prend du recul, qui met des ressources en plus, avec l’imagination on peut tout faire, et surtout ce qu’on va faire :

1ere chose, c’est qu’on revoir cette situation mais completement différemment comme ça le cerveau il reclasse différemment la situation, ça rassure avec des protections hypnotiques

et la deuxieme chose, c’est qu’on va permettre à l’organisme de décharger cette énergie résiduelle, cette charge émotionnelle résiduelle et donc ça va permettre à l’organisme de pouvoir libérer cette énergie qui normalement doit servir pour l’attaque ou pour la fuite.

En libérant cette énergie résiduelle, ça amene un apaisement dans le corps, ça amene un mieux être et ça permet vraiment de tourner la page, vraiment le cerveau comprend que ce truc est fini, ce truc a pu aller jusqu’à son aboutissement, l’énergie est sortie, il y a pu y avoir fuite ou attaque ou affirmation de soi, ou juste on recrée une justice, il y a quelque qui se fait  qui fait que je suis libéré de ça et donc c’est vraiment dans le passé et ce n’est plus actuel c’est-à-dire qu’aujourd’hui quand j’en parle, je n’ai plus cette tension par exemple.

Il y a beaucoup de gens quand ils vont reparler de leur passé, il va y avoir une forme de tension, ça veut dire que c’est toujours là dans leur réalité intérieure.

Alors toute cette petite vidéo c’était pour résumer le fait que, bien sûr c’est mieux d’être accompagné par un professionnel qui va le faire avec vous parce que chaque cas est spécifique, il y a des gens qui sont amnésiques, qui ne se souviennent pas, il faut vraiment aller doucement; il y a des gens qui ont vraiment tres, tres peur donc il faut mettre beaucoup de

protections en place mais tout ça pour vous dire qu’il y a de l’espoir, vous ne devez pas vous sentir seul avec cette sensation, vous ne devez pas vous sentir bloqué avec cette sensation qui crée aujourd’hui des phobies ou qui crée aujourd’hui des réactions disproportionnées on appelle ça les syndromes post traumatiques, vous pouvez vraiment vous en sortir d’une maniere douce et assez rapidement.

J’espere que cette vidéo vous inspirera et si vous connaissez des personnes dans votre entourage qui ont peut-être ces syndromes de stress post traumatiques ou qui ont des phobies et qui empoisonnent leur vie au quotidien, n’hésitez pas à partager !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Je vis en ce moment une grande tristesse, que faire ?

Je vis en ce moment une grande tristesse, que faire ?

Je réalise cette nouvelle vidéo pour vous parler aujourd’hui de la tristesse; alors cette vidéo sur la tristesse avec ce titre « je suis triste et qu’est-ce que je fais de ma tristesse ? ».

C’est une vidéo avec un titre qui n’est pas qu’un titre pour accrocher mais c’est également en fait un reflet de ce que je suis en train de vivre pour l’instant puisque je suis moi-même en train de vivre de la tristesse pour l’instant dans ma vie privée et je trouvais ça intéressant même si c’est un peu difficile pour moi d’en parler, de pouvoir vous partager « qu’est-ce que je fais quand je suis triste ? »

Et je trouve que c’est important d’être transparent et de dire qu’en fait on est tous ensemble sur le chemin pour s’améliorer et pour réagir à des obstacles à notre bien-être qui peuvent être, voilà des émotions destructrices comme la tristesse ou la colere ou la peur, parfois je parle de la peur.

Alors la tristesse, pour l’instant c’est ce que je ressens et donc je vais vous partager qu’est-ce que je fais avec ça et dans un premier temps ce que je voudrais dire c’est que ce n’est pas facile, c’est vraiment, je le ressens tres fort aussi, c’est quand on est submergé par la tristesse, c’est vraiment quelque chose qui est comme la peur d’ailleurs très, très difficile à vivre et donc, je ne me place pas comme certaines personnes peuvent peut être et penser qu’il y a des gens qui sont parfaits et qui ne ressentent plus d’émotions et qui n’ont plus jamais de tristesse, en tout cas, ce n’est pas du tout mon cas et il y a une anecdote que j’aime beaucoup et je l’ai déjà souvent racontée dans mes séminaires, dans les cours, je ne sais pas si je l’ai déjà racontée sur la chaîne, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le Dalaï-lama, qui est un être de grande sagesse, si vous voyez sa vie et comment il a été entraîné à méditer des heures et des heures par jour, pendant des années et à vraiment faire tout un travail sur lui de développement personnel, c’est assez extraordinaire, et puis, un jour, une femme qui était son chauffeur car il avait une femme chauffeur le regarde un peu d’une manière insistante, un peu d’une manière curieuse et il le sent tout de suite et il lui demande : est-ce que vous voulez me poser une question ? Parce qu’en fait, elle voulait savoir quelque chose et il le sentait.

Et il lui demande : est-ce que vous voulez me poser une question ?

Et elle dit oui mais je ne peux pas vous parlez et lui répond : et bien écoutez, c’est moi qui décide donc vous pouvez me poser une question, allez-y et elle dit : et bien écoutez voilà, je voulais savoir est-ce que vous n’êtes jamais vous (je ne sais pas quel titre il a, de majesté ou je ne sais pas, c’est vraiment un moine bouddhiste mais à très haut niveau) est-ce que vous n’avez jamais d’émotions, est-ce que vous n’êtes jamais vous triste ou en colère, est-ce que vous n’avez jamais d’émotions ?

Et là, il rit et puis il dit : « ben oui, bien sûr, j’ai des émotions, j’en ai comme tout le monde, je suis humain et la différence, la grande différence peut-être, c’est que ça ne dure pas longtemps ».

C’est-à-dire, qu’on peut avoir des émotions et on en a et c’est humain, l’émotion c’est « e-motion », c’est le moteur de la vie, c’est quelque chose qui nous met en mouvement, c’est quelque chose de très humain mais l’idée c’est que ça ne reste pas pendant des années parce que si on est triste pendant des années, on tombe en dépression évidemment, on peut être déprimé pendant des années.

Moi, j’ai déjà été déprimé pendant un an, je me souviens avant, il y a longtemps et c’est long.

Il y a des gens, c’est plus qu’un an et donc le but, ce n’est pas de rester dans la colere ou dans la peur ou dans la tristesse constamment.

L’idée c’est ok, on va le vivre, on va le traverser et puis on va passer à autre chose, on ne va pas rester là dedans et se victimiser là dedans.

Et c’est ça la différence, c’est d’accepter premièrement qu’on a des émotions et donc c’est pour ça que je voulais faire cette vidéo pour partager ça, et qu’est-ce que je fais, moi, quand ça arrive …

Et bien, premiere chose, c’est de l’accepter, de ne pas s’en vouloir, de ne pas se dire, avec tout ce que j’ai déjà fait comme séminaires ou tout ce que j’ai déjà fait comme travail sur moi ou encore quelqu’un qui m’a dit aujourd’hui, je fais du yoga depuis vingt ans et puis j’ai encore ça, je ne comprends pas.

Donc, c’est de ne surtout pas se culpabiliser car ça renforce l’émotion bien sûr.

Et puis ensuite, il y a plusieurs petites choses, enfin petites choses, des astuces, des stratégies, des façons de vivre, des principes de vivre tres importants, je vais vous en partager deux aujourd’hui, la premiere c’est de changer son point de vue déjà d’une manière générale sur la vie, c’est tout une question de point de vue finalement, parce que si on considère les autres comme des ennemis ou des amis et bien ça change complètement notre attitude et ça change complètement nos émotions.

Si on considere l’obstacle comme un obstacle ou au contraire comme une opportunité, ça change aussi completement notre attitude.

Ce que je veux dire par là, c’est que le point de vue qu’on va adopter sur la situation qu’on vit est déterminant pour l’état dans lequel on va être et les émotions qu’on va ressentir et puis, ensuite, par conséquence, les résultats qu’on va avoir avec les actions qu’on va avoir.

Et donc, on a tendance quand on est triste à avoir un certain point de vue sur le monde et en fait, qu’est-ce qui déclenche la tristesse d’une maniere générale, c’est ce qu’on voit en intelligence émotionnelle c’est l’idée de perte, soit c’est une vraie perte soit c’est l’idée qu’on va perdre quelque chose, on a peur et puis quand on pense avoir perdu quelque chose, on est triste et à chaque fois qu’on est triste en fait c’est parce qu’on a perdu quelque chose, on a le sentiment d’avoir perdu quelque chose ou alors on a la croyance d’avoir perdu quelque chose et parfois on a vraiment perdu quelque chose et donc c’est vraiment la perte; ça peut être la perte d’une situation, ça peut être la perte d’un espoir ou ça peut être la perte d’une personne ou la perte d’un lien avec quelqu’un et donc, en fait, l’idée c’est d’élargir ce point de vue et je vous invite à avoir cette réflexion, et je vais vous donner un petit exercice pour vous d’ailleurs, c’est de considérer, qu’en fait, la perte elle est permanente dans notre vie; ça veut dire qu’en fait perdre quelque chose c’est quelque part une mort, on a perdu, on doit faire le deuil, c’est fini !

Mais, en fait, c’est permanent dans notre vie et déjà le voir comme ça, ça va changer pas mal de choses, c’est-à-dire qu’en fait, la relation que je crois avoir perdue en fait, elle n’est pas perdue, c’est juste qu’elle évolue en permanence et ce n’est plus la même qu’il y a dix ans, ce n’est plus la même qu’il y a un an.

Par exemple si je regarde ma fille ou mon fils tel que je le vois maintenant, ce n’est plus le même qu’il y a un mois, quelque part celui d’il y a un mois, je l’ai déjà perdu dans le sens qu’il n’est plus le même, tout ce qui le constituait à ce moment là il y a un mois, il y a un an ou mon copain, ma copine, ce n’est plus la même personne; c’est même biologiquement vrai, puisque même la peau change toutes les 3 semaines, le sang circule, ce n’est plus le même sang, ce n’est plus les mêmes cellules, tout change en permanence et la personnalité change également et donc, quand on voit ces enfants grandir quand on regarde les photos apres, surtout les enfants ça grandit vite, quand on voit les photos de nos enfants, il y a 4, 5 ans et alors on se dit : et bien en fait, c’est fini, la personne n’est plus comme ça, c’est perdu, c’est quelque part mort et maintenant je la vois, j’ai l’impression qu’elle est stable en fait et elle est déjà en train de changer.

Et même la veille, elle était différente de maintenant c’est-à-dire qu’en fait ce qui était la veille est déjà fini, tout comme les journées qu’on a pu vivre et les bons moments qu’on a pu vivre, on a pris des photos de ça mais c’est mort tout ça, tout ça n’existe plus en fait.

Et donc, l’idée c’est que, on a une vision où tout meurt en permanence, ça peut paraître dramatique comme ça, ou négatif, au contraire c’est extrêmement positif; on en parle beaucoup dans le livre des morts du Tibet qui est un des plus vieux livres du monde et toute la philosophie pour apprécier la vie, c’est finalement de pouvoir faire de la mort une compréhension quotidienne et une acceptation quotidienne.

Il y a un tres beau film, enfin tres beau film, un chouette film je ne sais pas si vous avez aimé c’est le film « Troies » donc la ville de Troies, c’est un film avec Brad Pitt et donc on nous raconte l’histoire d’Achi et en fait vous voyez Achi qui est ce guerrier qui à un moment donné parle dans sa tente et il dit « les Dieux nous envient » alors les Dieux nous envient, pourquoi les Dieux qui sont immortels nous envient nous les mortels et pourquoi ils nous envient ?

Tout simplement parce qu’ils ne sont pas mortels, parce que le fait d’être mortel nous forcent à apprécier chaque instant qui ne revient plus jamais, qui ne reviendra plus jamais et notre vie qui est courte et comme notre vie est courte et va s’arrêter un jour, qu’il y aura une mort un jour ce qui n’est pas le cas des Dieux et bien on l’apprécie d’autant plus et donc le fait de voir la mort en permanence autour de nous, la mort qui en fait, la fin de quelque chose et en fait pour être plus précis, c’est le mouvement de la vie, tout se transforme, tout naît et tout meurt mais si ça meurt, ça renaît apres, il y a autre chose qui arrive.

Quelque chose meurt et se transforme.

Si je pense à mon fils ou à ma fille d’y a un mois, elle n’est pas morte vraiment, c’est juste qu’elle s’est transformée, ce n’est plus la même personne.

Tout comme mon compagnon ou ma compagne n’est plus le même qu’il y a un an ou qu’il y a deux ans et on peut même se dire d’ailleurs que dans un an ou dans deux ans mon enfant ne sera plus pareil, ma compagne; il n’y aura plus rien en fait, tout ce que je vis maintenant sera mort dans un an et même dans un mois, car tout est en transformation permanente.

Ca va ressembler un peu comme un cyclone ressemble toujours à un cyclone parce que c’est le mouvement, c’est la forme mais toutes les gouttes d’eau seront chaque fois différentes à l’intérieur.

Le corps que j’ai ressemblera dans un an plus ou moins au même, peut-être un peu plus vieux mais tout ce qui compose ce corps d’aujourd’hui sera mort dans un an.

Ca peut paraître tres philosophique mais en fait c’est fondamental parce qu’une fois qu’on a compris que tout meurt en permanence et tout se transforme en permanence, tout se transforme donc il y a chaque fois la naissance d’autre chose, ça donne une acceptation en fait des regles du jeu, la vie c’est comme ça et donc, on ne va pas se lamenter là-dessus, on l’accepte des le début parce que ce n’est pas que ça qui est mort, c’est tout qui meurt en permanence.

Vous voyez ce que je veux dire, c’est vraiment un élargissement de cette notion de perte qui permet de la relativiser et de la rendre beaucoup moins importante parce que si je fais un focus sur quelque chose ça l’agrandit comme avec un zoom mais en fait il n’y a pas que ça, il y a tout qui est en train de mourir autour de moi et je n’ai aucun contrôle là-dessus et donc, ça donne un lâcher prise extraordinaire alors je ne sais pas si ça peut vous aider mais moi personnellement ça m’aide beaucoup.

Alors ce n’est pas l’essentiel, car ce que je vous dis ensuite est plus important, est tres complémentaire en tout cas, mais c’est une vision que je vous invite à avoir et ce que je vous invite à faire comme petit exercice c’est d’observer ce mouvement de transformation et notamment se concentrer sur les choses qui disparaissent, les moments qui disparaissent, les formes qui disparaissent, la nourriture qui est en train de changer, si vous la laissez dans le frigo, vous voyez le fruit sur la table qui en train de pourrir en fait, il n’est plus le même qu’il y a deux jours et vous voyez tout change en permanence et d’observer les changements, d’observer les changements sur votre visage, sur le visage de vos proches, d’observer les changements de saisons, d’observer que tout est changement et tout se transforme et si ça se transforme ça veut dire que ce qui était avant n’est plus donc il y a la mort partout autour de nous.

 

La perte est permanente en fait mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle car ça se transforme pour autre chose et c’est ça qui est intéressant.

Alors, une deuxieme chose, un deuxieme point dont je vais voir avec vous sur la tristesse, que j’applique pour l’instant avec moi. Je suis souvent, je le dis avec beaucoup de transparence, régulierement ces temps-ci, je suis submergé par la tristesse, là vraiment pas car je fais la vidéo et vous avez remarqué que la tristesse ça vient par vagues et que fait-on quand on a ces vagues de tristesse ?

D’ailleurs, ce qu’on peut remarquer là pendant que je fais la vidéo, je ne la ressens pas mais si je commence à penser à ce qui a occasionné ma tristesse et bien je vais de nouveau ressentir, je vais de nouveau ressentir cette sensation et moi personnellement je la ressens au niveau de la poitrine, il y en a qui vont la ressentir plus bas dans le ventre, mais c’est une sensation bien physique, bien réelle, c’est une vraie souffrance, une vraie douleur.

J’ai eu aujourd’hui dans mon cabinet plusieurs personnes qui avaient cette sensation de tristesse en général c’est souvent au niveau de la poitrine mais ça peut être une tension dans les épaules, ça peut vraiment être pas mal de choses, ça peut être parfois la gorge, ce genre de choses, plein, plein de choses.

Alors, que fait-on avec ces sensations ?

Et bien, il y a deux types en fait de tristesse selon moi.

Il y a la tristesse qui est provoquée par l’événement lui-même : il y a quelqu’un qui vous a quitté, vous avez perdu votre boulot, je n’en sais rien, quelque chose s’est passé en tout cas et puis on va être triste mais en plus cette tristesse, elle peut être renforcée, augmentée, multipliée par quelque chose de plus profond en nous parce que cette tristesse fait écho à une tristesse beaucoup plus ancienne en nous en tout cas, moi, c’est mon cas.

C’est le cas de beaucoup de personnes, j’ai remarqué, c’est-à-dire qu’on est triste mais de manière presque exagérée pour la chose, c’est-à-dire qu’en fait ça nous impacte à un point, on a presque l’impression qu’on va mourir vous voyez, on a envie de mourir, on a envie de disparaître, on a l’impression qu’on n’existe plus, c’est vraiment dramatique et quand c’est si fort que ça, souvent, c’est parce que ça fait écho à quelque chose du passé, dans beaucoup de cas, on a été blessé dans le passé, on a vécu en tant que tout petit enfant car on n’est pas dans un monde parfait et idéal, on a vécu pas mal de blessures, de déceptions, de tristesses parce qu’on a dû peut-être souvent se sentir peut-être abandonnés ou pas aimés ou blessés ou trahis, ce genre de choses et donc ça fait mal et ce sont des blessures qui sont mémorisées dans le corps surtout quand on est tout petit, c’est ce qu’on appelle les cinq blessures, il y a cinq blessures qui existent, il y en a peut être plus peu importe, c’est en fait, on les résume par l’idée que on ne ressent pas d’amour, on peut se sentir abandonné, il n’y a plus d’amour non plus ou trahi, il n’y a plus d’amour non plus ou rejeté, il n’y a toujours pas d’amour.

En fait, c’est cette déconnexion avec cette énergie d’amour qui a lieu à un moment donné dans l’existence de la personne, chez beaucoup de personnes c’est le cas, beaucoup, beaucoup de personnes vivent ça et donc on appelle ça des blessures fondamentales et nous ce qu’on fait en hypnothérapie c’est aller nettoyer ces blessures parce que l’événement peut être triste mais on va pouvoir le gérer si à l’intérieur de nous il y a une paix intérieure par rapport à ça.

Par contre, si on a ce sentiment, tres inconscient, d’avoir été rejeté, d’être seul ou d’être abandonné, quand il se passe quelque chose qui ressemble de pres ou de loin à un abandon, par exemple, on va réagir d’une maniere extrêmement forte et voilà moi, c’est ce qui m’arrive pour l’instant et je pense que c’est ce qui arrive à une grande majorité des gens c’est qu’en fait nous n’avons pas eu le temps, nous n’avons pas appris ça à l’école, nous n’avons pris le temps d’aller soigner ces blessures.

Et puis, on est dans un monde où ça arrive souvent parce que voilà, nos ancêtres, enfin les nouvelles générations sont en train de changer, mais nos ancêtres, nos parents, nos parents avant, ils ont fait plein de bêtises et puis parfois ils ont fait de leur mieux avec ce qu’ils avaient et parfois les nouveaux nés que nous étions ou qu’ils étaient non pas été tout à fait entourés d’amour; et donc, il y a souvent ces blessures.

Et donc, qu’est-ce qu’on fait avec ça vous me direz et bien tout simplement ce qu’on va faire, c’est qu’on va considérer que toutes ces émotions de tristesse, c’est en fait des énergies qui circulent dans le corps, c’est une autre façon de le voir.

C’est qu’en fait, une émotion c’est quoi, ce sont des sensations physiques et c’est des énergies qui circulent dans le corps, ce sont des énergies qui sont en fait des phénomenes hypnotiques, vous savez que j’adore l’hypnose car je pratique l’hypnose comme dans ce cabinet ici, et en fait, l’hypnose, c’est d’être dans un état modifié de conscience, c’est-à-dire je suis là et pas vraiment là, je suis déjà ailleurs.

Quand je suis dans ma tristesse, en fait, je suis déjà dans mon histoire et je vois des images et je revois la personne ou je revois ce que j’ai perdu et en fait, je suis dans un état modifié de conscience c’est-à-dire qu’en fait je suis dans des pensées, le mental m’entraîne dans des trucs et j’ai des émotions; un peu comme quand vous regardez un film d’horreur, vous êtes plus vraiment là dans la piece, vous êtes dans le film et vous avez des émotions si vous avez peur.

Mais ce n’est pas vrai tout ça, c’est-à-dire qu’en fait ce n’est qu’un film, ce n’est qu’une mémoire pour revenir à notre film intérieur. Quand je repense à cette perte, je suis triste donc c’est une considération, une image, c’est du mental qui me fait naître cette émotion, c’est une énergie dans le corps et surtout et dans beaucoup de cas, c’est ce que je disais, c’est que ça va faire référence, ça va faire écho plutôt à des choses plus profondes qui sont d’autres mémoires, qui sont d’autres représentations de ce qui m’est arrivé dans la vie et de ce que je considere, que je ne suis bon à rien, on m’abandonne ou je suis rejeté, ce n’est pas conscient tout ça bien sûr mais ce sont des sensations tres présentes qui sont alimentées par des considérations sur notre environnement.

Alors si par exemple, je me souviens, ma fille adore les kiwis, je parle de ça, vous allez voir pourquoi et puis un jour elle a mangé des kiwis le matin à jeun et ça a été un peu trop acide et elle a vomi, donc ça l’a rendue malade et depuis ce jour là elle ne veut plus manger de kiwi.

Donc, c’est courant et c’est quelque part comme si elle considérait que ces kiwis, c’est dangereux.

Ce n’est pas consciemment qu’elle va dire les kiwis c’est dangereux mais c’est son organisme, son inconscient va considérer les kiwis comme quelque chose de dangereux et elle ne veut plus toucher aux kiwis.

C’est un peu pareil ici, ça veut dire qu’on considere qu’une relation peut être dangereuse et il y a des gens, par exemple, qui vont provoquer une rupture alors qu’ils veulent rester avec la personne; mais pour eux, dans leur inconscient je préfere quitter qu’être quitté parce qu’une relation est dangereuse.

Donc, il y a des gens qui sont dans des psychodrames incroyables, tout simplement parce qu’ils ont des croyances sur (ma fille c’est sur le kiwi dans cet exemple) mais pour vous montrer que ce n’est pas conscient, c’est vraiment tres instinctif, tres primaire, en fait.

Mais peu importe tout ça d’où ça vient finalement car nous ce qui nous intéressent c’est ok, et bien maintenant je suis triste, qu’est ce que je fais ?

Ok, je sais que ça vient de mes mémoires du passé, je sais que ça vient de mon mental, je sais que ce sont des énergies, mais qu’est-ce que je fais ?

Et bien, ce qu’on va faire, c’est souvent ce que je vous invite à faire, si vous suivez mes vidéos depuis un certain temps, c’est d’arrêter de penser, d’arrêter de penser à tout ça et simplement de se concentrer sur la sensation elle-même, de s’ ouvrir en fait, de s’abandonner à cette sensation.

Alors vous allez me dire, oui mais si je commence à me concentrer sur cette sensation, c’est encore plus fort et bien, oui, au début c’est encore plus fort si je mets un zoom sur quelque chose, je le grossis mais l’avantage de mettre son attention sur quelque chose c’est que vous coupez le mental, le fait de couper le mental est fondamental et donc, je coupe le mental et j’observe ce que je ressens, ça l’augmente un petit peu ou alors l’idéal c’est de s’arrêter et de fermer les yeux et d’observer, de prendre quelques minutes pour observer la sensation qui n’est qu’une énergie, qui est en fait déclenchée par des programmes, par un mental, des images, des mémoires du passé mais le fait de l’observer ça me déconnecte de ces programmes donc cette énergie qu’est-ce qu’elle fait, elle est là, c’est une sensation dans la poitrine, c’est très douloureux, on a peut-être envie de pleurer, on sent quelque chose qui bouge en nous mais comme la source est déconnectée parce que ce ne sont que des états modifiés de conscience, c’est des hypnoses, c’est comme si j’éteins la télévision avec le film d’horreur et puis pendant tout un temps je vais rester « hum, ça m’a impressionné ce film » mais à un moment donné, je vois que l’écran est noir et puis voilà je me rends compte que je me réveille en fait de ce truc.

L’idée, c’est ça, c’est que je suis dans cet état d’hypnose, je suis dans cette tristesse, je me concentre dessus donc ça veut dire que je coupe la source donc c’est comme si j’éteignais le téléviseur si vous voulez et je continue d’observer les effets.

Et vous aller voir que les émotions ce sont des énergies qui nous traversent en fait et l’idée c’est d’être tres bienveillant, ça c’est un truc en plus, c’est vraiment de s’ouvrir completement et d’accueillir avec bienveillance tout ce qui se passe.

C’est tres puissant car quand ça renvoie à des émotions du passé, quand on a souvent été dans un état où on était triste, seul, isolé et sans amour et l’idée d’être bienveillant, donc bienveillance avec un regard d’amour, un regard d’accueil, la sécurité car on ferme les yeux, on est seul, on est bien, on observe ça en sachant que ça va partir, ça amene beaucoup plus de réconfort en nous, ça amene de nouveau, ça amene en fait cet état de confiance, cet état de paix intérieur et de toute façon, c’est un état qui va se faire tout seul parce que quand vous ne pensez plus, vous êtes juste concentré sur le présent, toutes ces mémoires se déactivent mais ça prend un certain temps, il faut compter quelques minutes et c’est douloureux pendant ces quelques minutes, vous sentez que ça augmente.

Je l’ai fait plusieurs fois dans la journée, hier et aujourd’hui, et je vais peut être encore devoir le faire demain et en fait c’est là et c’est notre travail à tous d’être humain de se libérer de la souffrance et de redevenir ce que nous sommes vraiment, ce que nous sommes vraiment ce n’est pas ça et ça c’est en fait des pollutions de notre mental, des croyances que les choses on les a perdues, c’est pour ça que je parlais des croyances au début dans la vidéo, ce sont des considérations négatives sur les choses, je coupe tout ça et j’observe juste la sensation et cet état hypnotique va commencer à se modifier, à se diluer dans le temps, va se diluer au fur-et-à-mesure que les minutes passent et vous accueillez avec bienveillance cette sensation; ce qui va à l’encontre de ce qu’on avons mémorisé il y a tres longtemps où on était peut être seul, perdu, isolé, rejeté ou triste et là, vous êtes dans un état de bienveillance et vous observez cette sensation.

Un peu comme si on observait un petit animal apeuré qui en train de bouger dans notre corps et puis à un moment donné il va s’endormir, il va se calmer et vous observez.

Ca prend quelques minutes et à un moment donné ça s’apaise, ça s’apaise et je vous invite vraiment à le faire parfois il faudra le faire plusieurs fois mais à chaque fois vous sentez que vous avez quelque part une forme de contrôle c’est-à-dire qu’en fait vous n’êtes plus esclave de cet environnement, de ces mémoires du passé, de vos considérations mentales, vous êtes juste présent et dans le présent on est dans un état totalement propice à se sentir mieux et à vivre de belles choses parce que si on est vraiment plus calme et plus en paix et plus esclave de tout ça et bien il se peut que tout change. On ne sait pas ce qui va se passer demain peut être que ce que j’ai perdu va revenir, peut être qu’un autre espoir va arriver, je suis juste ouvert à ce qui va arriver, je suis en confiance parce que dans cet état où je suis apaisé tout ce qu’il y a de plus beau pour moi peut arriver.

 

En fait, c’est que si je suis stressé, inquiet et triste; tout ce qu’il y a de plus négatif peut arriver, c’est-à-dire que j’attire en fait par ma réalité intérieure tout ce qui va se passer dans ma réalité extérieure.

Si je pense que je vais être abandonné, que personne ne m’aime, je vais le voir en permanence autour de moi, que les gens ne s’intéressent pas à moi, je vais voir des choses qui n’existent même pas, mais je le crois tellement que je le vois.

Donc, l’idée, c’est vraiment d’accepter; d’accepter que c’est du mental, c’est de l’hypnose, je ferme les yeux, je me concentre sur la sensation, je me répete un peu mais c’est important;

je me concentre sur la sensation et je la laisse se dissoudre, se diluer dans le temps et j’arrive à un état plus calme, à ma véritable nature en fait qui est calme, qui est beaucoup plus calme et j’accepte que tout change, tout se transforme et parfois, ça peut être pour un mieux, parfois ça va revenir différemment, mais j’ai confiance.

Alors voilà, j’espère, je ferai peut être des formations plus longues là-dessus, c’est vrai que j’ai résumé ici, mais j’espère déjà que ce que je vous ai résumé ça duré 24 minutes, c’est ma vidéo la plus longue je pense; ça va vous inspirer à passer ces caps et à accueillir ces états d’émotion, de tristesse comme des opportunités pour avoir une vie libérée, une vie plus lumineuse, on est ensemble sur le chemin, donc je envoie tout mon courage si vous êtes vous-mêmes dans la tristesse et je vous souhaite le meilleur.

 

Transcrit aimablement par Danielle Rêve

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Utilisez tout pour vous transformer !

Utilisez tout pour vous transformer !

Apres avoir reçu quelques patients dans mon cabinet de consultations situé à Bruxelles, c’est la soirée et quelque chose a émergé dans une des séances, qui pourrait vous intéresser; je suis donc très heureux de le partager avec vous, en espérant que ça puisse vous inspirer et que ça puisse inspirer d’autres personnes que vous connaissez.

Dans ce cas là, n’hésitez pas à partager la vidéo, moi ça me fera plaisir et puis ce sont des notions qui peuvent vraiment nous libérer, ces notions que j’essaie de partager et mon objectif, est que vous puissiez vivre une vie plus libérée, une vie plus lumineuse, avec le moins de stress possible, car nous sommes dans un environnement fort stressant et l’objectif c’est de pouvoir vivre une vie qui vaut la peine d’être vécue.

Alors, le theme de cette vidéo est : « Utilisez tout, utilisez tout autour de vous pour grandir ».

Parce qu’en fait, on pourrait dire que nous sommes effectivement, comme je le disais, dans un environnement fort stressant et on pourrait s’en lamenter, on pourrait effectivement lutter contre et essayer de le changer et je pense, c’est bien d’essayer quand même d’améliorer toujours sa condition et ses qualités de vie mais en même temps, on a tendance toujours à aller, quand on est pas bien, à aller essayer de changer le monde extérieur, on a toujours tendance à penser que si on est mal, c’est à cause des autres et c’est vrai souvent c’est à cause d’un manque, ça peut être un manque d’amour, ça peut être un manque d’intérêt des autres, ça peut être des problemes d’argent; donc tout ça, c’est extérieur.

Ca peut être des personnes qui ne sont pas respectueuses, ça peut être plein de choses, en fait qui, dans le monde extérieur nous dérange.

Et donc, on a tendance, toujours à essayer de lutter contre ça, on a toujours tendance à se dire que ça ne devrait pas être là, que ça devrait être autrement, que la ou les personnes devraient être plus respectueuses, plus gentilles ou plus compréhensives, elle ou elles devraient faire des efforts que ce soit au niveau intime ou au niveau professionnel ou avec nos amis.

Dés qu’on a une tension ou dés qu’on est mal, c’est parce qu’effectivement, il y a quelque chose qui s’est passé, ça ne tombe pas du ciel, le mal-être; ça veut dire qu’en fait, on pense à quelque chose ou il s’est passé quelque chose dans notre présent qui déclenche en nous des émotions de mal-être et en fait, on a toujours le choix d’utiliser cet événement pour grandir, à chaque instant, quoiqu’il arrive, on peut toujours utiliser cet événement pour grandir et aller voir à l’intérieur.

Donc l’idée, c’est de non plus mettre toute notre attention à l’extérieur mais l’idée, c’est de mettre notre attention et notre intention aussi, à l’intérieur.

C’est-à-dire qu’en fait, si je me dispute avec quelqu’un ou si j’ai des échanges avec une personne et que je me sens flouée ou si je sens une injustice ou si je sens un manque de respect, etc, etc…, la propension que nous avons et on peut s’observer là-dessus, la propension que nous avons directement à réfléchir sur ce sujet et a pensé à ce qu’on va dire et ce qu’on va faire et essayé d’analyser pourquoi la personne dit ça et comment je peux faire pour me sortir de ce probleme.

Toute cette énergie mentale qu’on va mettre vers l’extérieur, en fait nous empêche finalement de grandir parce que nous mettons notre énergie là où il ne faudrait pas la mettre autant.

C’est-à-dire, qu’on peut y penser un petit peu mais on pourrait dire (évidemment, il n’y a pas de pourcentage) mais on met 100 % de notre énergie sur ce truc extérieur alors qu’en fait, on pourrait facilement n’en mettre que 20 % et les 80 % restants donc principal de notre énergie, de notre attention, on pourrait la mettre sur nous.

Ce sera beaucoup plus productif et toujours plus intéressant d’aller voir en soi et c’est ce qui va nous permettre de grandir et de nous libérer de cette situation qui nous pose probleme au final, c’est toujours d’aller voir en soi, mais pourquoi ça me touche autant ?

 

Pourquoi ça me touche autant ?

Donc, de toujours mettre la lumiere sur la blessure qu’on a en nous parce qu’en fait si ça me touche donc j’ai une blessure, je suis touché, je suis énervé, je suis inquiet et d’aller creuser au mais au fond, mais pourquoi ça me touche autant ?

Et, en général, on arrive toujours comme je le disais dans la vidéo précédente, je pense, sur une croyance, une croyance qui est que « je n’ai pas de chance, je ne mérite pas, je ne suis pas assez ceci ou je suis trop comme ça » vous voyez, les croyances, il y a plein et souvent, ce sont des croyances souvent sur nous-mêmes ou alors ce sont des croyances sur la vie « la vie est injuste où les autres ne m’aiment pas » enfin, n’importe quelle croyance qui en général sont des croyances et bien vous le remarquez dans cet exemple, assez négatifs et donc si je prends un exemple où je suis en tension avec quelqu’un, dans un couple ou au travail et plutôt que d’essayé de penser de résoudre ce probleme, en mettant mon énergie à l’extérieur, je vais d’abord avant tout et c’est ce que je vous conseille de faire, c’est ce que j’essaie de faire aussi et qu’on a tendance à oublier parce qu’on est constamment dans cette propension c’est d’aller voir à l’extérieur donc, c’est essayé d’aller à l’intérieur, de faire un stop et plutôt de regarder : mais pourquoi ça me touche autant ?

Ca paraît tout simple quand je le dis comme ça mais je vous assure tout le monde, moi aussi et tous les grands professionnels en thérapie ou en développement personnel ou en philosophie ou en spiritualité sont passés par cette difficulté en fait, d’avoir cette discipline d’aller voir à l’intérieur parce qu’on ne le fait pas naturellement, parce que naturellement et ça paraît logique et bien, si je suis mal c’est parce que ceci se passe, parce qu’une situation injuste se passe ou parce qu’il me manque quelque chose, il y a quelque chose qui ne va pas, il y a une agressivité ou peu importe et donc, j’aurais toujours tendance à me dire : si, il n’y avait pas ça, moi, je serais bien car moi, au fond, je veux juste vivre dans la paix donc s’il n’y avait pas cette situation devant moi, je serais bien.

C’est une erreur de penser comme ça, parce qu’en fait, c’est là, ça ne sert même à rien de se dire ça car c’est là, tout simplement et ce qui est intéressant c’est : pourquoi ça me touche ?

Parce qu’on peut tres bien se dire que, il y a des gens qui y arrivent si vraiment je fais un travail sur moi, il y aurait moyen dans l’absolu de vivre cette situation qui me dérange en étant completement en paix à l’intérieur, en n’étant pas affecté par la situation en tout cas pas autant, en étant beaucoup plus calme, beaucoup plus distant, c’est ce qu’on appelle le lâcher prise et finalement en pouvant passer rapidement à autre chose.

Parce que parfois, il y a des choses désagréables qu’on ne peut pas changer à l’extérieur et donc, l’idée c’est vraiment d’avoir cette discipline, ce rappel car on a tendance à l’oublier, c’est pourquoi je réalise cette vidéo, ce rappel qui est que tout le temps quand quelque chose nous embête, quand quelque chose nous dérange, c’est de l’utiliser pour grandir, d’utiliser tout ce qu’on peut pour grandir.

A chaque fois, qu’il y a une tension en nous, c’est non pas d’essayer d’aller voir la cause extérieure, ce qui le déclenche, on le fera apres éventuellement, mais d’abord, d’aller voir à l’intérieur.

Qu’est-ce qu’il se passe en moi, qu’est-ce que je me dis finalement sur les autres et qu’est-ce que je me dis sur moi ?

Par exemple, si je me dis que les autres ne m’aiment pas ou mon mari ou ma femme ne me fait pas confiance, qu’est ce ça dit sur moi tout ça ?

Parce qu’au final, c’est toujours sur nous.

Ca peut dire que je ne suis pas digne de confiance, que je ne suis pas intéressant(e) ou je n’ai pas assez de valeur et ce genre de choses.

Donc, en fait, c’est cette croyance quand on va très profond en nous, on voit qu’en fait qu’il y a un truc qui ne va pas.

C’est qu’apparemment, ce qui n’allait pas, c’était à l’extérieur, c’est le comportement de la personne mais quand on réfléchit, enfin quand on réfléchit, quand on va voir, sans trop réfléchir justement, mais plutôt en observant attentivement : « qu’est-ce qui déclenche, qu’est-ce qui cause en fait ce sentiment de mal-être, c’est une tristesse ou c’est une colere ou c’est une peur; et cette peur, ça peut être la peur de passer pour quelqu’un qui n’a pas de valeur donc au fond de moi j’ai peur de ne pas avoir de valeur, en fait, je pense que je n’ai pas de valeur donc je n’ai pas envie que les gens le voient par exemple ça peut être ça; ça peut être une tristesse de voir que ça me ramene à des choses du passé où j’ai eu des échecs et je considere que je n’ai pas de chance ou je ne suis pas capable ou je ne suis pas assez ceci et donc vous voyez qu’à la fin, on tombe toujours sur une croyance, une considération du monde qui nous renvoie à nous-mêmes.

Je ne suis pas assez ceci ou je suis trop cela ou je ne suis pas comme ça, j’aimerais être comme ça, ça veut dire que je ne le suis pas et en fait, on voit au final quoi : on voit au final qu’en fait c’est une pensée, une croyance, une considération sur nous-mêmes qui nous fait souffrir.

Et j’en parlais un peu, je pense, dans la vidéo précédente, c’est qu’en fait, cette pensée mais rien ne nous dit au fond qu’elle est vraie.

Est-ce qu’on en est sûr de ça ?

Et, on peut se questionner et là, c’est vraiment intéressant, c’est utiliser l’environnement, quoiqu’il arrive même désagréable d’extérieur, pour aller travailler sur moi et me libérer en fait de quelque chose qui m’emprisonne en fait, qui me fait réagir parce que, par exemple, si je crois que je ne suis pas intéressant(e), pas digne de confiance ou que je n’ai pas de chance ou que je ne suis pas assez bien et bien j’ai tendance à voir le monde avec la peur que les gens le voient ou que ça recommence ou avec une méfiance en tout cas et donc je vais avoir un comportement dans ma communication, dans mon non-verbale qui va être pas vraiment moi et les gens vont voir cette image et ils ne me voient pas comme je suis et puis il auraient tendance à réagir aussi à ce que je dis, si j’ai un comportement de fermeture ou un comportement de recul ou un comportement d’agressivité et bien les gens vont réagir à ça et en fait, je ne suis pas moi, je suis prisonnier de ce mécanisme de défense qui n’est pas moi.

L’idée, c’est d’aller voir plus loin et d’aller voir : mais pourquoi, ça me touche autant ?

Et donc, comme je le disais, on arrive à une croyance fondamentale, une croyance sur soi et cette croyance sur soi, ce qu’on peut se poser comme question, c’est ce que je viens de dire il y a quelques instants, c’est : est-ce que je suis sûr que c’est vrai ? – Est-ce que c’est vraiment vrai ?

Alors, c’est important de bien réfléchir et de regarder en nous et de sentir ce qu’il se passe dans notre corps; est-ce que c’est vrai ça ?

Et, en fait, c’est une façon de, quelle que part, non pas de flouer mais de déstructurer, de surprendre notre mental qui en fait, en général, ne se pose pas ce genre de question, on ne va pas si loin et une autre question, je crois que je vous avais partagée dans la vidéo précédente , mais finalement si je n’avais pas cette croyance, comment est-ce que je serais ?Qu’est-ce que je ressentirais ?

Et là, c’est important de fermer les yeux et de sentir qu’est ce qui se passerait si je n’avais pas ça ? Si, je n’avais pas ces croyances en moi ? Si, je n’avais pas ces poisons, en fait ?

C’est comme un poison, c’est un virus, entre guillemets, on pourrait dire de l’esprit, c’est quelque chose qui n’existe pas, une pensée mais c’est là, c’est comme un code si vous voulez, une programmation en fait une croyance c’est une programmation, une idée, un concept sur soi mais qui nous fait beaucoup de tort, qui nous fait beaucoup souffrir, qui crée en nous des tas de réactions, qui met notre attention à l’extérieur, on essaie de changer des choses, on court apres des choses mais en fait à la base il y a une souffrance, il y a un malaise par rapport à une croyance et une fois que j’ai mis cette croyance en évidence comme on vient de le voir ici et bien je peux me poser la question :

mais qui je serais si je n’avais pas ça ? Comment je serais si je n’avais pas cette croyance ?

Et là on ferme les yeux comme je le disais auparavant et en fait si vous faites vraiment bien ce travail, on va ressentir, on v a ressentir une sorte de libération.

Si vraiment on réfléchit à cette question, on se dit mais qui je suis si je n’ai pas ça, on va ressentir une libération et en fait, ça va être facile de la ressentir car c’est notre nature véritable c’est-à-dire que fondamentalement nous sommes en paix, fondamentalement nous sommes amour si vous voulez, nous sommes dans la quiétude et la tranquillité avec l’énergie de la vie qui circule en nous et c’est cette pensée qui m’empêche, qui me coupe de ça, qui me coupe du présent en fait.

Mais si j’enleve cette pensée, il reste quoi, il reste le présent, il reste la vie, il reste ce que je ressens fondamentalement de mon être et c’est toujours quelque chose de beau et ça m’amene, et c’est important là de prendre le temps de sentir et de mesurer cette sensation et ça m’amene dans un état de bien-être et une fois que je suis dans cet état de bien-être et c’est le travail qu’on fait en thérapie, que je propose régulierement en thérapie, c’est dans cet état de bien-être, c’est d’observer ensuite la situation qui auparavant nous énervait ou nous attristait ou nous inquiétait et je regarde cette situation, vue d’un espace de calme et de paix intérieure et la plupart du temps et pratiquement tout le temps en fait si on fait vraiment bien ce travail et bien, la situation paraît beaucoup moins importante, paraît même dérisoire, paraît juste, elle est là simplement et je n’ai même pas à lutter contre, c’est juste là simplement, c’est comme il y a un bruit, il y a une manifestation de quelque chose devant moi mais je ne suis pas en lutte contre cette chose, vous voyez, contre cette situation et ça c’est extraordinaire car ça amene vraiment on pourrait dire le lâcher prise, le vrai lâcher prise c’est-à-dire je ne suis plus en lutte contre ça mais je ne suis plus en lutte contre ça non pas parce que j’ai décidé d’être positif ou parce que j’ai décidé de pardonner ou parce que j’ai décidé de faire un effort sur moi simplement parce que j’ai arrêté de penser, je suis allé voir à l’intérieur et je vous invite donc à faire ça, c’est à chaque fois que vous avez une émotion ou quelque chose qui vous tracasse, ou qui vous inquiete, ou qui vous perturbe, ou qui vous agace ou qui vous attriste, c’est d’avoir ce réflexe qui est tres difficile à avoir car on est constamment hypnotisé par ce mental qui nous dit : mais ce n’est pas normal et puis il risque d’arriver ça et puis il risque etc, etc… et puis on est parti.

L’idée c’est de rester bien présent et d’avoir ce réflexe d’aller voir à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur et donc d’utiliser tout ce qu’il y a autour de notre environnement, les gens, les zones, les situations pour aller voir à l’intérieur et ça peut être n’importe quoi, ça peut être quand vous allumez votre télévision vous voyez de la souffrance, vous voyez de l’injustice, vous voyez des guerres, ça vous touche mais plutôt que de commencer à réfléchir sur la politique et sur ce qu’on peut mettre en place et l’injustice et en parler à tout le monde, c’est :

stop, stop là haut, stop les jugements en fait et allons voir à l’intérieur ce que ça nous donne comme information sur nous, sur nos croyances profondes, qui sont des croyances souvent limitantes et qui nous coupent de l’être, de l’être merveilleux que nous sommes.

J’espère que ceci vous a inspiré, n’hésitez pas à me poser si jamais je peux éclaircir certains points ce sera avec grand plaisir.

 

Transcrit aimablement par Danielle Rêve

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ne vous trompez pas entre la cause et le symptôme

Ne vous trompez pas entre la cause et le symptôme

Je profite d’une pause entre deux consultations dans mon cabinet pour réaliser une vidéo sur quelque chose qui est souvent apparu dans la journée aujourd’hui et qui me paraît très intéressant, c’est la confusion qu’on peut avoir souvent, qu’on peut ressentir quand on ressent un mal-être, on n’est pas bien et cette confusion apparaît quand nous confondons le symptôme et la cause.

La cause de notre souffrance et puis, le symptôme, c’est ce qu’on va ressentir et ce sont toutes les réactions, les conséquences de ce mal-être intérieur.

Alors, ça peut parfois toucher des choses qui sont fondamentales pour nous, qui sont une grande source de souffrance en tout cas, c’est par exemple, si j’ai des troubles du sommeil, si je suis anxieux, si j’ai des problemes de poids ou si j’ai des problemes de dépendance à la cigarette ou à l’alcool; on va voir que dans beaucoup de cas, ce ne sont que des symptômes et il est important si on veut vraiment se libérer de toutes ces tensions ou ces dépendances ou ces souffrances, c’est de pouvoir aller voir beaucoup plus profond et aller voir la cause en fait.

Et, on a tendance souvent à confondre la cause et le symptôme et le symptôme c’est vraiment, si vous voulez, ce qui apparaît en surface; on peut prendre une analogie, c’est par exemple une mauvaise herbe; une mauvaise herbe on va la voir, c’est en surface, on la voit et on peut l’arracher et puis elle peut repousser et puis on va de nouveau l’arracher et puis on va tellement l’arracher à cet endroit là qu’elle peut repousser ailleurs et en fait, quelle est la cause de cette mauvaise herbe, ce n’est pas la mauvaise herbe en elle-même, c’est la racine à l’intérieur, en dessous, qu’on ne voit pas qui fait en sorte que les symptômes apparaissent et donc, bien sûr qu’on peut travailler sur le symptôme, on va l’enlever, c’est vrai, mais ce qui est important aussi c’est d’aller enlever la racine si on ne veut plus que ça revienne et ici je prends l’analogie d’une mauvaise herbe, je pense qu’il n’y a pas vraiment de mauvaises herbes dans la nature, je veux dire, toutes les plantes peuvent être belles, mais ici l’idée c’est de prendre cette analogie pour comprendre qu’une mauvaise herbe dans ce cas ci, c’est une souffrance, c’est quelque chose qui ne nous plaît pas et on va essayer de ne plus la sentir, d’enlever le symptôme et aujourd’hui, on est dans une médecine assez symptomatique puisque en fait on a tendance à traiter le symptôme, à l’enlever.

Une migraine, des problemes de sommeil, ok, on prend un somnifere, on prend quelque chose mais on n’a pas traité vraiment la cause profonde de ça et souvent, qu’est ce qui va se passer, c’est que ça va continuer ou ça va apparaître d’une maniere différente, le symptôme va être déplacé comme on dit et donc c’est important de pouvoir aller voir profondément, quelle est la racine de notre mal-être ?

Parce ce qu’on peut, par exemple, travailler sur le symptôme qu’est la cigarette si on veut arrêter de fumer, ok, on va parler hypnose par exemple par différentes méthodes, moi j’utilise l’hypnose par contre, mais il y a d’autres méthodes.

Par l’hypnose, on va travailler sur le symptôme qui est d’arrêter de fumer, on a un comportement de prendre des cigarettes et par différentes méthodes, on n’aura plus du tout envie de prendre la cigarette mais si on n’a pas traité au fond la cause qui a amené cette envie de fumer, qui peut être un mal-être, qui peut être une solitude, qui peut être une tristesse ou une souffrance ou un lien avec quelqu’un qui fumait, qu’on appréciait beaucoup peu importe, si on n’a pas traité cette racine et bien le symptôme va réapparaître autrement par exemple, on va peut-être arrêter de fumer mais on va peut-être prendre du poids, on va manger à la place parce que en fait il y a un besoin intérieur peut-être de plaisir ou peut-être d’être rassuré ou peut-être simplement de s’anesthésier car souvent on va utiliser l’alcool ou la cigarette puisque je parle de ça pour l’instant comme des anesthésiants, comme une façon si vous voulez de ne plus ressentir le mal-être intérieur.

 

Et le mal-être intérieur, c’est justement cette cause profonde sur laquelle on devrait idéalement travailler pour éradiquer la souffrance.

Même chose sur les troubles du sommeil, on peut prendre des médicaments mais ok, on va peut être s’endormir avec le somnifere, mais on va peut être se disputer régulierement, on va peut être rentrer en conflit, on va devenir anxieux par exemple.

Alors, on peut prendre des anxiolytiques, on travaille de nouveau sur le symptôme mais vous voyez que ça risque de continuer et en médecine, c’est pareil, on peut avoir des boutons sur la peau, on va essayer de trouver plein de produits et puis, j’ai déjà eu des personnes qui sont venues chez moi qui ont été envoyées par des médecins, elles ont des problemes de peau, on dit que c’est psychosomatique, ok, et tous les médicaments et toutes les pommades ne suffisent pas, car en fait, il y a une cause interne qui est psychologique et alors parfois il y a des toxines dans le corps aussi qui font que la peau étant un émonctoire, ça sort par la peau, ça ne sert à rien de mettre une creme, oui, ce n’est pas mal, mais si on ne va pas enlever les toxines qui sont à l’intérieur et bien ça va continuer et si on ne va pas enlever la tension intérieure qui crée des toxines, une tension qui peut être un combat permanent ou alors une lutte contre soi-même ou une tension parce qu’on ne s’aime pas ou parce qu’on est bloqué dans un souvenir négatif, comme un traumatisme par exemple et bien ce symptôme va réapparaître, peut-être plus sur la peau là où on a mis la creme mais ça peut apparaître dans des maux de dos enfin plein de problemes, plein de problemes de maux dans différentes parties du corps.

Donc, il est important, oui de travailler sur le symptôme et aussi d’aller voir la cause profonde.

Alors, qu’est-ce que c’est la cause ?

Et bien, la cause souvent en fait ça va être une croyance, on peut appeler ça la croyance racine en fait, c’est la croyance, une croyance que nous avons adoptée à un moment donné, un point de vue sur le monde, un avis subjectif sur le monde qui nous a environné, enfin notre environnement qui était autour de nous et cette croyance, c’est aussi souvent sur soi et sur le monde, c’est-à-dire que, je suis seul par exemple ou on ne m’aime pas ou je ne suis pas capable ou je vais perdre quelqu’un ou ma vie va être un échec, c’est des croyances comme ça assez négatives souvent; évidemment, si j’ai ce genre de croyances en moi parce que, par exemple, j’ai eu un échec qui m’a marqué ou j’ai été abandonné et ça m’a marqué, j’ai été mémorisé par l’émotion et donc cette croyance racine qui est mémorisée, qui est vraiment profondément ancrée en moi va à un moment donné et bien va donner des mauvaises herbes en fait, va faire pousser tout un tas de symptômes et tant que je n’ai pas travaillé sur cette croyance racine et bien ça va continuer en fait.

Et on peut, j’ai remarqué et c’est fou comme l’être humain est capable pendant des années de ne pas le voir, d’essayer d’occulter ça, de travailler sur les symptômes ou de vivre avec les symptômes parce qu’on peut tres bien aussi s’accommoder du fait de fumer ou de mal dormir ou d’être anxieux ou d’être colérique ou d’avoir mal de tête régulierement mais à un moment donné, j’ai remarqué souvent, c’est plutôt vers quarante, cinquante ans, beaucoup de personnes vont se rendre compte que le symptôme devient tellement désagréable et bien qu’on ne sait plus comment quoi faire et on est obligé d’aller traiter la cause si vous voulez.

C’est un peu comme cette analogie que j’utilise parfois, que j’utilisais avant, que certains reprennent c’est en fait, imaginez que vous avez un fromage, comme vous n’aimez pas le fromage, vos parents vous ont donné un fromage à manger parce que vous êtes un petit garçon ou une petite fille et vous mettez ce fromage que vous n’aimez pas manger, pour ne pas montrer que vous ne le mangez pas, vous le cachez dans votre chambre en dessous du lit ou dans une armoire, en dessous de vêtements, etc…

Et donc, ok, c’est bon, vous l’avez caché, vos parents reprennent l’assiette, elle est vide et tout va bien sauf que vous oubliez un petit peu cette histoire et quelques jours apres il y a vraiment une odeur tres forte dans la chambre, le fromage en fait sent tres fort et ça vient de cette armoire, par exemple, où vous avez mis ce fromage.

Et donc, ce qui va être important pour vous, c’est de chasser cette odeur et donc on va travailler sur le symptôme c’est-à-dire : il y a cette odeur, il faut absolument que je fasse quelque chose alors je vais prendre du déodorant, que j’ai piqué, et je vais en mettre partout sur mes vêtements et partout dans cette armoire, là où il y a le fromage et tout d’un coup, ça sent moins fort.

Et, donc, je me dis et bien chouette, il n’y a plus de probleme !

Alors, bien, on a réglé le symptôme pour l’instant mais qu’est-ce qui va se passer : c’est que l’odeur va quand même revenir, à mon avis, et donc je suis obligé d’ouvrir les fenêtres constamment dans ma chambre pour ne pas que mes parents s’aperçoivent de quelque chose et puis, à un moment donné, même en ouvrant les fenêtres, même si j’ai froid, même si je mets des parfums, à un moment donné, l’odeur devient épouvantable et ça commence à sentir sur tout l’étage et puis apres dans toute la maison et à un moment donné, qu’est-ce que je suis bien obligé de faire, croyez-vous et bien, je suis obligé d’aller chercher ce fromage et de le jeter à la poubelle.

D’aller chercher quelque chose qui est de plus en plus désagréable à aller chercher et c’est souvent comme ça quand on attend longtemps avant d’aller voir les blessures qu’on peut avoir de la vie, ça devient tres désagréable, aller voir une tristesse ancienne ou une peur ancienne ,on peut vraiment avoir difficile comme on a eu difficile d’aller chercher ce fromage qui maintenant est complétement pourri, il y a des vers, ça sent tres, tres fort mais en même temps il faut le faire parce que si on ne le fait pas, et bien ça va encore empirer, ça va encore empester et donc c’est un peu la même chose.

Alors, l’analogie est un peu crue ici avec le fromage mais vous voyez l’idée c’est qu’à un moment donné ça devient insupportable de vivre avec le symptôme et le traiter ou s’en accommoder ne suffit plus et donc, qu’est-ce qu’on va faire : on va travailler sur la croyance.

La croyance qui est en fait le point de vue, la croyance que j’ai sur moi ou sur le monde, par exemple, on va toujours me laisser tomber, on va toujours essayer de m’avoir et la croyance est souvent accompagnée de quelque chose d’autre qui est fondamentale, c’est une expérience, en fait, qu’on a vécue, une expérience négative souvent, qui a été mémorisée et qui crée un état de tension en nous c’est pour ça que c’est négatif, ça crée un état de tension en nous, c’est une croyance, enfin une expérience où nous avons souffert en général et ça peut être voilà une perte de quelque chose ou un traumatisme, ça peut être une grande tristesse, ça peut être quelque chose qui a été tres, tres fort et qui est mémorisé et puis qui est placé un petit peu, on essaye de s’anesthésier par rapport à ça, on ne veut plus y penser parce que c’est tellement négatif et on s’en accommode et puis un peu comme ce fromage qui pue, on le met sur le côté mais en fait on développe quand même avec ce mécanisme de protection, des dysfonctionnements dans notre vie et l’idée en thérapie, comme en développement personnel, si on veut vraiment se développer , l’idée du développement personnel c’est de grandir, de se libérer de tout ce qui peut nous faire souffrir et bien, c’est d’aller chercher ça une fois pour toute, pas en parler pendant des heures et des heures, c’est juste y aller une fois et d’aller voir ce qu’il y a au fond de nous et qui crée tous ces symptômes donc aller vraiment voir la cause. Et qu’est ce qu’on va faire ? Ce qu’on peut faire, quelque chose qu’on peut proposer, car il y a plusieurs outils mais un outil tres simple et quand même tres, tres puissant et sans doute l’outil principal, c’est à chaque fois qu’on est mal, à chaque fois qu’on sent les symptômes qui arrivent, un mal de tête, des troubles du sommeil, une envie de manger compulsive ou une peur ou une tristesse qui nous vient comme ça sans raison, c’est de s’arrêter, c’est d’arrêter tout en fait et de faire quoi : et bien, de regarder à l’intérieur de soi, de sentir et d’observer.

 

Quand nous sentons et quand nous observons ce qui se passe en nous, et bien, ça arrête la pensée parce qu’on ne peut pas faire deux choses à la fois; on ne peut pas à la fois penser et être présent.

Si on est présent, on ne pense pas et si on pense et qu’on réfléchit à plein de trucs, et bien, on est coupé du présent; on n’est plus dans le présent, on est dans le futur ou le passé car la pensée nous amene toujours au futur ou au passé et donc quand je ressens ça, c’est présent en moi.

Il faut arrêter d’essayer de le nier ou de le noyer dans l’alcool ou se distraire parce que parfois on peut ne pas le sentir car on s’abrutit tellement de travail, comme le font certaines personnes, une façon de gérer les symptômes, c’est s’abrutir de travail par exemple, on est tellement épuisé qu’on ne sent plus le truc et l’idée ici c’est que je le sens; par exemple, encore ici récemment, j’ai eu une personne qui arrivait à la retraite et puis à la retraite, la personne à un moment donné se rend compte qu’elle est plus souvent seule, elle a plus souvent l’occasion de ressentir des tas de sensations dans le corps parce que avant elle était distraite par plein de choses; par le travail, abrutie par le travail, on peut presque dire ! Et là, les réactions arrivent, les symptômes arrivent et donc là, c’est tres, tres désagréable, c’est pénible et donc l’idée, c’est, plutôt que de tomber dans l’alcool ou d’essayer de trouver une autre solution pour ne pas souffrir, c’est simplement d’aller voir à l’intérieur et donc, je vous invite, si ça vous arrive et on a tous à travailler sur nous à ce sujet là; c’est de faire un stop, de fermer les yeux et de regarder à l’intérieur, de regarder ce qu’il se passe en nous et d’observer, non pas d’essayer de comprendre, non pas d’essayer d’analyser, ni d’essayer de juger, ni de mettre une étiquette, juste d’observer les sensations qui sont des sensations physiques en fait. Ce sont des sensations purement physiques.

Ce sont des énergies qui passent, ce sont des tensions, des crispations, c’est un poids, c’est chaud, c’est froid, ça bouge, ça peut être une tension dans le cou, ça peut être au niveau de la poitrine ou de l’estomac et observer ça, et, évidemment, que va-t-il se passer : c’est que ça va augmenter en intensité parce qu’on met un focus dessus donc on le voit beaucoup plus, ça va augmenter en intensité et une fois qu’on le ressent bien, alors on peut soit continuer à le sentir et à un moment donné puisque qu’on reste tres calme et que ce n’est plus lié à la source de ce mal-être qui est en fait une expérience ou une croyance qui a été enracinée, on est juste en train d’observer le symptôme sans le nourrir, si vous voulez et à un moment donné, que se passe-t-il et bien il va commencer à s’estomper, il va commencer à diminuer, il va commencer, en fait, à se dissoudre dans la lumiere de notre conscience, du présent.

Sinon, ce qu’on peut faire aussi, qui est tres intéressant, un autre travail optionnel, c’est qu’en fait quand on est mal comme ça c’est de se poser la question « au fond, qu’est-ce que je pense ? qu’est-ce que ressens ? »

Si je ressens de la tristesse, quand je dis « qu’est-ce que je pense ? « c’est « quelle est ma considération ?, qu’est-ce qui me vient ? , j’ai l’impression de quoi ?, qu’est-ce que je pense dans l’idée ?, comment est-ce que je vois le monde ? comment est-ce que je me vois ?, quelle est la considération que j’ai ? » dans cette tristesse.

Et par exemple, ça peut être, et bien, je suis seul au monde ou c’est comme si je ne pouvais pas faire confiance et je vais avoir une série de croyances, de pensées en fait, de points de vue subjectifs qui vont m’arriver.

Et en fait, souvent, ce sont ces réactions viennent de ces croyances et parfois de ces images, de ces souvenirs qu’on a et qui ont été conscientisés maintenant et qu’est-ce qu’on va faire ensuite, c’est qu’on va se poser une question fondamentale et je vous invite à vous la poser le plus souvent possible, c’est : une fois qu’on a compris maintenant que ce mal être vient, non pas du ciel comme ça, non pas parce qu’il s’est passé quelque chose dans mon environnement mais juste parce que j’ai une pensée, j’ai une croyance ou j’ai un souvenir (et un souvenir, ce sont des images, c’est aussi du mental); je vais me poser la question :

 

MAIS, QUI SERAIS-JE SANS CETTE PENSEE ? QUI SERAIS-JE SANS TOUT CA ? SANS TOUTE CETTE HISTOIRE QUE JE ME DIS LA ? QUE LES GENS SONT COMME CA, QUE JE SUIS COMME CA ? ET IL Y A EU CA ET CA VA RECONTINUER, QUI SERAIS-JE SANS TOUT CA ? QUI SUIS-JE SANS CETTE PENSEE ?

Et vraiment de se poser la question et de se rendre compte qu’en fait, et bien, qui on est sans tout ça et bien on va sentir à un moment donné qu’on serait beaucoup mieux déjà, ça s’est l’analyse mais on va le sentir; forcément, on serait mieux mais on va sentir quelque chose qui se libere en nous.

En fait, sans tout ça, sans cette pensée, si je ne pensais plus ça, si je n’avais plus ça dans ma tête « COMMENT JE SERAIS ?, et bien, JE SERAIS LIBRE, JE RESSENTIRAIS DE LA JOIE et ici je vous l’écris mais en fait l’idée n’est même pas de le verbaliser mais juste de le ressentir.

Si vous me posez la question, qui suis-je sans tout ça ? et il y a quelque chose qui vient et ce qui vient, c’est en fait une sorte de libération émotionnelle, une sorte de libération et en fait notre vraie nature qui peut apparaître sans cette histoire, sans tout ça et sans cette pensée; cette croyance dans ma tête « qui je suis ? » et en fait, c’est inutile de répondre qui on est car c’est encore une fois des mots mais on sent qu’il y a quelque chose, il y a une forme d’énergie en fait, c’est l’énergie de la vie qui apparaît et là, c’est important, c’est de la ressentir cette énergie de la vie, de la laisser couler en nous, de vraiment bien la sentir, de poser son regard dessus, d’où l’importance comme je l’ai souvent dit dans les vidéos et les résumés, c’est d’entraîner notre attention à observer, observer l’extérieur, oui certes, et surtout observer l’intérieur, observer les sensations et surtout observer dans ce cas-ci maintenant cette énergie de vie qui nous remplit et c’est une énergie qui va guérir en fait, un peu comme le soleil qui arrive en nous, comme si notre coeur devenait lumineux et qui va dissoudre l’obscurité et les taches d’obscurité qu’il peut y avoir en nous, un peu comme une lumiere qui va dissoudre comme si vous mettiez une bougie dans une piece, ça va éclairer toute la piece et donc là, vous allez vous apporter en fait par ce retournement, cette question concientisante et tres, tres intéressante qui est :

«MAIS QUI SERAIS-JE SANS CETTE PENSEE, SANS CETTE CROYANCE, SANS TOUTES CES HISTOIRES, SI JE N’AVAIS PLUS TOUT CA ?

Là, il y a une énergie de vie qui apparaît, qui rayonne en nous, qu’on va vraiment ressentir et qui va dissoudre et sans doute un jour la science nous expliquera, nous montrera qu’effectivement il y a une forme d’énergie qui permet de guérir, de détendre et de faire en sorte que les toxines du corps qui sont liées au stress soient évacuées beaucoup plus vite.

Alors, je vous souhaite de faire l’expérience car vous n’êtes pas obligé d’aller en thérapie pour le vivre, vous le pouvez le faire par vous-même, le vivre tout seul et donc je souhaite de vivre cette expérience et si vous pensez que ça peut inspirer d’autres personnes et bien ça me fera très plaisir de savoir que vous partagez la vidéo pour que de plus en plus de personnes puissent se libérer de la souffrance et accéder à un état de bien-être, un état de lumière pour vivre une vie qui vaut la peine d’être vécue.

 

Aimablement retranscrit par Danielle Rêve

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Auto-hypnose et richesse relationnelle

Auto-hypnose et richesse relationnelle

Je profite d’un moment dans mon cabinet de consultations pour faire une vidéo suivie d’un résumé sur un atelier que j’ai donné la derniere semaine d’octobre sur l’auto hypnose; l’auto hypnose et la richesse relationnelle.

Cet atelier a été donné dans le centre de yoga à Waterloo et je profite de ce moment pour en faire une vidéo et un résumé comme j’avais fait pour l’atelier que j’avais donné le mois avant sur l’auto-hypnose et la confiance en soi. Et pour ceux qui n’ont pas pu assister à ces ateliers, c’est l’occasion de vous familiariser avec ces notions d’auto hypnose et ces themes que sont la confiance en soi ainsi que de l’auto-hypnose relationnelle et donc ça peut vous donner envie de suivre ces ateliers ou déjà de travailler sur vous avec les notions que je vais vous partager.

Alors bien sûr, c’est un résumé, les exercices sont à faire chez vous, je vais vous parler ici des grands principes et on avait commencé cet atelier de vendredi passé avec un résumé de l’auto-hypnose et la confiance en soi donc je vous renvoie à la premiere vidéo que j’ai faite sur le sujet mais en quelques mots le résumé qu’il me paraît important de faire, c’est que nous avons deux réalités, j’étais arrivé avec cette notion de deux réalités, on a la réalité extérieure et puis notre réalité à l’intérieur de nous.

C’est-à-dire qu’il y a la réalité que je perçois par mes sens et cette réalité c’est ces informations qui sont enregistrées en moi et quand je me souviens de quelque chose, je me souviens en fait, j’ai des images qui me viennent et c’est ma réalité intérieure qui parle.

Si je me souviens d’un tres beau souvenir, vous vous souvenez d’un tres beau souvenir dans votre passé, ce souvenir n’existe plus dans la réalité extérieure mais dans votre réalité intérieure, le souvenir est toujours tres vivace et vous vous en souvenez comme si c’était aujourd’hui, je fais référence à la madeleine de Proust en voyant quelque chose, en goûtant quelque chose, ça me rappelle et je pars dedans; je pars dans cette hypnose en fait, c’est-à-dire je pars dans ce souvenir qui m’hypnotise totalement dans le sens où je suis complétement dedans et j’oublie un peu le temps qui passe car je suis dans mon souvenir.

Donc, par exemple, vous pouvez avoir ça, on a souvent des états d’hypnose, des états hypnotiques quand on est en train de rêvasser, quand on pense au futur, quand on pense au passé et qu’on n’est plus vraiment là, on est un peu déconnecté de la réalité extérieure donc on est en état d’hypnose et parfois on peut être dans un état d’hypnose tres profond quand on est vraiment absorbé par ce sur quoi nous nous concentrons qui n’est pas réel, mais qui sont en fait des films, des films intérieurs que l’on se fait. Et, qu’est ce qui nous influence le plus, est-ce que c’est notre réalité intérieure ou est-ce que c’est notre réalité extérieure; bien sûr les deux, mais dans beaucoup de cas ça va être la réalité intérieure qui aura le plus d’impact sur notre bien-être, sur notre état psychologique du moment, sur nos humeurs.

Par exemple, imaginons que quelqu’un me fait un compliment, une personne me dit, parce qu’aujourd’hui c’est plus le theme de relation humaine, quelqu’un me dit : tu es merveilleux, tu es merveilleuse, je t’aime, j’ai envie de rester avec toi, donc c’est super, c’est positif et la personne vous dit ça mais si dans votre vie, dans votre passé, vous avez toujours vécu des échecs, vous avez souvent été trahi, trompé ou abandonné ou on vous a humilié ou on vous a quitté et vous avez cette personne qui vous dit ça, vous allez réagir comment, et bien vous allez réagir en fonction de tout ce que vous avez vécu, vous allez vous méfier en disant : oh la la, elle exagere, ce n’est pas possible, ce n’est pas normal ou alors elle essaie de se moquer de moi, elle se fout de moi ou elle dit ça mais ça va retomber, ça va changer; en fait, on n’y croit pas vraiment donc la réalité extérieure est tres positive mais la réalité intérieure me fait dire que je dois me méfier et que j’ai déjà eu pas mal d’histoires et de tuiles qui me sont tombées sur la tête et que donc, ce n’est pas possible que ce soit aussi beau.

Donc, vous voyez qu’en fait cette réalité intérieure qui est en fait notre passé, qui est mémorisé c’est souvent des films, des mémoires, des images, cette réalité intérieure qui est tres importante et beaucoup plus importante dans beaucoup de cas que ce qui m’arrive dans l’extérieur, dans la réalité extérieure et donc on dit souvent que, en fait, ce qui nous conditionnent, c’est vraiment notre réalité intérieure plus que notre réalité extérieure.

Et, en fonction de cette réalité intérieure, je vais faire des choix dans ma vie qui vont m’amener souvent à vivre ce que je ne veux pas vivre.

Exemple : j’ai tres peur qu’on me vole ou j’ai tres peur qu’on me quitte, si je reviens au theme des relations humaines parce que j’ai tellement vécu et je suis attentif à voir toutes les situations, parce que je suis vigilant et notre inconscient est là pour nous protéger, donc je n’arrête pas de regarder toutes les situations où ça pourrait arriver et à force de les regarder, je peux finir par les voir où je peux finir par créer une réaction chez les autres qui fait que je vais finalement me retrouver tout seul ou on va finalement me voler.

On appelle ça en psychologie, une prophétie auto réalisante.

Alors dans les relations, c’est amusant parce qu’il y a même parfois des gens qui vont vous dire qu’ils ne veulent pas que vous voyez un défaut que vous voyez chez eux, par exemple, un défaut physique en disant je n’aime pas ce défaut là et ils vont vous montrez un gros bouton sur le nez, je n’aime pas ce défaut là et je n’en veux pas mais à force de le montrer l’autre ne voit plus que ça.

Donc en fait, c’est une prophétie auto réalisante ou par exemple j’ai peur que l’autre me quitte et quand il arrive, quand il rentre à la maison, je lui dis : ou la la parce que j’ai déjà cette peur en moi vu ma réalité intérieure, tu vas me quitter, enfin on ne dit pas ça, mais on va dire par exemple, tu as la mauvaise humeur aujourd’hui ou tu as l’air ailleurs, tu penses à quelqu’un d’autre; la personne va s’énerver, elle pourrait s’énerver bien sûr en disant : »mais non, pas du tout » mais si, je vois bien parce qu’on insiste, on veut vraiment être sûr « mais non, je t’assure, écoute tu m’énerves » et bien tu as vu tu me parles comme ça, il y a un truc qui ne va pas et puis en fait, on crée nous-mêmes le scénario qui fait que l’autre en a marre, l’autre s’en va et donc, on appelle ça une prophétie auto réalisante.

Alors là, je m’éloigne un petit peu du sujet, on n’en a pas parlé dans l’atelier mais c’est toujours un phénomene, ce phénomene qui vient de ce principe que je viens de décrire qui est que notre réalité intérieure, notre passé qui nous a conditionné, conditionne également notre présent et on va dire souvent d’ailleurs que le passé est condamné à se reproduire si on ne fait pas un travail sur soi.

Alors, c’est quoi ce travail ? Et bien c’est sur les relations humaines parce que en fait, les relations humaines c’est quand même quelque chose d’important dans la vie, je ne sais pas si vous êtes d’accord avec moi, c’est-à-dire qu’en fait toute notre vie, la qualité de notre vie dépend en grande partie de la richesse, des bonnes relations humaines que nous allons entretenir.

Nous pouvons être brillants intellectuellement, nous pouvons être bien physiquement, nous pouvons avoir beaucoup d’argent, nous pouvons avoir pas mal de qualités mais si nous ne sommes pas capables de créer des bonnes relations autour de nous, notre vie peut véritablement devenir rapidement un enfer parce qu’on va se retrouver seul, parce qu’on va tout le temps être en tension, en conflit et donc, notre qualité de vie dépend en grande partie de notre capacité à créer des bonnes relations et malheureusement c’est encore une fois bien sûr quelque chose qu’on n’apprend pas à l’école et on se retrouve parfois dans des relations qui nous prennent beaucoup d’énergie alors évidemment moi, j’en vois beaucoup autour de moi parce que c’est mon métier, je suis thérapeute et aussi dans les formations, les gens parlent évidemment beaucoup de ça et je vois beaucoup de personnes qui sont dans des situations dramatiques, incroyables, entourées de personnes qui leur pompent leur énergie, qui les épuisent, entourées de conflits même dans leurs propres couples, dans leurs propres familles et donc c’est vraiment épuisant.

Alors comment faire pour sortir de là, et bien déjà se rendre compte qu’on a un critere ici qui est fondamental pour savoir si une relation vous est bénéfique ou pas ?

 

Comment savoir au fond, comment savoir si une relation vous fait du bien ou ne vous fait pas du bien, quel est le critère ?

Et le critère, je viens d’en parler, c’est : est-ce que ça vous fait du bien ?

Mais pour aller plus précisément, un des criteres fondamental pour savoir si une relation ça faut la peine de la continuer ou pas, c’est : est-ce que cette personne, la personne avec qui je suis en relation, est-ce que cette personne vous prend de l’énergie ou est-ce qu’elle vous en donne ?

Est-ce que quand vous allez à son contact, apres êtes-vous plutôt épuisé ou au contraire, vous vous sentez plus léger, plus enthousiaste, avec plus de joie ? Et ça, c’est vraiment un critere fondamental.

Et je pense que si on appliquait ce critere dans nos relations humaines, on ferait pas mal de vide autour de nous dans beaucoup de cas.

Parfois, on ne peut pas toujours choisir bien sûr par exemple au travail, mais par exemple au niveau de la famille, on peut quand même choisir parce que on a tendance souvent à rester dans des endroits où on se dit, je dois m’occuper d’eux, c’est ma famille, je ne peux pas faire ça et en fait, statistiquement c’est dans les familles, dans la famille qu’on a le plus de chance de se faire agresser, de se faire manquer de respect et même de se faire tuer en fait, les statistiques le démontrent bien.

Donc, on a tendance en fait à se sentir obligé de rester avec des personnes, parfois dans certains cas même si ces personnes sont désastreuses pour votre santé. Par exemple, si votre pere était Adolphe HITLER, est-ce que vous continueriez à le voir, à lui téléphoner tous les jours ?

Parce qu’il y a des gens parfois qui vont continuer des relations qui sont toxiques pour eux.

Alors, comment faire pour éviter tout ça ?

Et bien, c’est justement le theme de l’atelier, c’est de se rendre compte qu’en fait quand nous sommes dans ce genre de relations, nous sommes tres, tres mal, nous sommes frustrés et d’autant plus que de maniere plus général maintenant quand on regarde l’histoire humaine et la culture et les traditions et tout le passé, c’est que nous venons d’un passé au niveau collectif, au niveau de l’humanité où il y a eu beaucoup de violence, beaucoup de souffrance, beaucoup de guerres, beaucoup de conflits et constamment nous avons dû faire attention, nous méfier; en fait, nous étions en mode survie et nous avons hérité de tout ça, de toutes ces guerres, de tous ces passés où il fallait tout le temps faire attention, il fallait tout le temps calculer si la personne qui était devant nous ou qu’on allait rencontrer était un danger ou pas pour nous et donc, nous en sommes parvenus à développer ce qu’on peut appeler l’égo, cette partie de nous qui va tout le temps calculer, enfin il ne fait pas que ça l’égo, mais ici dans ce cas-ci, c’est important de le dire, c’est que cette partie de nous qu’on peut appeler l’égo va tout le temps calculer pour voir si : est-ce que cette personne est un danger ou pas pour nous et non seulement il va calculer mais en plus étant frustré par le manque d’amour qui est là parce que nos relations ne sont pas tres, tres bonnes, il va tout le temps faire des calculs entre ce qu’il donne et ce qu’il reçoit, on va souvent avoir ce calcul parfois même consciemment :

Ben, moi je donne ça mais lui qu’est-ce qu’il donne ou elle, qu’est qu’elle donne ?

Et puis, il y a ce que je donne et il y a ce que je reçois, est-ce que c’est la même chose ?

Il va tout le temps calculer, anticiper, juger et en fait le fait de faire ça va amplifier notre mal être.

Donc, si vous voulez, il y a deux problemes, c’est ce qu’on a vu dans l’atelier, il y a deux grands problemes qui nous empêchent d’avoir des bonnes relations c’est :

1) le manque d’amour, le fait qu’on ne ressent pas assez d’amour, beaucoup d’entre nous ont un passé où ils n’ont pas eus assez d’amour

 

2) c’est tout notre passé qui emmagasiné dans notre mémoire, dans notre inconscient, dans lequel il y a beaucoup de représentations très négatives de relations humaines.

Et évidemment, plus ce passé est négatif plus le manque d’amour est fort donc ces deux points sont liés bien sûr.

Alors comment faire pour se sortir de là ?

Et bien, évidemment, c’est travailler sur ces deux points, premierement, c’est ressentir l’amour, ça va nous faire du bien, on va être moins frustré, donc on va avoir une vision plus lucide et plus ouverte sur le monde et deuxiemement, c’est travailler sur toutes nos représentations internes qui sont souvent teintées d’une méfiance et de choses négatives en fonction de ce qui nous est arrivé ou en fonction de ce qui est arrivé à nos ancêtres; parce que c’est également là au niveau inconscient, une méfiance permanente ou une lutte permanente.

Alors la premiere chose qu’on avait travaillé en auto hypnose, c’était l’importance de ressentir de l’amour et pour ceux qui étaient à l’atelier, on a fait cet exercice qui est de se rappeler d’un bon moment où nous avons ressenti l’amour, je pense qu’on a tous au moins un bon moment ou on a ressenti de l’amour et de laisser grandir cette sensation en nous parce qu’en fait à chaque fois que nous avons des pensées d’un bon souvenir, on va chercher dans le passé, dans la réalité intérieure un bon souvenir; à chaque pensée, il y a une émotion enfin pas à toutes les pensées, mais à ce type de pensées là, oui il y a des émotions, ce sont des bons souvenirs, il y a des émotions qui vont venir et je vais rentrer dans la sensation, car une émotion est composée de sensations.

Et donc, pendant tout un temps, on est dans cette rêverie positive du passé, on se souvient d’un bon moment où on a ressenti de l’amour et notre corps ressent vraiment cette sensation d’amour et ce qu’on a tendance à croire, c’est que l’amour, le ressenti d’amour ne peut venir que parce que quelqu’un nous aime.

En réalité, et on a fait l’expérience aussi dans l’atelier, cette sensation d’amour, cette énergie d’amour et bien, c’est une énergie en fait; c’est quelque chose qui peut être tout le temps là et on peut même jusqu’à dire, dans beaucoup de voies spirituelles, on va jusque là de dire que c’est notre nature véritable en fait et donc on a amplifié cette énergie en étant dans un état, les yeux fermés, donc en auto hypnose c’est-à-dire un état où on est beaucoup plus détendu, on est absorbé dans quelque chose qui est de la réalité intérieure, un bon souvenir ici en l’occurrence et on s’est rendu compte que même en laissant tomber le souvenir, on reste sur la sensation et la sensation peut s’amplifier et en fait, c’est une façon de retrouver un état positif, une belle énergie qui est notre nature véritable et de cette nature véritable, de cette énergie on peut ensuite travailler sur le deuxième problème, ce sont toutes les représentations négatives que nous avons du passé, que nous avons par rapport aux relations humaines.

Et, ce qu’on a fait, on a travaillé plus avec le mode symbolique, c’est-à-dire qu’en auto hypnose, l’inconscient utilise des symboles et le symbole est très puissant pour l’inconscient et par exemple, on avait utilisé le symbole des liens, des liens que nous avons avec des personnes qui sont parfois toxiques pour nous, ça peut être un cordon, ça peut être un lien, ça peut être une chaîne, ça peut être quelque chose qui nous relie en fait à quelqu’un et on avait fait un travail préalable, c’est d’identifier trois situations pour les personnes qui étaient là mais vous pouvez le faire aussi, notez sur un papier trois types de relations qui vous épuisent, trois types de relations qui sont toxiques pour vous, qui vous prennent de l’énergie et qui ne vous aident pas à vous épanouir et à ressentir de la joie.

Alors on a noté ces trois relations alors ça ne veut pas dire qu’il faut être blanc ou noir, c’est important on en a discuté aussi dans l’atelier, avec les périodes questions réponses,

ça ne veut pas dire qu’il faut fermer la porte complètement à une relation parce qu’elle nous fatigue, on peut parfois pour plein de raisons même avec des enfants qui peuvent nous épuiser parfois, on va garder la relation parce qu’on a un objectif et on les aime ces personnes, c’est juste que c’est important de ne pas non plus se manquer de respect à soi-même et pouvoir aussi mettre des limites, avoir un juste milieu.

Donc, ça ne veut pas dire tout quitter non plus, ça veut juste dire je vais m’exposer à moins de relations qui sont toxiques pour moi.

Alors, on avait pris des relations toxiques et j’avais proposé aux personnes de les symboliser dans cet état d’auto hypnose, cet état de transe en fait où on est bien, on est absorbé dans un bon souvenir, d’ensuite imaginer que ces personnes sont tres, tres loin de nous, vous pouvez les disposer physiquement dans l’espace à gauche, à droite, derriere, devant, peu importe avec un lien qui vous relie à ces personnes mais qui sont des personnes plutôt toxiques, plutôt négatives et qui ont par le lien qu’elles ont sur vous un énorme impact négatif, un impact négatif important.

Ca peut être des personnes qui n’existent même plus mais qui sont toujours présentes en vous parce que vous êtes influencées par elles, par ce qu’elles ont fait ou parce qu’elles vous ont dit.

Par exemple, si quelqu’un vous a dit que vous étiez nul toute votre enfance, ça peut être un prof, ça peut être un oncle, ça peut être une tante peu importe, et ça reste en nous.

Chaque fois que j’essaie de réussir quelque chose, j’ai un examen, il y a cette voix qui me revient donc je vais placer cette personne tres loin et avec ce lien qui symbolise en fait l’impact qu’elle a sur moi et qu’est qu’on a fait en auto hypnose et ce que je vous conseille de faire, c’est de simplement symboliser ce lien d’une façon qui représente pour vous quelque chose qui est mauvais pour vous, ça peut être sombre, ça peut être froid, ça peut être quelque chose qui n’est pas tres beau à voir, la matiere n’est pas tres agréable et ensuite, puisque nous sommes dans l’imaginaire et c’est ça qui est extraordinaire, c’est que nous pouvons tout-à-fait jouer avec cet imaginaire et dans l’imaginaire tout est possible.

Tout est possible et donc ce que nous pouvons faire puisque que ce ne sont que des films du passé, ce ne sont que des représentations de ce que je ressens et bien je vais modifier cela, je vais par exemple couper ces liens ou je vais modifier les liens, je vais le rendre moins épais parce que je veux garder la relation mais je veux qu’elle m’emprisonne moins donc je peux changer le lien, je peux changer la couleur, changer la texture, je peux changer la distance etc…

Et ensuite, deuxieme partie, c’est créer des nouvelles relations, plein de relations puisqu’on a une tendance à voir que les bonnes relations sont rares et donc on s’accroche à quelqu’un parce qu’on a peur, apres il n’y a rien, et donc on va se dire cette personne là, elle n’est pas parfaite mais on la garde parce que je ne sais pas ce qui m’attend et donc, on est dans une vision, vous voyez de nouveau dans un mode survie, dans une vision de la rareté et l’idée c’est d’avoir une vision beaucoup plus de l’abondance et donc on a placé tout un tas de person-

nes, une multitude de personnes lumineuses, positives, ça peut être des silhouettes lumineuses

vous les représentés comme vous voulez bien sûr de manière symbolique avec lesquelles vous avez des liens, avec des belles couleurs, avec des belles matières, ça peut être des liens translucides, ça peut être de la couleur, ça peut être de la lumière et on a laissé amplifier cette sensation de lumière et physiquement on le ressent dans le corps et c’est une façon si vous voulez de ré-encoder notre système nerveux pour que chaque partie de nous, toutes nos cellules, on parle de mémoires cellulaires aussi comprennent qu’il y a une modification, une mise à jour dans le système de la réalité intérieure c’est-à-dire qu’en fait, il y a une autre réalité intérieure qui se met en place et si je change ma réalité intérieure, je change ma réalité extérieure.

J’espère que ce petit résumé qui est un peu plus long que d’habitude vous inspirera, si vous voulez aller plus loin vous pouvez me contacter, vous pouvez suivre un atelier car il y a d’autres ateliers de prévus, également en 2018 aussi, sur le même thème et sur d’autres thèmes celui de la santé par exemple et vous persuader, vous faire comprendre en fait, vous faire réaliser que nous avons une puissance incroyable en nous puisque comme c’est de l’imaginaire cette réalité intérieure, on peut tout changer; ce qui va en changeant notre réalité intérieure, en faisant en sorte qu’elle soit beaucoup plus belle et plus inspirante et bien, on va changer notre comportement dans le monde réel et on va être beaucoup plus ouvert et beaucoup plus confiant et capable ainsi de créer de plus belles relations, c’est ce que je vous souhaite à tous.

 

Transcrit aimablement par Danielle Reve

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail