+32 477 39 31 53 - +41 77 941 03 35 eric@ericremacle.net
Life Script : reconstruire une nouvelle vie grâce au pouvoir de l’esprit!

Life Script : reconstruire une nouvelle vie grâce au pouvoir de l’esprit!

Connaissez-vous l’incroyable pouvoir de l’effet placebo ?  

Des milliers d’études médicales attestent de la puissance de l’esprit dans la guérison, certaines même définies par les médecins comme « miraculeuses ».  Aujourd’hui avec les avancées prodigieuses en neuroplasticité cérébrale, enpsycho neuro immunologie et en épigénétique on commence à comprendre comment l’esprit peut avoir un tel pouvoir sur le corps.  

C’est tout simplement époustouflant et on ne peut quêtre émerveillé de la puissance qui réside en nous.  

Il y a quelques temps j’avais créé 4 vidéo gratuites sur l’effet placebo et aussi une formation pour mettre en application ces principes. 

Je vous mets le lien en bas de cet email si jamais cela vous intéresse.  

Pouvoir de l’esprit, physique quantique et loi de l’attraction 

Parralèlement à cela de plus en plus de scientifiques comme le docteur Joe Dispenza mettent en lumière pourquoi ce qu’on appelle « la loi de l’attraction » fonctionne quand elle fonctionne.. 

Moi qui aime la raison et veut garder un esprit scientifique ces recherches m’intéressent au plus haut point … 

Pourquoi ? 

 .. parce que si cette loi de l’attraction est vraie, cela est un bel espoir pour se libérer d’une vie qui ne nous convient pas dans certains aspects et pour vivre de manière plus libre et lumineuse. 

Alors qu’en est-il ? Et bien oui la loi de l’attraction fonctionne, comme fonctionne l’effet placebo. 

C’est un peu le même phénomène en fait. On en revient au pouvoir de l’esprit 🙂 Cependant vous avez remarqué quer ce n’est pas si facile pour tout le monde..  

Laissez-moi vous donner la clé :

Il faut associer une pensée claire et constructive (charge électrique)à

une émotion élevante (chargre magnétique)..et répéter cela

régulièrement.. pour reprogrammer notre inconscient (le système

nerveux et notreépigénome)et influer sur le champ quantique des

possibles qui nous entourent. ..

.. cela permet d’activer dans le corps la modification des gènes (c’est prouvé) et dans notre vie l’avènement d’évéments que l’on a programmé (c’est observé). Peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience dans votre propre vie

..  C’est certain

.. car la loi de l’attraction comme l’effet placebo fonctionne aussi à l’envers…  On parle d’effet nocebo (l’inverse du placebo). 

.. et nous savons tous plus ou moins intuitivement que si nous nous concentrons sur le négatif, le malheur, nous le récoltons en abondance…  

Pour aider ceux et celles qui ne savent pas comment maîtriser ces forces qui peuvent nous détruire ou nous construire, j’ai simplifié ces concepts avec une méthode qui a déjà fonctionné très bien avec plusieurs dizaines de mes patients et clients.   

Cette méthode je l’appelle : LifeScript

Car oui nous pouvons réécrire notre vie… 

Life Script intègre les dernières recherches dans le domaine du changement grâce à la neuroplasticité cérébrale, la psycho neuro immunologie, l’épigénétiqueles applications psychologiques de laphysique quantiqueet la loi de l’attraction.

J’organise ce séminaire unique en Belgique à Bièvre les 2 et 3 mars 2019.  

Dans ce séminaire nous allons nous libérer du poids des pensées et des émotions destructrices. .. et reprogrammer notre cerveau pour lâcher prise avec les blessures du passé et des peurs. 

L’atelier est très pratique et contient un suivi de 3 mois.  Si vous êtes intéressé(e), sachez qu’il reste encore des places ! 

Inscription au 0476 95 37 64Voici la page facebook de l’association Sens et être qui organise le séminaire (ils sont supers accueillants 🙂  

Au plaisir de vous y voir peut-être !  

Eric  

ps : Si cela vous intéresse, le cours dont je parle « Utiliser le pouvoir de l’effet placebo » est ici : https://formations.ericremacle.net/utilisez-le-pouvoir-du-placebo et les 4 vidéo gratuites sur ma chaine youtube, voici la première : https://www.youtube.com/watch?v=RU2kYc0NRJo&t=2s

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Troubles de la Dépersonnalisation et de la Déréalisation

Troubles de la Dépersonnalisation et de la Déréalisation

5 clés pour vous aider à vous en libérer

Une approche claire des symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation.

 Se sentir étranger à soi… voir le monde à travers une vitre, un voile, ne plus sentir la vie qu’à 10%, sensations d’être comme un mort vivant, un zombie ou sensations d’irréalité, comme dans un rêve ..

..se poser mille et une questions (existencielles souvent), avoir le sentiment d’être décalé(e), alterations visuelles (voir flou) et auditives, sentiment de détachement et impression d’être devenu un observateur extérieur de son propre fonctionnement mental ou de son propre corps,..

.. incapacité à se reconnaitre, même dans le miroir, épuisement nerveux, perte de concentration, mental devenu anarchique, anesthésies et amnésies régulière,..

Qui vous comprend vraiment ?

La plupart des professionnels de santé (psychologues, psychiatres, médecins, thérapeutes de tout genres) ne comprennent pas ce phénomène de déréalisation et de dépersonnalisation et restent impuissants.

Les anti-dépresseurs et les anxiolytiques ne sont pas des solutions viables à long terme.

Ils ne solutionnent rien; dans le meilleur des cas, ils anéesthésient le stress et dans beaucoup de cas ils renforcent les symptômes de dissociation et d’anesthésie émotionnelle ce qui agrandit le sentiment de déréalisation et de dépersonnalisation (les benzodiazépines ont malheureusement ces effets secondaires..).

La pratique du sport, de la pensée positive, de l’EMDR, de la méditation de Pleine Conscience sont de belles aides mais ne suffisent pas dans certains cas.

Mon expérience thérapeutique m’a permis de libérer avec succès plusieurs dizaines de patients à ce jour de ces symptômes, certains même étant déréalisés et/ou dépersonnalisés depuis plus de 15 ans et plus. Voici quelques clés que peu connaissent et comprennent :

Clé n°1 : Les symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation n’arrivent pas à n’importe qui.. Ils surviennent chez un profil psychologique particulier caractérisé par une propension à l’agitation mentale lié à une très forte sensibilité (Hauts Potentiels, Surdoués, « Zèbres », TDAH,..).

Clé n°2 :  Les symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation ont pour origine 3 causes différentes à la fois environnementale, psychologique et neuro-chimique . Une seule d’entre elle suffit pour déclencher les symptômes. 

Clé n°3 : Les symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation sont issus de réponses chimiques spécifiques (opioïdes endogènes) créés par le cerveau en réponse à un trop de plein de stress (comme dans le cas des traumatismes). Ces réactions sont aussi des phénomènes hypnotiques de protection.

Schéma illustrant les différents cercles vicieux s’emboitant et générant un trop plein de stress pour l’organisme ce qui amène celui-ci à mettre en place des protections dissociatives.

Copyright Eric Remacle 2018

Clé n° 4 : Pour s’en libérer, il s’agit de

  1. reprogrammer l’inconscient en douceur en cas de traumas ou stress du passé (enfance, ..)
  2. diminuer l’agitation mentale et les tensions dans le corps
  3. se désidentifier du mental et retrouver son essence profonde
  4. se libérer des sources de stress de l’environnement
  5. se (ré)incarner totalement dans son corps

Clé n°5 : L’attitude efficace pour sortir de la dépersonnalisation, déréalisation est le lâcher prise qui comprend l’acceptation (et donc la confiance) que le corps va de lui-même se régénérer si les niveaux de stress et de tensions diminuent

Cette attitude d’acceptation (tellement difficile quand on ne souhaite qu’une chose, c’est d’en sortir…) est un paradoxe que peu intègrent vraiment. Mon expérience me montre que c’est l’obstacle le plus important.

Au même titre qu’un bras cassé ne se répare pas en une semaine, les symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation ne disparaissent pas en quelques jours. .. et au plus vous êtes impatients, au plus vous rallongez le temps que cela va durer.

Lorsque qu’on accepte que le corps va se réparer tout seul, que ce soit pour un bras cassé ou une plaie qui doit se cicatriser, on met déjà 50% des forces de guérison avec nous !

Vous avez ainsi les clés vous permettant de vous en sortir tout(e) seul(e). 

Pour celles et ceux qui veulent aller plus loin et se faire aider pour diverses raisons, sachez que je peux, si néccessaire, vous aider de deux façons :

  • Un accompagnement personnalisé sous forme de 3 à 5 séances de coaching et/ou de thérapie ciblées sur votre cas . Plus de détails sur mon accompagnement ici : http://www.ericremacle.net/accompagnement/

Qui-suis-je ? 

Je suis Eric Remacle, diplômé en psychologie appliquée (ULB), Thérapie ​Brève, Hypnose Ericksonienne et Psychothérapie des traumas Réassociative (IMHEB), PNL (Communauté Francaise)​, Changement Rapide (CR à l’institut Zéro Mental) et spécialiste du coaching de vie depuis 30 ans maintenant.

Méditant depuis 35 ans, j’enseigne aussi la méditation de pleine conscience depuis 16 ans.

Je me suis spécialisé en psychotraumatologie et dans la gestion des stress chroniques, des émotions, des syndromes de l’anxiété générale et des symptômes de déréalisation et de dépersonnalisation.

Voici deux vidéos que j’ai réalisé sur ma chaine youtube sur le sujet :

Vous méritez de vivre intensément et de profiter de ce cadeau de la vie ! 

Eric

#anxiété générale #DPDR #dépersonnalisation #déréalisation #troubles de dissociation

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Le lâcher prise fait partie de notre code génétique

Le lâcher prise fait partie de notre code génétique

Les tremblements thérapeutiques

Parfois, notre environnement passé a été toxique comme avec un manque d’amour, un manque de tendresse, un manque de relation et de sécurité et parfois il y a eu aussi des événements ayant crées des chocs émotionnels. Ces manques et ces chocs générent des traumas dans notre corps et notre esprit.

Les traumas sont inscrits dans notre esprit et aussi notre corps, dans certains muscles et fascia. Ces muscles et fascia enmagasinent des énergies devant servir à la lutte ou la fuite. En cas de figement (quand la lutte ou la fuite ne sont pas possibles), ces énergies sont stockés dans ces muscles et fascia ce qui a long terme provoquent un myriade de symptômes de stress post traumatiques (ESPT).

L’organisme croie alors que le danger est toujours là et active des protections à plusieurs niveaux : 

  • état d’hyper vigilance
  • tensions dans les muscles quais permanente
  • sécrétion de cortisol, d’adrénaline pour parer à tout danger rapidement
  • sécrétation d’opiacés permettant une anesthésie émotionnelle et physique afin de ne pas souffrir (on ne sent pas une morsure par exemple)

Heureusement le corps a un mécanisme de nettoyage de ces tensions ce qui permet à l’organisme de diminuer ces protections.

Le mécanisme de nettoyage naturel des tensions est le tremblement, comme chez les animaux.

Le fait de trembler est une réponse naturelle et primaire permettant à l’organisme humain ou animal d’évacuer la tension excessive et la surcharge de substances neurochimiques générées par un choc ou des chocs successifs et de quitter le mode alerte pour retourner à un état de repos et de détente.

Je vous invite à trembler de manière volontaire afin de remettre en mouvement les instincts biologiques naturels de votre corps qui permettent de  « tirer un trait sur le passé » et revenir dans le présent.

En refusant de « tirer un trait sur le passé », c’est à dire en n’activant pas cette fonction biologique de nettoyage des tensions), l’être humain s’enferme dans une boucle de rétroaction neuronale repassant indéfiniment dans son esprit inconscient les événements à la source de ces tensions (traumas) dans un cycle sans fin.

Ce processus neurologique finit par transformer le chaos mental en pensées compulsives de haine, de honte, d’idées suicidaires, de victimisation, de dépression.  Tant que le corps ne sera pas débarrassé de ces tensions résiduelles et cette énergie excessive bloquée dans les muscles et fascia, l’organisme se croiera toujours en danger continuera d’activer ces protections et cet état d’hyper vigilance (mode alerte).

Je vous invite donc à trembler afin de vous débarrasser de ces tensions résiduelles et cette énergie excessive bloquée dans les muscles et fascia ainsi :

1) des tremblements thérapeutiques simples et rapides : 

– De manière régulière, dès apparition de symptômes désagréables (colère, ..), tendez tous vos muscles du haut et bas du corps pendant 15 secondes et relâchez les ensuite. Appréciez le relâchement pendant une petite minute et recommencez. Faites cela quelques fois.

2) Je vous invite aussi à effectuer des tremblements du corps 3 fois par semaine (le soir est un bon moment afin de préparer la nuit) ou tous les jours, pendant une dizaine de minutes comme sur cette vidéo où les tremblements sont subtils, moins visibles et resssentis de l’intérieur.
 
La clé est de faire vibrer votre psoas, ce muscle fort lié au stress et aux émotions et qui part de la hanche, traverse l’abdomen et s’attache profondément sur les cinq vertèbres lombaires. Voici une info sur ce muscle.

Inspirez-vous des exercices suivants tirés du livre « La méthode TRE pour se remettre d’un stress extrême » de David Bercelli aux éditions Thierry Souccar : 

Vous pouvez aussi faire cette série de 7 exercices de la même méthode

Bons tremblements 😉

EricFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Débarassez-vous absolument de çà !

Débarassez-vous absolument de çà !

Transcription de la vidéo :

Voyons ensemble l’importance de se débarrasser de tout un tas d’obstacles, de polluants qui nous empêchent de vivre pleinement une vie la moins stressante possible, une vie lumineuse et quand je parle de se débarrasser, quand je parle de polluants qui nous empêchent de goûter au bonheur authentique, je parle vous vous en doutez si vous suivez mes vidéos depuis un certain temps, je parle du passé et c’est bizarre parce que le passé n’existe plus et pourtant il est en nous, il est dans notre réalité intérieure.

Ca veut dire que le passé n’existe plus car le passé n’existe pas ni le futur, il n’y a a que le présent qui existe, on le sait tous, sauf que le passé il est enregistré en moi, il a été enregistré sous forme de film et il est en moi et comme disait Freud, il y a très longtemps, je pense que c’était  lui qui disait ça ou d’autres psychanalystes, il disait que nous sommes des êtres de représentation.

En fait, nous avons en nous plein de représentations par rapport au futur, au passé et nous sommes des êtres d’imaginaire et nous sommes remplis d’imaginaire, d’imagination et nous sommes plus remplis d’imaginaire que de réalité c’est-à-dire qu’en fait  dans notre réalité quotidienne, nous réagissons plus à notre réalité intérieure qu’à notre réalité extérieure.

Je parle souvent de ces deux réalités et la réalité extérieure telle qu’elle est vraiment et nous la voyons à travers un filtre, c’est le filtre de notre passé et dans un livre sur le bonheur que j’avais écrit au début, j’avais demandé à un dessinateur de dessiner pour moi des représentations de certains concepts, il y avait le concept d’une personne qui veut être heureuse et qui n’y arrive pas et qui a difficile et qui se plaint et qui apporte en fait sous lui un énorme sac à dos, un énorme sac, énorme, tellement grand que ça lui bouche même la vue et ce sac en fait c’est son passé et on est un peu parfois comme des prisonniers et on traîne notre passé comme un boulet, on traîne ce sac énorme, c’est très inconfortable et il est tellement lourd ce sac qu’il va même jusque devant nous et il nous empêche de voir la réalité telle qu’elle est.

En fait, on voit souvent notre réalité à travers le filtre de notre passé comme on sait tous si on a souvent vécu de la violence avec un homme ou avec une femme ou on a eu des soucis ou des accidents et bien on aura tendance à voir des événements qui ressemblent à peu près à ça, par exemple la route, vous voyez la route vous avez un accident de voiture et bien chaque fois que vous voyez la route, vous voyez la route avec ce filtre de l’accident ce qui vous empêche de voir les choses telles qu’elles sont, vous pouvez voir aussi les hommes avec le filtre du passé où vous avez peut-être été abusée ou il y a eu des attouchements ou de la violence et on peut voir tout le couple, le futur, on peut s’imaginer en train de réussir quelque chose, on peut s’autoriser à rêver mais on n’osera pas aller trop loin et on va être limité souvent par ce filtre du passé qui nous ramène à des expériences vécues ou des choses qu’on nous a dites sur nous-mêmes, des choses que nous avons imaginées et en fait oui nous sommes des êtres de représentation, c’est à la fois magnifique parce que notre imaginaire peut nous permettre de créer des choses magnifiques en fait mais notre imaginaire peut surtout nous limiter. 

Prenons le cas d’une phobie, vous avez quelqu’un qui va voir une araignée et cette araignée pour tout un chacun va être toute petite en général, elles sont petites surtout en Europe, mais pour cette personne qui est phobique des araignées, ce n’est pas une araignée qu’elle voit, enfin ce n’est pas une petite araignée qu’elle voit, elle voit une énorme araignée, elle a le filtre de son passé pour on ne sait quelle raison et on peut le voir mais à la limite ce n’est pas important mais peut-être qu’elle a eu une peur il y a très longtemps quand elle était jeune et elle ce qu’elle voit c’est une énorme araignée qui fait peut-être trois mètres de haut,  qui a des yeux rouges, qui bave, qui a des dents, c’est complètement imaginaire et vous voyez qu’elle est en train de se faire un film.

Et donc, ce n’est pas la petite araignée qu’elle voit, elle, c’est autre chose elle vit dans sa réalité intérieure. ..

C’est un exemple pour montrer qu’en fait on est plus influencé par notre réalité intérieure que par ce qui se passe à l’extérieur de nous mais ça c’est valable pour cet exemple là mais c’est valable pour tout, dans les relations humaines, dans les rêves qu’on a, on est limité par notre réalité intérieure, par nos représentations internes qui sont souvent assez négatives, assez limitées, assez remplies d’émotions souvent de peur ou de tristesse et nous sommes fortement limité par ça.

Alors, c’est un peu comme si j’avais un vieux sac, j’avais pris cet exemple ou imaginez des vieux vêtements, j’ai des vêtements humides sur moi, j’ai des vêtements qui sont gris, qui sont sales et je peux vivre avec, oui, c’est vrai, je peux vivre comme ça, je peux vivre avec des vieux vêtements mais avouez que ce n’est pas très confortable mais si autour de moi, je vois plein de gens qui vivent comme moi et bien je me dis que c’est peut-être normal et c’est comme ça la vie et puis je m’en accommode alors qu’en réalité, on pourrait vivre tellement mieux autrement en se débarrassant de ses vêtements pour vivre autrement et on peut voir parfois quelques personnes qui se promènent et qui ont des vêtements de couleur, plus légers, plus propres, plus beaux, ils sont plutôt minoritaires et on peut se dire : ouais, ceux-là, ils ont de la chance ou  ce n’est pas pour moi alors qu’en fait on peut tous y arriver.C’est imaginer que vous avez une maison, une maison qui est remplie de thermites, une maison qui est pourrie avec de l’humidité et tous vos voisins, c’est pareil et vous vous dites : ben, la vie, c’est comme ça !

Alors, c’est vrai qu’on peut vivre comme ça, on peut survivre en tout cas, on peut survivre et s’en accommoder mais on peut aussi se débarrasser de tout ça.Et c’est un peu l’objectif de cette vidéo, c’est de comprendre qu’on ne l’a pas appris à l’école malheureusement c’est qu’en fait on peut se débarrasser de tous ces vieux trucs du passé, de ce sac à merde excusez-moi l’expression, de tous ces trucs qui nous empêchent d’être nous-mêmes par exemple j’ai peut-être un rêve, un rêve c’est d’apprendre quelque chose ou de faire un nouveau métier ou de voyager mais quand je pense aux voyages, par exemple, et bien je vois des souvenirs d’accident ou de ce que j’ai vu à la télévision; on m’a parlé de ce pays, c’est dangereux, j’ai tout un imaginaire en fait, des représentations mentales à l’intérieur de moi qui m’empêche en fait de faire ce que j’ai envie, qui me limite comme je peux avoir si j’ai des projets pour apprendre quelque chose ou faire un nouveau métier ou même être en couple enfin peu importe, j’ai une image de moi, est-ce que j’en suis capable ? 

Et avec tout ce qu’on m’a dit dans mon passé, tout ce que j’ai retenu, toutes les expériences que j’ai vécu avec lesquelles il y a des émotions et bien je suis un peu parfois prisonnier de ça et je n’arrive pas à m’imaginer autrement qu’avec ce que j’ai toujours vécu.

Ce qui revient à dire qu’en fait le futur que j’entrevoie il est égal à mon passé.Le futur que j’entrevoie, c’est mon passé imaginaire qui se reproduit quand j’entrevoie le futur.Et donc, je ne suis jamais présent en fait.

En fait, je suis toujours soit dans le passé, soit dans le futur et comme le futur équivaut au passé qui est projeté un peu plus loin, je suis constamment dans le passé.

Et je vous invite à vous débarrasser du passé parce que le passé, c’est quoi ?

C’est juste des films puisqu’en fait nous le savons tous que le passé n’existe plus, tout ce que vous avez vécu de difficile, que ce soit des traumatismes, des catastrophes, des dangers, des tristesses, des choses difficiles, tout ça n’existe plus, aujourd’hui, ça n’existe pas, vous l’avez cependant enregistré dans votre mémoire et cet enregistrement mémoriel, il est fait sous forme de connexion neuronale dans le cerveau et en fait ça se traduit par des sons, des images, plusieurs images, c’est des images animées, ce sont des films en fait et c’est un peu comme des films, des vrais films, des films d’horreur et imaginez que vous avez des films tristes, vous avez des films d’horreur et puis il y a des films joyeux et nous sommes plein de ces films et quand on regarde tous les films qu’on a en nous et bien, il y en a beaucoup qui sont difficiles et quand je travaille en thérapie avec des personnes et bien ce que je vois, c’est qu’on est limité, on a envie de faire des choses mais il y a un obstacle, il y a une croyance, derrière cette croyance il y a une image, il y a des films, il y a des enregistrements, des voix, il y a des sensations dans notre corps et tout ça, ça n’existe pas, tout ça c’est virtuel et nous sommes donc limités par des représentations de choses difficiles, de choses qu’on veut éviter qui nous font peur. 

C’est une peur virtuelle, c’est comme quand je vois un film d’horreur au fond le film ce n’est qu’un écran plat car maintenant ils sont plats les écrans des télévisions, dans lequel il y a des ondes électriques et puis ça fait des images mais ce ne sont que des images et en fait j’ai peur de ça alors qu’au fait ça n’existe même pas, c’est une illusion et on le sait tous et c’est pour ça qu’on aime bien le cinéma parce que le cinéma nous fait vibrer, on ressent des choses mais en réalité, on sait très bien que c’est de l’imaginaire et nous sommes donc des êtres d’imaginaire, nous sommes des êtres de représentation et il faut choisir ses représentations.

Imaginez qu’on regarde tout le temps un film d’horreur qui tourne en boucle dans le salon et on ne nous a jamais appris qu’en fait ce film d’horreur qui tourne en boucle, qui chaque fois nous fait peur et nous hypnotise et bien en fait on pourrait l’éteindre, on pourrait changer de film, changer de chaîne et je vous invite à changer de chaîne, à changer de film c’est-à-dire qu’en fait, on n’a pas appris ça à l’école et c’est dommage, comme c’est de l’imaginaire, comme ce n’est qu’un film et bien en fait on a une télécommande qui nous permet de changer de chaîne, qui nous permet même comme un monteur de film de modifier le scénario, il vous est à tous arrivés je pense d’imaginer quand vous étiez plus jeune d’inventer un mensonge, d’inventer que vous étiez parti quelque part ou que vous aviez fait quelque chose et vous y avez tellement cru, vous l’avez tellement répété qu’à un moment donné vous y avez cru et plus tard vous ne saviez même plus si c’est vrai ou pas vrai. 

A force de répéter quelque chose et la clé dans l’hypnose pour changer d’identité, changer de croyance c’est la répétition et l’intensité de l’émotion.

Je l’ai tellement imaginé avec intensité ou de manière tellement répétée que finalement c’est devenu tellement familier, ça fait partie de ma réalité intérieure et je ne sais plus si c’est vrai ou pas.

On a tous vécu ça et on peut le faire, on peut donc en fait le faire pour tout c’est-à-dire qu’on peut changer tous les films, toutes les images qui sont en nous pour ne plus être comme des chiens de pavlov, des robots qui réagissent dès qu’on dit tel mot ou dès qu’on pense à se mettre en couple, ou avoir des enfants ou voyager ou faire telle chose ou parler en public là on réagit tout de suite, dès qu’on voit une araignée, on réagit; en fait, on est des esclaves dans ce cas là et on n’est pas présent et i l’idée c’est en fait de se débarrasser comme on se débarrasse d’un vieux manteau, c’est de se débarrasser de ce passé qui nous pourrit la vie en fait, qui nous empêche d’être présent et de pouvoir vivre pleinement présent.

Alors, vous allez me dire, oui, mais dans cet imaginaire, il y a aussi beaucoup de choses positives qui sont très chouettes, c’est vrai, heureusement d’ailleurs il y a des choses positives.

Mais même si c’est du passé quand même c’est-à-dire qu’en fait si je reste dans le passé positif et je n’arrête pas de penser ah, c’était mieux avant, ah c’était bien avant ça sous-entend que mon présent n’est pas aussi bien que mon passé; ça sous-entend que c’était mieux dans le passé que maintenant parce que je fais une comparaison, mon mental compare toujours, il y a le présent mais le passé est mieux et j’ai du plaisir à y penser ou j’ai du plaisir à penser à quelque chose qui va arriver, ça veut dire que je ne profite pas du présent pendant ce temps, donc le passé ou le futur, mon mental en fait qui me permet de voyager dans le temps ainsi me coupe du présent et donc même un passé positif va m’empêcher finalement de vivre pleinement mon présent. 

Alors, bien sûr on peut en avoir un petit peu, c’est comme le chocolat, on peut en prendre un petit peu, il n’y a pas de problème,  c’est juste qu’il y a des gens, vous en connaissez peut-être qui vivent constamment dans le passé, constamment dans les représentations mentales et sont limités par tout ça et quand ils doivent envisager le fait de vieillir, le fait de se mettre en couple, le fait d’avoir des enfants, le fait de se déplacer, le fait de déménager, de voyager enfin plein de choses tout-à-coup ils réagissent émotionnellement parce qu’ils ne réagissent pas à la vraie réalité, ils réagissent en fait à tout ce qu’il y a en eux, à tout ce fatras d’imageries, d’imaginaire qui vient de ce qu’on leur a dit, de ce qu’ils ont vu à la télévision, de ce qu’ils ont vécu parfois.

Prenons un dernier exemple, parce que je l’ai vécu personnellement, avec les attentats terroristes, des enfants vont à l’école et on leur parle des attentats alors si on leur montre des images c’est encore plus fort, imaginons dans cette école, on ne leur montre pas d’image, on leur parle des attentats parce qu’on se dit, c’est bien qu’ils puissent exprimer ce qu’ils ressentent par rapport à ça mais on leur explique parfois tellement les choses dans les détails qu’il y en a qui imagine, ils imaginent le sang, ils imaginent les accidents,  ils imaginent les morts et j’ai beaucoup de patients comme ça enfin beaucoup j’en ai eu pas mal après les attentats de Bruxelles, des gens, des enfants qui font des cauchemars, qui ne savent plus dormir à cause de ça parce qu’ils étaient tellement dans leur imaginaire et pour eux, pour leurs corps, l’imaginaire est plus fort que la vraie réalité, que la réalité extérieure. 

C’est-à-dire qu’en fait, on a beau leur dire qu’il n’y a rien ou que les gens qui ont la phobie de l’avion, que l’avion ne va pas se crasher ou qu’il n’y aura pas d’attentat, eux, dans leur réalité intérieure, dans leur imaginaire et comme nous sommes des êtres imaginaires, c’est ce qu’ils vivent.

Et donc, la bonne nouvelle avec tout ça, c’est qu’on peut modifier cet imaginaire, vous l’avez compris, on peut le modifier comme un film, on peut changer les couleurs, on peut changer le scénario, on peut changer l’histoire donc, on peut carrément l’effacer, changer carrément d’histoire aussi et on peut aussi si on veut parce que c’est ce qu’on fait en hypnose, c’est qu’on change l’histoire en fait, on utilise dans un état modifié de conscience cette capacité que nous avons tous en auto-hypnose parce que l’hypnose thérapeutique c’est en fait de l’auto-hypnose qui est guidée et nous pouvons tous changer notre réalité intérieure pour avoir un plus beau passé, un plus beau futur ou une plus belle représentation de tout ce qui existe dans notre vie.

Une fois qu’on a fait ce travail, ce qui est génial et je termine avec ça, c’est qu’on peut très bien sortir de l’hypnose, sortir de l’hypnose mental, sortir de ces représentations qui nous empêchent de vivre dans le présent et on peut appeler ça la dés-hypnose, la dés-hypnose qui est cette capacité de sortir de cette hypnose comme un film d’horreur où il est allumé en permanence, il tourne en boucle et chaque fois que je le vois, je reste scotché devant l’écran parce que en fait je suis tellement touché par ça que je n’arrive pas à partir, je suis hypnotisé et la nuit c’est ce qui se passe, souvent la nuit si par défaut nous ne faisons rien avant de dormir, si nous n’avons pas vu de belles choses, parlé de beaux sujets ou bien vu des beaux films et bien par défaut, ce sont de vieux schémas qui vont souvent se remettre en marche comme des vieux programmes qui tournent tout seuls et souvent ce sont des représentations négatives c’est pour ça qu’on peut se réveiller parfois mal, la nuit on a dormi, on avait les joues tendues, on était tendu, on était crispé, on a fait des cauchemars et donc ce sont toutes ces représentations qui nous pourrissent la vie.

Et la bonne nouvelle, c’est qu’on peut sortir de tout ça et qu’on peut aussi non seulement changer le film mais on peut aussi sortir complètement de ça et revenir dans le présent avec des exercices de pleine conscience et se rendre compte qu’en fait tout ça n’existe pas et dans le présent, on peut enfin devenir nous-mêmes, c’est ça l’idée c’est qu’en fait quand je suis dans le présent, je ne suis plus esclave de tout ça, je suis en fait ce que je vais faire, ce que je vais ressentir, ce qui va m’inspirer ne plus dicté par mon mental et tout ce passé enregistré mais dicté par ce que je ressens. 

Par ce que je suis profondément parce que je suis un être unique comme tout le monde, nous sommes tous un être unique et je suis dicté par mon code génétique quand je dis « je » c’est pour nous tous, nous sommes dictés par notre code génétique et nous pouvons dans le présent laisser chanter notre code génétique, laisser exprimer notre essence profonde qui est nous et nous ne savons pas ce que c’est.A chaque instant dans le présent, suivant les environnements, suivant les périodes, nous pouvons avoir des inspirations, avoir envie de faire telle chose, tel choix et nous ne savons pas à l’avance ce que ça va être, il n’y a pas de plan prédéfini et dans le présent, nous sommes libres d’exprimer ce qu’on est profondément, si on n’est pas pollué comme avec  ce vieux sac qui vient devant nos yeux comme des filtres pollués par tout ce passé et c’est ce que je vous invite à faire c’est d’identifier et je vais terminer avec ça, je vous invite à identifier tout ce qui a comme représentation mentale, représentation dans votre vie, qui vous empêche d’être vous même par rapport au travail, par rapport à ce que vous pouvez devenir, par rapport à votre valeur, par rapport à votre vie, par rapport à plein de choses en fait, par rapport aux relations avec les hommes, avec les femmes, etc….

Comment vous voyez ça, vous le voyez, vous l’entendez, vous le ressentez de l’intérieur, ce n’est pas le présent, c’est une représentation qui vous a faites, qui peut-être vous limite, il y a beaucoup de chance et donc je vous invite à la modifier ou à carrément ne pas l’écouter, rester présent, observer comment ça se manifeste dans le corps quand je pense à ça ou quand il se passe telle chose et laisser cette sensation s’évacuer, une émotion c’est quelque chose qui bouge, « émotion c’est emovere en latin » emotion en anglais, emotion, ça bouge, la réaction physique, physiologique qui est issue de cette représentation parce que quand vous regardez un film d’horreur c’est pareil, il y a une réaction physique, si vous restez calme et la laisser passer cette réaction, vous ne regardez plus ce film car vous restez très présent, ça se calme et ça s’en va et donc nous pouvons redevenir libre en étant présent. 

Je vous invite donc à réfléchir à ça, à vous débarrasser un maximum de ces représentations ou de les changer et je serai ravi de répondre à quelques questions avec vous si vous avez des questions par rapport à ça car c’est un sujet quand même complexe.

Dans la prochaine vidéo je répondrais à une question très simple qu’on m’a posée et je l’avais déjà traitée mais je trouve ça intéressant, c’est au fond de quoi on a besoin pour être heureux.

Grande question pour ceux qui n’ont pas vu mes vidéos ou les textes que j’avais écrit là-dessus on pourra y répondre ensemble d’une manière très pratique et vous pouvez déjà y réfléchir : « de quoi on a besoin pour être heureux ?». Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

L’alimentation, élément clé de la gestion de notre stress !

L’alimentation, élément clé de la gestion de notre stress !

Savez-vous que nos pensées génèrent dans notre corps des substances chimiques et que celles-ci génèrent nos comportements qui eux-mêmes vont influencer nos comportements et ces derniers de nouvelles pensées ?
Par exemple, nos pensées (je n’y arriverai jamais, je suis nul, c’en est trop…) nous fait secréter des substances chimiques telles que l’adrénaline et le cortisol.  Celles-ci vont influencer nos comportements : énervement, irritabilité, impatience, panique… Et ces mêmes comportements vont influencer notre jugement sur nous-même et donc nos pensées (je suis nulle, c’est toujours la même chose, je n’y arriverai jamais). Et la boucle est bouclée !
Un des grands pièges qui nous entraîne dans cette spirale négative, c’est le sucre et tout spécialement au petit-déjeuner ! Oui, le sucre, on en a impérativement besoin, c’est le principal carburant de nos cellules et notre cerveau en est très friand. Malheureusement, en le choisissant mal et en le mangeant au mauvais moment de la journée, il nous fait du mal.
Il est primordial de bien comprendre la différence entre les sortes de sucre : sucre raffiné ou complet, sucre lent ou rapide. 
Sucre raffiné : Il se retrouve dans tout ce qui est blanc : farine, pain, baguette, pâte à tarte, viennoiserie, etc. Une fois raffinée, la céréale est dénaturée, elle a perdu de tous les nutriments qui sont dans l’écorce, vitamine B, fibres, enzymes, minéraux… Faites l’expérience d’écraser un grain de blé, dégager l’écorce et il ne restera à l’intérieur qu’une poudre blanche, c’est de l’amidon (une longue chaîne de molécules de glucose) et donc du pur sucre. La perte de minéraux acidifie l’organisme et le rend vulnérable.
Sucre complet : la nature nous en offre avec générosité dans toutes les céréales, ce sont nous les humains qui les transformons dans les usines de raffinage et les privant de leurs bienfaits. Leurs fibres vont ralentir leur digestion et donc permettre une absorption plus lente et une entrée douce de sucre dans le sang..
Sucre rapide : les produits raffinés, les fruits, le miel… Ils sont absorbés de manière plus rapide par l’organisme et vont influencer notre glycémie (l’hormone qui permet au sucre d’entrer dans nos cellules).
Sucre lent : pour être lent, ils doivent être complets. Notre meilleure source, ce sont les céréales complètes (épeautre, avoine,quinoa, sarrasin…), les légumineuses (lentilles, pois-chiches, haricots secs) et les légumes.
Le stress est un grand consommateur d’énergie et donc de sucre. Pour recharger nos batteries, nous nous tournons spontanément vers des sucres rapides. L’industrie alimentaire nous gâte en nous offrant une panoplie de produits hautement transformés, très sucrés et salés 🙁 L’effet est rapide, montée de la glycémie, booste d’énergie et on est reparti de plus bel sauf que une à deux heures plus tard, nouveau coup de mou, fatigue, irritabilité et l’envie en sucre est à nouveau là. Le cercle vicieux s’installe ! Est-ce le stress qui l’a engendré ou la malbouffe? L’un ou l’autre, voire les deux.
Pourrait-on réduire notre stress en modifiant notre alimentation? Un grand OUI.  
Voici quelques règles de base pour vous guider :
  •  Choisissons des aliments de qualité : fruits et légumes, exempts de pesticides, herbicides, fongicides et autres produits chimiques qui ne servent qu’à augmenter la production et non leurs valeurs nutritives – Viande, poissons, oeufs et produits laitiers qui proviennent d’élevages respectueux du bien-être animal et de notre environnement.
  • Garnissons 2/3 de notre assiette de légumes.
  • Evitons de trop les transformer et privilégions le cru et les cuissons à basse température (vapeur douce, étuvée, 85° au four).
  • Mangeons-les au bon moment de la journée et dans la juste quantité.
  • Prenons le temps de les manger confortablement assis, dans le calme (sans ordinateur ni télévision) et à heures régulières.
  • Eliminons le sucre rapide avant 16h pour ne pas exciter nos récepteurs à l’insuline et éviter l’envie répétitive d’en consommer.
  • Petit-déjeuner protéiné et salé, pain complet au levain, accompagné d’oeufs à la coque, de fromage au lait cru, d’un reste de viande, de maquereaux ou sardines, de yaourt épicés et d’une source de minéraux (pesto de persil, graines germées, soupe, salade, tranches de concombre…).
  • Dissocions la consommation de protéines animales et celle des céréales, mélange peu digeste. Dans la mesure du possible, à midi, mangeons les protéines animales avec des légumes et le soir des céréales avec des légumes.
Si nous mangeons ce dont notre organisme a besoin proportionnellement aux efforts que nous fournissons, notre corps est en pleine possession de ses moyens pour nous assurer une bonne qualité de vie.
Ce bel équilibre pourrait être mis à mal par nos pensées. On en revient à la sagesse qui dit : corps et esprit ne font qu’UN. Je vous invite à prendre soin autant de nos pensées&croyances que de notre alimentation.  Les moments de stress ne seront plus qu’occasionnels et nous aurons toutes les ressources (physiologiques et psychologiques) pour les gérer.
Françoise Delaude, nutri-Life Coach
http://www.lesclesdelavitalite.com/

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Dépersonnalisation & Déréalisation, comment s’en sortir ?

Dépersonnalisation & Déréalisation, comment s’en sortir ?

Transcription de la vidéo réalisée dans mon cabinet de consultations à Waterloo, j’ai aussi un cabinet en Suisse et vous pouvez également me joindre sur Skype pour des séances si vous voulez.

Aujourd’hui, je voudrais répondre à une question concernant le syndrome de dépersonnalisation et de déréalisation, c’est une question qui a été posée par Audrey qui s’occupe de la super chaîne Youtube qui s’appelle parigina biotésanté, elle s’occupe donc de l’équilibre santé, corps et esprit et notamment elle s’occupe des troubles alimentaires, l’entéropathie, de tout ce qui est alimentation.

Et donc, elle s’intéresse comme beaucoup de gens à ce symptôme qu’on appelle la dépersonnalisation, la déréalisation, elle s’intéresse à ça car elle connaît des personnes qui souffrent de ça et donc pour les aider par rapport à ça, c’est important de comprendre de quoi il s’agit et comment ça fonctionne et elle m’a demandé très gentiment de faire cette petit vidéo, ce que j’accepte avec grand plaisir, d’autant plus que j’ai regardé un petit peu sur Internet tout ce qui se disait, enfin je n’ai pas tout regardé, mais le peu que j’en ai vu je trouve que ce n’est pas extraordinaire en fait, parce que c’est un peu confus, ce n’est pas très clair, c’est alarmant, ce ne sont pas des informations qui sont je trouve pertinentes et donc qui peuvent vous aiguiller en erreur si jamais vous vous intéressez à ce symptôme.

Alors, qu’est-ce que c’est ce symptôme ? 

Pour faire très simple, c’est un peu la même chose dépersonnalisation,  déréalisation, c’est un peu le même symptôme, c’est en fait cette sensation d’être un peu en dehors de la réalité ou en dehors de sa personne ou déréalisation en dehors de la réalité, dépersonnalisation en dehors de sa propre personne, on a l’impression de vivre un peu à côté de ses pompes, à côté de soi, ne plus ressentir les sensations de vie, d’être un peu comme si on était dissocié, être un peu en dehors de soi, être à côté de la vie, comme si il y avait un voile en fait un peu invisible entre nous et le monde ou entre nous et notre corps.

Donc, on a des sensations mais elles ne sont plus très fortes, on a l’impression de ne plus vraiment ressentir, de ne plus avoir vraiment le plaisir de vivre. 

C’est quelque chose qui peut-être extrêmement handicapant parce que c’est une souffrance, on se sent très seul, on ne comprend pas ce qu’il se passe, si on va sur des forums Internet, ça peut être très alarmant, car il y a des gens qui ont ça depuis des années et des années et ça peut s’empirer, c’est souvent accompagné de crises d’angoisse, de crises d’anxiété et ce qui est problématique c’est que comme on ne comprend pas vraiment pourquoi on a ça, d’où ça vient et bien ça crée un sentiment d’être encore plus perdu, d’être impuissant et donc ça peut créer une sorte de colère, ça peut créer une culpabilité parce qu’on n’arrive pas à s’en sortir alors qu’au fond il n’y a rien objectivement enfin subjectivement en fait, on ne comprend pas d’où ça vient ..

..et donc j’ai voulu dans cette vidéo déjà démystifier ce symptôme et puis ensuite vous donnez quelques pistes pour vous sortir de ça, de cette souffrance et si vous connaissez bien sûr des gens qui sont atteints de ces symptômes peut-être vous ne saviez même pas que ça s’appelait comme ça cette sensation de vivre un peu à côté de soi, d’être un peu en dehors des sensations de vie et bien je vous invite à partager le résumé de cette vidéo.

Alors, la première chose que je voudrais vous partagez comme point important c’est de comprendre d’où ça vient, comprendre ce que c’est et en fait ce n’est pas quelque chose contre lequel il faut lutter car beaucoup de gens vont essayer de lutter contre ça, de lutter contre ce symptôme alors qu’en fait ce symptôme est quelque chose de fondamentalement positif, c’est vraiment quelque chose de positif que notre organisme a mis en place pour nous protéger, alors en fait on appelle ça quand je parle de l’organisme, on va pouvoir parler de l’inconscient; l’inconscient a mis en place une série de mécanismes pour nous protéger, on parle d’instinct de survie, on a différents mécanismes de protection, par exemple si on est soumis à un stress et bien on va naturellement avoir de l’énergie pour combattre ou de l’énergie, nos muscles vont se tendre pour être prêt à fuir mais parfois on ne peut pas fuir, on ne peut pas combattre surtout quand on est petit ou quand on est enfant ou quand on est agressé par plusieurs personnes ou par un prédateur, quelque chose qui est fondamentalement plus fort que nous et bien il ne nous reste plus qu’à subir en fait la situation et en fait souvent quand on a ce type de symptôme c’est qu’on a subi un stress, un stress important, ça peut être un choc émotionnel, ça peut être un traumatisme, ça peut être un stress important quoiqu’il en soit quand on subit ce genre de stress et qu’on ne peut pas ni fuir, ni combattre, on va mettre en place d’autres types de protection qui se font dans une attitude de passivité, on appelle ça dans la biologie, l’inhibition de l’action, ça veut dire qu’on ne peut pas agir, qu’on ne peut pas fuir, qu’on ne peut pas combattre et pour ne pas souffrir notre inconscient va mettre en place des protections qu’on appelle dans notre jargon d’hypnothérapeute des protections dissociatives, c’est-à-dire qu’en fait, on va par exemple, s’extraire de notre corps pour ne plus le sentir, pour ne plus sentir la douleur donc on appelle ça la dissociation, on a l’impression comme par exemple certaines femmes qui ont été violées racontent souvent ce symptôme d’être un peu comme une araignée au-dessus du plafond, elles se voient en train de subir la chose et elles ne ressentent plus, elles n’ont plus l’impression de faire partie de leurs corps, c’est comme si ce n’était plus elles en fait.

Et en fait, c’est un mécanisme qui est très utile dans un temps très court pour ne pas souffrir donc en fait c’est comme l’anesthésie parce que c’est un phénomène hypnotique en fait  c’est-à-dire que quand je suis anesthésié, je ne souffre plus c’est comme l’amnésie également, l’amnésie je ne me souviens plus, donc je ne souffre plus si je ne m’en souviens plus.

Beaucoup de gens ont ces symptômes également d’amnésie et d’anesthésie et en fait c’est très utile pour ne pas souffrir.

Le problème c’est quand ça dure pendant des années, des années et donc on peut rester coincé dans une de ces protections hypnotiques, une protection dissociative donc en fait on se dépersonnalise, on se déréalise pour ne plus souffrir c’est une façon de se protéger de la douleur et en fait en attendant que la situation se passe et puis normalement, idéalement quand le danger est parti, on revient, on ré-habite pleinement son corps et on ressent de nouveau la vie et on peut de nouveau se défendre.

Il arrive pour plusieurs raisons et c’est un peu compliqué de l’expliquer en vidéo, qu’il y ait des raisons neurologiques et des raisons liées à l’environnement qui fait que la personne reste bloquée dans cette protection parce que le danger est toujours là ou parce qu’une émotion est tellement forte et qu’elle n’a pas été bien traitée par la suite par un environnement qui va la réconforter, la soulager ou lui permettre de terminer l’action de protection par exemple donc elle va rester bloquée et c’est neurologiquement vrai c’est-à-dire que la personne reste bloquée …

.. elle tourne en rond dans sa tête, dans cette situation qui va même être oubliée mais au niveau de l’inconscient la personne reste à l’intérieur de ce souvenir, de cette situation et elle garde cette protection.

Et donc, pour ces différentes raisons en fait, le fait d’être dépersonnalisé ou déréalisé à la base c’est quelque chose de foncièrement positif et c’est vraiment important de le dire, j’insiste là-dessus, ce n’est pas quelque chose contre lequel il faut lutter car plus vous luttez contre cette protection plus l’organisme qu’on appelle nous l’inconscient; l’inconscient c’est quoi ? C’est tout ce qui n’est pas conscient, c’est tout notre système immunitaire, notre système nerveux qui gère le système hormonal, qui gère la digestion, qui gère le coeur qui bat, la respiration tout ça se fait tout seul, c’est autonome et bien notre inconscient qui gère tout ça, va si on essaye de lutter contre une protection qui nous empêche de souffrir, l’organisme, l’inconscient va renforcer cette protection donc plus on essaye de lutter contre ça, plus on le renforce en fait  ..

… donc ce n’est pas la bonne méthode c’est au contraire comme on le dit en hypnothérapie, dans un certain type d’hypnothérapie, on appelle ça la psychothérapie des traumas réassociatifs, je mettrais le lien en-dessous de cette école par laquelle j’ai été formé, on va avoir une approche très douce à la différence par exemple d’autres techniques que je ne dénigre pas mais que je connais aussi et que je trouve qui ont une autre philosophie par exemple comme l’EMDR, le yoga ce sont des mouvements oculaires pour nettoyer les traumas qui vont, je pense, mais comme on dit ça n’engage que ma responsabilité, c’est trop frontal et ça peut être parfois trop violent et donc il existe des méthodes plus douces et je vais vous en parler d’une justement.

Pour ne pas mettre la personne directement dans le choc émotionnel, il y a des gens qui le vivent très, très mal l’E.M.D.R. , il y a des gens qui le vivent très, très bien mais je pense qu’il y a moyen d’avoir une approche beaucoup plus diplomate, beaucoup plus stratégique et notamment ça va être de ne pas lutter contre cette protection mais ça va être de la renforcer d’une manière paradoxale c’est-à-dire qu’en fait le deuxième point que je voudrais voir avec vous donc le premier c’était que c’était positif, c’est une protection et le deuxième point que je voudrais voir avec vous c’est qu’en fait il ne faut pas lutter contre mais on va le renforcer paradoxalement.

Si, je renforce cette protection, qu’est-ce que ça donne comme signal à mon inconscient ? 

Ça veut dire que l’ inconscient comprend qu’on augmente la protection donc en fait il y a de la bienveillance, l’inconscient sent qu’on fait tout pour protéger la personne donc l’hypnothérapeute qui va renforcer cette protection, qui va renforcer la dépersonnalisation et la déréalisation dans un temps très court, c’est juste le temps d’une séance, quelques minutes dans la séance, ça va permettre à l’inconscient de voir que tout va bien, qu’on est protégé.

Donc, la personne peut vraiment faire confiance et parfois peut retrouver certains souvenirs  si elle est dans l’amnésie également parce qu’elle sent qu’il y a une protection qui est  renforcée, donc il y a un relâchement, il y a un soulagement qui est mis en place.

Donc, on va renforcer la protection et donc on va même l’entraîner, l’entraîner pourquoi ?

Parce qu’avec cette protection qui est entraînée c’est un peu comme si je vous donnais une arme et vous vous entraînez avec, je me sens encore plus en sécurité; avec cette protection qui est renforcée, par exemple comment est-ce qu’on fait avec une thérapie et bien par exemple on va amener la personne à imaginer parce que c’est l’imaginaire qui crée l’hypnose, l’hypnose est le fruit de l’imaginaire, de la suggestion; la personne va imaginer dans un état particulier, dans un état modifié de conscience  qu’elle va par exemple  grandir encore plus, elle va s’élever encore plus d’elle-même, elle peut sortir de son corps, elle peut disparaître, elle peut ne plus rien sentir !

Et donc, en faisant ça l’inconscient est très à l’aise en sentant qu’il y a vraiment devant elle un hypnothérapeute, un thérapeute qui est bienveillant et qui comprend sa logique, la logique c’est de protéger la personne, c’est toujours de la bienveillance.

Donc, l’idée ça va être de renforcer ça, de l’entraîner, donc on s’entraîne à grandir, à prendre du recul, à prendre de la distance pour ensuite pouvoir mieux travailler sur ce qui doit être travaillé, sur la cause profonde de ce choc émotionnel, de ce stress ou de ce trauma, c’est une situation qui a été enregistrée par l’inconscient; alors parfois on ne s’en souvient plus, mais ce n’est pas grave parce qu’en hypnose on va travailler avec des symboles et le corps lui s’en souvient, on va partir des sensations du corps.

Et donc, en fait, on va travailler avec cette protection qui a été augmentée plutôt que de lutter contre on va les augmenter et donc on va pouvoir nettoyer, façon de parler, on va nettoyer, on va transformer cette histoire qui est imprimée dans notre mémoire cellulaire, dans notre corps. 

C’est une situation stressante, c’est une situation où il y a eu une grande peur, une anxiété et ça peut parfois être des choses très simples, des choses très banals entre guillemets, c’est un enfant qui a peur que sa mère ne revienne pas ou que son père ne revienne pas ou qui voit ses parents qui se disputent, peu importe et parfois, c’est plusieurs situations qui à un moment donné crée cette protection, peu importe ce que c’est le corps s’en souvient même si on ne s’en souvient plus d’une manière rationnelle entre guillemets le corps s’en souvient et avec cette douceur, cette bienveillance et cette protection qu’on va renforcer, on va aller revisiter cette situation et on va la transformer comme on transforme un film.

Si, par exemple, vous êtes en train de regarder un film d’horreur, un film triste, vous allez être mal, votre corps va réagir, le coeur va battre plus vite et si vous regardez maintenant un film comique ou un film Walt Disney ou un film sur des animaux, vous allez être bien donc en fait, vous savez très bien consciemment que ce n’est pas vrai mais votre corps lui, il y croit.

C’est pareil ici c’est-à-dire qu’en fait, on va changer l’histoire, on va changer de film, on va travailler sur l’histoire que l’on se fait, l’histoire que l’on se rejoue en permanence d’une manière inconsciente depuis des années peut-être; il y a des gens qui traînent ces symptômes de stress post-traumatiques parce qu’en fait c’est ça la dépersonnalisation et la déréalisation, ce sont des symptômes de stress post-traumatiques et vont traîner ça parfois pendant des semaines,  des années, des dizaines d’années et ils sont habitués à ça mais c’est une souffrance permanente en fait donc l’idée c’est vraiment en quelques séances, parfois même en deux, trois séances et même parfois ça m’est arrivé en une seule séance, c’est en fait que l’inconscient comprenne qu’on peut transformer tout ça, tout ça n’existe plus, tout ça est du passé et le passé peut être transformé parce que ce n’est qu’en enregistrement, ce n’est qu’un film finalement et il y a un grand soulagement qui se met en place assez rapidement, on le voit, la personne, on voit vraiment des symptômes physiques qui diminuent, une amélioration à tous les niveaux, du bien-être qui s’installe, une boule qui disparaît, des tensions qui disparaissent c’est-à-dire que l’inconscient comprend qu’il n’y a plus de danger, donc ce n’est pas évident d’aller jusqu’à l’inconscient, il faut vraiment le faire avec beaucoup de diplomatie mais une fois qu’on y est, c’est un peu comme si on entrait dans un ordinateur, vous changez le code mais il faut d’abord pouvoir rentrer dedans, une fois qu’on est dedans, on met un nouveau programme, tout va bien, il n’y a pas de danger, tout ça c’est fini, on l’a transformé, on a changé le film, il y a plein de façons de faire, ça c’est de la thérapie, je ne vais pas rentrer dans les détails la-dessus et ensuite, une fois qu’on a fait ça, on a fait le principal et ensuite qu’est-ce qu’il reste à faire ?

C’est le quatrième point que je vais voir avec vous c’est qu’en fait ce qu’il reste à faire c’est se réapproprier les sensations de vie et là, ce qu’on va faire à la différence de l’hypnose on va plutôt faire de la dés-hypnose, c’est-à-dire qu’en fait on va sortir de tous ces films que l’on se fait, de toutes ces histoires qui ne sont pas présentes, on en fait revenir au présent et donc on peut par exemple faire des exercices de pleine conscience où on développe un entraînement particulier; c’est ce que je fais en séance avec des clients et des clientes, on va s’entraîner à développer l’attention au présent mais c’est quelque chose qu’on va faire à la fin parce que si vous êtes avec ces symptômes-là et qu’on vous fait faire de la pleine conscience, ça va vous faire du bien un petit peu mais quand même il y a toujours une tension à l’intérieur, il y a toujours une inquiétude à l’intérieur qui est complètement illogique pour le conscient et ça ne fonctionne pas car l’inconscient n’est pas tranquille, il y a un danger qui est toujours là pour lui, dans sa logique à lui et donc, c’est mieux de le faire après, après avoir fait ce travail de nettoyage et après on peut vraiment, clairement se réapproprier les sensations de vie, apprécier et s’entraîner parce qu’on n’a plus l’habitude, à être attentif au présent, à être attentif aux sons, aux parfums, au corps, aux sensations du corps duquel on avait peur parce qu’on se sentait mal, on a essayé de couper ça, on va vraiment rentrer dans la sensation avec détails, avec précision et avec raffinement parce qu’en fait, on va prendre du plaisir à ça, prendre du plaisir à respirer, prendre du plaisir à voir une couleur, à voir des lumières, à sentir la vie qui coule en nous et à sentir que tous ces éléments comme de la musique, comme une lumière, comme une couleur nous donne du plaisir et donc en sentant ça, on devient comme un artiste et finalement ces moments étant pris en conscience d’une manière beaucoup plus attentive, une plus grande conscience amène en fait tous des moments de joie et le bonheur est composé de tas de moments de joie comme ça où en fait on est hyper conscient du présent, du présent qui nous amène à une multitude de plaisirs via les sens.

Alors, voilà, je voulais faire cette vidéo donc  pour vous expliquer en fait que ce n’est pas quelque chose qui reste à vie, c’est quelque chose que vous pouvez travailler, qui peut partir assez rapidement en fait donc c’est une bonne nouvelle, c’est une vidéo qui peut donner espoir aux personnes qui souffrent de ça.

Donc, premier point, je résume rapidement, ce n’est pas du tout négatif au contraire, c’est très positif, c’est pour vous protéger que ça a été mis en place, c’est votre inconscient qui l’a mis en place donc il ne faut pas lutter contre; deux point, il ne faut pas lutter contre mais au contraire, on va le renforcer, on va l’utiliser pour aller nettoyer ce film que l’on se fait sur le passé même si on ne s’en souvient plus, il y a une histoire qui se met en place dans l’inconscient, on va nettoyer ça et enfin dernier point, une fois que ce nettoyage est fait, on peut alors commencer un travail de réappropriation de perceptions et du plaisir de vivre en fait tout simplement.

Alors, j’ai mis en bas parce que peut-être il y a plusieurs thérapeutes, il n’y a pas que moi évidemment, au contraire moi je suis juste une des personnes qui pratique ce type de psychothérapie particulière et donc je vous ai mis le lien de l’école qui est en Belgique mais qui a des thérapeutes un peu partout dans le monde, vous allez peut-être pouvoir trouver des thérapeutes aussi dans votre région si a vous intéresse aussi non je suis disponible aussi à distance avec grand plaisir.

Si vous avez des questions sur ces phénomènes, sur ses syndromes de stress post-traumatiques, ce sera avec plaisir que je vous répondrais.  J’espère que j’ai été clair pour vous, mon message était de vous dire qu’il y a de l’espoir et qu’au fond nous fonctionnons extrêmement bien, il n’y a rien qui va mal chez nous, au contraire tout va très, très bien jusque que parfois on ne sait pas comment reprogrammer son inconscient; on ne sait pas vraiment ce qui nous arrive et on s’affole et on va dans plein de théories en fait les choses sont simples ce n’est que de la protection, ce n’est que de l’amour pour nous-mêmes qu’on va ré aiguillionner  pour finalement retrouver la capacité de jouir pleinement du présent.

Alors, c’est que je souhaite à toutes les personnes qui sont passées par là et n’hésitez pas à me faire des témoignages si vous en êtes sortis, ça va aussi amener pas mal d’espoir pour les personnes qui vont lire ces commentaires.

Les ressources de la vidéo :

– Parigina bio santé : https://www.youtube.com/user/Parigina…

– L’école qui enseigne la psychothérapie des traumas : https://www.imheb.be/

– Trouver un thérapeute en Belgique : https://www.hypnosia.be/ ou me contacter en direct : eric@ericremacle.net

quelques infos sur mon accompagnementFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail